English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Nandou de Darwin
Ang: Lesser Rhea
All: Darwinnandu
Esp: Ñandú petiso
Ita: Nandù minore
Nd: Darwins Nandoe
Sd: mindre nandu

Photographes:

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde
 
Philippe & Aline Wolfer
GALERIE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

Birdlife International (Puna Rhea)

Birds of the World

Animal Diversity Web (University of Michigan Museum of Zoology)  

Peru Aves - Peru Birds

Arthur Grosset's Birds (Arthur Grosset)

Restoring a rare bird species to Chilean Patagonia

Neighboring Species American Museum of Natural History

Abundance estimates of the lesser rhea Rhea pennata pennata in the Argentine Patagonia: conservation implications

Rhea (bird)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Famille des Rhéidés
 
Sommaire fiches

 

Nandou de Darwin
Rhea pennata

Ordre des Rhéiformes – Famille des Rhéidés

INTRODUCTION :
Le Nandou de Darwin est plus petit que le Nandou d’Amérique - Rhea americana, et ces deux espèces constituent la famille des Rhéidés.

Le Nandou de Darwin partage l'aire de répartition avec trois sous-espèces, du plateau andin (Altiplano) à l'Argentine, la Bolivie, le Chili et le Pérou. Toutes les races fréquentent les prairies, les broussailles et les marais, généralement à moyenne ou haute altitude.
Les deux sous-espèces du nord de la distribution, R.p. tarapacensis et R.p. garleppi, sont considérées par l'IUCN comme une espèce distincte nommée Nandou de la Puna avec deux sous-espèces. Toutes deux ont été décrites par Charles Chubb, un ornithologue anglais, en 1913.
Le Nandou de Darwin, R.p. pennata, a été décrit pour la première fois par Charles Darwin en 1834.

Le Nandou de Darwin se nourrit principalement de matières végétales, mais des lézards et des insectes sont parfois capturés. Les nandous vivent en groupe en dehors de la saison de reproduction.
Comme le Nandou d’Amérique, le mâle accomplit seul toutes les tâches liées à la nidification.

Le Nandou de Darwin est décrit comme étant « peu commun » et la population semble décliner. Les nandous sont affectés par la chasse et la collecte des œufs, mais actuellement, l'espèce n'est pas globalement menacée.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Hauteur : 90-100 cm
Longueur : 92-100 cm
Poids : 15-28,5 kg

Le Nandou de Darwin est très semblable à l’Autruche d’Afrique – Struthio camelus mais il est beaucoup plus petit, et malgré ses ailes plus grandes, il ne vole pas non plus. Une griffe robuste se trouve au bout de chaque aile. Elle est souvent utilisée au cours des comportements de défense.
L’ensemble du plumage est brunâtre avec des mouchetures blanches. Les plumes sont lisses et douces.
Le mâle a la tête, le cou et les parties supérieures brun chamoisé. Les plumes du dos et des ailes sont terminées de blanc.
Les parties inférieures sont blanchâtres. Le bas de la gorge et le devant du cou sont plus bruns. Les cuisses et le haut des tarses sont emplumés sur la partie antérieure.

Le bec brunâtre est plutôt petit.
Les yeux sont brun foncé.
Les pattes et les doigts sont grisâtres/jaunâtres ternes. Les longs tarses (28-32 cm) possèdent 16-18 plaques horizontales sur le devant. Les pieds ont trois orteils équipés de griffes acérées utilisées lors des comportements agressifs.

La femelle est généralement plus terne que le mâle. Les taches blanches du dos sont plus petites et moins nombreuses.
Le juvénile est plus brun et les taches blanches sont absentes. Il acquiert le plumage adulte complet à l’âge de 3-4 ans.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Nandou de Darwin a trois sous-espèces.
R.p. pennata (décrite ci-dessus) se trouve dans le sud du Chili, puis du nord-ouest jusqu'au sud de l'Argentine, dans les steppes du sud de l'Argentine et du Chili. Il est également nommé Nandou de Darwin. Il a été introduit dans le nord de la Terre de Feu.

R.p. garleppi est présent dans le sud du Pérou et dans l'ouest de la Bolivie jusqu'au nord-ouest de l'Argentine.
Il a la tête et le cou moins gris et le haut du manteau davantage gris-brun que chez R.p. tarapacensis.
R.p. tarapacensis se trouve dans le nord du Chili.
Cette race a la tête et le cou grisâtres et les parties supérieures sont brun roux avec une teinte grisâtre bien visible.

Les races « garleppi » et « tarapacensis » sont parfois classées en tant qu’espèce distincte nommée Nandou de la Puna. Des études génétiques révèlent qu'ils sont étroitement associés au Nandou d’Amérique - Rhea americana. Ils diffèrent de R. pennata en n'ayant que 8 à 10 plaques horizontales sur le devant des tarses, eux-mêmes plus courts. Les parties supérieures sont plus brunes et présentent des taches blanches plus étendues près des extrémités des ailes.
Cependant, le plumage peut varier avec l'âge et pendant la saison de reproduction.

HABITAT :
Le Nandou de Darwin vit dans les plaines ouvertes d'Amérique du Sud, et généralement dans les paysages découverts. Les trois sous-espèces fréquentent les prairies, les broussailles et les marais.
La race nominale se trouve principalement depuis le niveau de la mer jusqu’à 2000 mètres d'altitude. Dans le nord-ouest de la Patagonie, le Nandou de Darwin préfère se reproduire dans la zone des prairies humides plutôt que dans les steppes.

Les deux autres races se trouvent principalement près des lacs salés dans la puna désertique, les tourbières en altitude et les landes de bruyère du plateau andin, jusqu'à 3 500/4 000 mètres. Dans la partie est de la distribution, on les trouve  généralement autour de 2 000 mètres, mais aussi assez bas, à 1 200 mètres dans la province de La Rioja en Argentine.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO   
Le Nandou de Darwin émet un son profond, grave et retentissant. Il est principalement émis par le mâle pendant les parades nuptiales. Ce son ressemble au rugissement d'un grand mammifère et peut être entendu de loin.
En dehors de la saison de reproduction, nous pouvons entendre des cris d'alarme rauques et des grognements pendant les parades de défense et de menace.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Nandou de Darwin est omnivore, mais il se nourrit principalement de matières végétales, notamment de racines, de fruits, de graines et de feuilles d'une grande variété de plantes. Cependant, les insectes (coléoptères et sauterelles), les lézards et les charognes font également partie de l'alimentation. Il ingère également des cailloux. Il n'a pas besoin de boire de l'eau fréquemment, car son régime végétal lui fournit une hydratation suffisante.
Le Nandou de Darwin se nourrit souvent avec d'autres espèces, notamment des mammifères herbivores et même des bovins et des moutons. Ils peuvent trouver de la nourriture sans se déplacer car leur habitat leur fournit des ressources alimentaires suffisantes toute l'année.

Le Nandou de Darwin vit en groupes mixtes de tous âges et des deux sexes, et se déplace en groupes de 5 à 30 individus.

Mais pendant la saison de reproduction, les femelles quittent les groupes tandis que les mâles deviennent territoriaux.
Ils se battent entre eux pour établir leurs territoires, puis tentent d'attirer les femelles en courant vers elles les ailes déployées. Lorsque plusieurs femelles (2 à 12) sont attirées dans le territoire, le mâle effectue des parades nuptiales. Il produit divers cris tonitruants et court autour d'elles tout en secouant les ailes.
Après l’accouplement, le mâle conduit le groupe de femelles jusqu'au nid qu’il a préparé où elles pondent leurs œufs les unes après les autres. Elles retournent au nid 2-3 jours plus tard pour pondre davantage d'œufs. Ensuite, elles partent s'accoupler avec un autre mâle et pondent leurs œufs dans un autre nid.
Le mâle effectue seul toutes les tâches liées à la nidification.

Le Nandou de Darwin est sédentaire, avec juste quelques déplacements des populations du sud vers les hautes terres pour la reproduction.
Il est incapable de voler, mais c'est un nageur robuste, capable de traverser une rivière. Lorsqu’il court, il peut atteindre une vitesse de 60 km/h. Il court également en zigzag pour confondre les prédateurs, ou tourne brusquement pour changer de direction. Pendant la course, le cou est horizontal et les ailes sont repliées pour passer facilement à travers les buissons.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre septembre et janvier dans la partie nord de l'aire de répartition, à partir de juillet dans la Province du Río Negro en Argentine, et novembre dans l'extrême sud.
Le nid est construit par le mâle, une dépression peu profonde grattée dans le sol, tapissée d'herbe, de feuilles et de brindilles. Il est construit dans un endroit discret, à l’abri des regards.
Les différentes femelles viennent y pondre leurs œufs, généralement 10 à 30 œufs par nid, parfois plus. Ils sont jaunâtres/vert olive, mais ils deviennent chamoisés au fur et à mesure que le cycle avance.

Le mâle assume seul l’incubation pendant 30-44 jours, en général environ 40 jours. A la naissance, les poussins duveteux sont gris-brun clair sur la tête et le cou, la gorge est plus blanche tandis que la calotte et l'arrière du cou sont plus foncés. Sur les parties supérieures, il y a trois rayures gris-brun foncé bien visibles, séparées par des rayures blanches. Les parties inférieures sont blanchâtres avec des rayures gris-brun sur les côtés de la poitrine, les flancs et le devant des cuisses, et une rayure plus étroite et plus foncée à l'arrière des cuisses.

Au bout de quelques jours, le mâle les emmène hors du nid. Les jeunes sifflent pour rester en contact. Le mâle les protège sous ses ailes s'ils ont trop chaud le jour, trop froid la nuit ou s’ils sont menacés. Il se montre très protecteur.
Le mâle s’en occupe jusqu’à l’âge de six mois, mais les jeunes nandous restent dans le groupe jusqu'à ce qu'ils puissent se reproduire à l'âge de 2-3 ans.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Les nandous sont chassés pour leurs plumes, leur chair, leurs œufs et d'autres parties de leur corps. Leur habitat est détruit par l'expansion de l'agriculture.
Le Nandou de la Puna (R. tarapacensis) et sa sous-espèce R. garleppi sont soupçonnés d'être en déclin en raison de la perte d'habitat, de la chasse et de la collecte des œufs. Il est actuellement répertorié comme Quasi menacé, mais la taille exacte et l’évolution de sa population sont inconnues et il pourrait être reclassé à l'avenir.
Le Nandou de Darwin (R. pennata) est également en déclin, mais il n'est pas considéré comme globalement menacé. Introduite en Terre de Feu en 1936, cette population est désormais bien établie. Des projets d'élevage en captivité sont en cours, à la fois à des fins de conservation et commerciales.
Le Nandou de Darwin est actuellement classé comme étant de préoccupation mineure.