English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Mouette blanche
Ang: Ivory Gull
All: Elfenbeinmöwe
Esp: Gaviota Marfileña
Ita: Gabiano ebureno
Nd: Ivoormeeuw
Sd:  Ismås

Photographes:

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Otto Plantema
Trips around the world

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C. Helm - ISBN: 0713639601

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

Norwegian Polar Institute

Oceanwide Expeditions

SeaWeb Leading Voices for a Healthy Ocean

Spitsbergen Svalbard Information

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

Audubon

Bird Web (Seattle Audubon Society)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Laridés

Sommaire fiches

 

Mouette blanche
Pagophila eburnea

Ordre des Charadriiformes – Famille des Laridés

INTRODUCTION :
La Mouette blanche a le plumage entièrement blanc et un corps trapu, ainsi que des pattes courtes entrainant une démarche chaloupée. Souvent agressive lorsqu’elle poursuit les goélands plus grands qu’elle, elle complète son régime par des charognes et sa présence autour des carcasses laissées par les ours polaires est courante.
Elle est l’unique membre du genre Pagophila à cause de certains critères morphologiques, mais aussi des différences au niveau des comportements par rapport à d’autres espèces proches.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures : 
Longueur : 44-48 cm
Envergure : 106-118 cm
Poids : 520-700 gr

L’adulte a le plumage d’un blanc pur sur tout le corps et la tête.
Le bec est bleu-gris avec l’extrémité jaune. Les yeux sont noirâtres. Les pattes et les doigts palmés sont noirs.
Mâle et femelle sont identiques.

Le juvénile/immature a le plumage blanc avec des taches noires sur la poitrine et les flancs. Les rémiges primaires, les couvertures alaires externes et les rectrices ont des extrémités noires. Cependant, l’étendue des mouchetures noires varie avec chaque individu. La face est sombre, y compris la zone du tour de l’œil. Le bec est plus terne.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE : 
La Mouette blanche a une aire de reproduction circumpolaire dans le haut Arctique. Les colonies sont clairsemées et se trouvent dans l’Arctique au Canada, au Groenland, au Svalbard, sur l'archipel François-Joseph, en Nouvelle-Zemble, en Terre du Nord, dans les iles de Nouvelle-Sibérie (archipels Russes de l’Océan Arctique), et sur l'Ile Hérald.
Elle hiverne surtout autour de l’Ile de Baffin, dans le Détroit de Davis, en Mer du labrador, dans le sud-est du Groenland et dans la zone du Détroit de Béring.

HABITAT :  
La Mouette blanche se reproduit sur les falaises abruptes près de la banquise, sur des morceaux de glaciers, des rochers ou même sur le littoral plat, mais près des eaux libres. Elle se reproduit depuis le niveau de la mer jusqu’à 800 mètres d’altitude.
En dehors de la reproduction, elle est visible dans les zones de banquise ou sur des eaux libres entourées de glace.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Mouette blanche émet des cris semblables à ceux des sternes, des cris rauques comprenant un « kree-kree » perçant et un « kriiaah » râpeux. On peut également entendre quelques « psieooe » sifflants.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Mouette blanche est opportuniste dans sa façon de se nourrir, comme de nombreux Laridés. Elle se nourrit principalement de poissons, crevettes et autres fruits de mer, mais elle consomme aussi des algues, des charognes, des ordures, les déjections des ours polaires et des mammifères marins, ainsi que le placenta de ces derniers.

Elle cherche sa nourriture au milieu des glaces dérivantes. Elle pêche surtout en surface, et les crustacés et autres proies sont capturés en vol en trempant le bec dans l’eau au passage.
Il lui arrive souvent de suivre les ours polaires pour profiter des restes de leurs proies et récupérer des débris.

La Mouette blanche est grégaire et se reproduit en colonies. A cause du climat extrême, elles restent relativement inactives pendant la majeure partie du cycle de reproduction afin d’économiser l’énergie tandis qu’elles élèvent leurs jeunes. 
Les parades nuptiales sont typiques des Laridés avec les longs cris, la tête jetée en arrière tandis que le bec pointe vers le ciel, et ensuite baisser la tête tout en émettant des notes plaintives. Le mâle nourrit la femelle avec de la nourriture régurgitée pendant les parades.

Mouette blanche 1er hiver observée dans le sud-ouest de la France en 2009 à la suite de fortes tempêtes hivernales.

La Mouette blanche quitte la colonie fin août/début septembre, pour atteindre la limite des glaces entre le Svalbard et la Terre du Nord en Russie. Plus tard, à la mi-octobre, elles migrent vers leurs aires d’hivernage le long de la limite des glaces entre le Canada et le Groenland, dans la Mer du Labrador. Elles quittent les lieux d’hivernage en avril et rejoignent les aires de nidification en mai.

La Mouette blanche a un vol rapide, agile et gracieux qu’elle effectue avec des battements puissants.   

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction varie de fin mars au Svalbard, à avril sur l'archipel François-Joseph, et à fin mai dans l’Arctique Canadien et le nord du Groenland.
La Mouette blanche nidifie habituellement sur d’étroites corniches rocheuses ou dans une dépression dans les graviers, ou encore sur un sol rocheux et plat.
Le nid est construit par les deux adultes. Il est fait avec divers matériaux végétaux, des algues, de la mousse et des débris. L’intérieur est tapissé d’herbes sèches et de plumes.
Elle se reproduit en colonies de 5 à 60 couples, parfois jusqu’à 100 couples, mais rarement en couples isolés. A l’intérieur des colonies, les nids sont espacés de 120 centimètres, parfois jusqu’à 100 mètres selon l’endroit.

La femelle dépose 1-2 œufs gris-brun ou verdâtres avec des taches brun foncé. Les deux adultes partagent l’incubation pendant 25 jours. A la naissance, les poussins ont du duvet gris très pale sur le dessus avec quelques stries indistinctes d’un gris plus foncé sur les ailes. Le dessous est blanc avec une tache gris pâle sur l’abdomen. Ils sont nourris par les deux adultes et couvés pendant les premiers jours de leur vie. Ils quittent le nid environ 5 à 7 semaines après l’éclosion.
La Mouette blanche se disperse très vite après la reproduction vers les aires de nourrissage au large.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Mouette blanche est affectée par la prédation intense pendant la nidification. Le renard arctique peut détruire une colonie entière sur une zone plate. Les œufs et les jeunes sont parfois tués par les ours polaires, mais plus souvent par le Goéland bourgmestre.   
L’espèce est également menacée par les changements climatiques entrainant des hivers plus rigoureux, des modifications dans les déplacements des glaces et leur épaisseur, la chasse illégale au Canada, la pollution chimique en mer et les dérangements aux colonies par les chercheurs de diamants toujours plus nombreux.
Les polluants toxiques sont la cause de niveaux élevés de mercure, PCB et DDT dans les œufs de la Mouette blanche, plus que dans aucune autre espèce.

La population globale est estimée à 19 000/27 000 individus, ce qui équivaut à environ 12 000/18 000 individus matures. Des déclins sont constatés dans plusieurs parties de la distribution.
La Mouette blanche est actuellement considérée comme Presque Menacée.