English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang: Whitehead
Maori: Popokatea, Popokotea
All: Weißköpfchen
Esp: Mohoua Cabeciblanco
Ita: Testabianca
Nd: Witkopmohoua
Sd: Vitmohoua

Photographes:

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Ian McHenry
My New Zealand Birds 

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 12 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 8496553423

KNOW YOUR NEW ZEALAND BIRDS by Lynnette Moon - New Holland Publishers – ISBN: 1869660897

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

New Zealand bird status between 2008 and 2012

New Zealand Birds Online

Department of Conservation

New Zealand birds and birding (Narena Olliver)

Wikipedia, the free encyclopaedia

Te Ara – The Encyclopedia of New Zealand

Tiritiri Matangi Open Sanctuary

HBW Alive

 

Accueil

Page famille des Mohouidés

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Mohoua à tête blanche
Mohoua albicilla

Ordre des Passériformes – Famille des Mohouidés

INTRODUCTION :
Le Mohoua à tête blanche est endémique de Nouvelle Zélande et se trouve sur l’Ile du Nord. Cette espèce est étroitement associée au Mohoua à tête jaune de l’Ile du Sud.
Cet oiseau forestier est commun dans les forêts indigènes. Cependant, l’habitat a été détruit par la déforestation et l’espèce est menacée par les rats et les hermines. Mais la réintroduction de populations dans des réserves a permis de rétablir des nombres satisfaisants.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 15 cm
Poids : 15-18 gr

L’adulte a un corps compact, une queue courte et des pattes longues adaptées à sa façon de se nourrir.
La tête et les parties inférieures sont blanches ou blanchâtres, avec parfois un teinte gris brunâtre pâle sur le cou. Les flancs sont également teintés de gris-brun clair.
Les parties supérieures sont gris-brun. Le dessus des ailes est brun avec les couvertures légèrement plus foncées. La queue est brune.
Le bec, les pattes et les doigts sont noirs. Les yeux sont brun foncé.
La femelle est semblable, mais la calotte et l’arrière du cou sont teintés de brun.
L’immature ressemble à la femelle adulte.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Mohoua à tête blanche se trouve sur l’Ile du Nord où il est localement commun au sud d’une ligne qui relie Pirongia Forest, Hamilton et Te Aroha. L’espèce a été réintroduite dans des réserves et des iles au large de la Nouvelle Zélande, mais deux populations sont naturelles sur les Iles de la Petite Barrière et de Kapiti.

HABITAT :
Le Mohoua à tête blanche peut être commun dans les grandes parcelles de forêt et fréquente les hautes forêts indigènes, les forêts de pins, les zones arbustives et les garrigues.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Mohoua à tête blanche est très sociable et vit en général en groupes pendant la majeure partie de l’année. De nombreux cris brefs et des bavardages sont utilisés constamment pour garder le contact entre les membres du groupe. Des « zwit » et des « chip » répétés servent de contact.
Le mâle émet des cris territoriaux sonores qui comprennent des cris brefs rapides et musicaux, souvent suivis de trilles semblables à ceux des canaris. Il chante habituellement depuis un perchoir à découvert.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Mohoua à tête blanche se nourrit surtout d’invertébrés tels que chenilles, araignées, coléoptères et phalènes, mais il lui arrive aussi de consommer des petits fruits et des graines provenant des plantes indigènes.
Il se nourrit rarement au sol, mais il est très actif lorsqu’il cherche ses proies dans les arbres. Il utilise son bec pour soulever des morceaux d’écorce ou pour explorer le bois afin d’atteindre les invertébrés cachés en dessous. Il se suspend aux petites branches tout en glanant des insectes sur les feuilles. Il grimpe dans le feuillage et s’accroche à l’écorce tandis qu’il utilise sa courte queue comme support.

Le Mohoua à tête blanche est monogame, et les couples sont souvent assistés de plusieurs aides (jusqu’à six), en général des jeunes de l’année précédente. Ils sont territoriaux pendant la reproduction. Les parades sont assez similaires à celles du Mohoua à tête jaune. Deux mâles s’approchent d’une femelle avec les ailes et la queue déployées. Ils se déplacent pour se placer de chaque côté de la femelle. Ils laissent tomber leurs ailes tremblantes et la queue est déployée. Ils se penchent avec la queue relevée, tournent et se tordent. Ils se déplacent près de la femelle tout en changeant de place d’un côté à l’autre. Ces parades prennent fin lorsque la femelle choisit l’un des mâles.

Le Mohoua à tête blanche est sédentaire dans sa distribution. Il peut effectuer quelques déplacements locaux, et certains juvéniles se dispersent aux alentours, alors que d’autres restent dans le territoire natal.
Il rechigne à s’envoler, mais il se montre très agile lorsqu’il se nourrit dans la canopée de la forêt.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre octobre et janvier. La femelle construit le nid, une coupe solide et nette faite avec des herbes, des feuilles, des brindilles, des radicelles et de la mousse. Ces matériaux sont tenus entre eux avec de la toile d’araignée. L’intérieur de la coupe est tapissé de mousse, de fibres végétales et d’écailles de fougère arboricole.    
Le nid est situé dans la fourche d’un arbre ou dans un arbuste, et caché dans l’épaisseur du feuillage de la canopée.

La femelle dépose 3-4 œufs blancs ou rosâtres, avec de fines marques plus sombres. Elle incube seule pendant 17-19 jours. Elle est nourrie par son partenaire ou par les aides. Les poussins sont également nourris par les deux parents et les aides. Ils quittent le nid 16 à 19 jours après l’éclosion, et dépendront encore des parents et des aides pendant quelques semaines pour la nourriture, quelquefois pour plusieurs mois. Certains d’entre eux restent souvent en tant qu’aides pendant une période de 30 mois. La femelle commence souvent une nouvelle couvée tandis que les adultes s’occupent des juvéniles.

Le nid du Mohoua à tête blanche est souvent parasité par le Coucou de Nouvelle Zélande. Lorsque le jeune coucou naît, il éjecte les œufs ou les poussins du mohoua de façon à être élevé seul par ses hôtes.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Les populations du Mohoua à tête blanche ont décliné dans le passé à cause de la déforestation et des prédateurs introduits. Ils sont vulnérables à la fragmentation de l’habitat car ils rechignent à s’envoler et à traverser des zones découvertes.
Après l’extinction de la population de l’Ile du Nord vers la fin les années 1800, seules deux populations naturelles ont survécu, l’une sur l’Ile de la Petite Barrière, et l’autre sur l’Ile de Kapiti. Ces oiseaux ont servi de sources pour les réintroductions sur plusieurs iles.
Les chiffres sont inconnus, mais le Mohoua à tête blanche est assez commun dans les zones protégées. Il est actuellement considéré comme non menacé.