English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang: Wedge-rumped Storm Petrel
All: Galapagoswellenläufer
Esp: Paíño de las Galápagos - Paíño Danzarín
Ita: Uccello delle tempeste delle Galapagos
Nd: Galápagosstormvogeltje
Sd: Vitgumpad stormsvala

Photographes:

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

CREAGUS@Monterey Bay (Don Roberson)

HBW Alive

PLANETOFBIRDS.COM

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Océanite téthys
Oceanodroma tethys

Ordre des Procellariiformes – Famille des Hydrobatidés

INTRODUCTION :
L’Océanite téthys est un petit oiseau des iles Sud-Américaines. Cette espèce pélagique ne vient à terre que pour se reproduire.
Il a été décrit pour la première fois par le naturaliste français et neveu de Napoléon, Charles Bonaparte, en 1852.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 18-20 cm
Envergure : 34-38 cm
Poids : 23 gr

L’adulte a la tête et les parties supérieures noir cendré (plus marron en plumage usé). Une tache chamois terne formée par les grandes couvertures et les extrémités des couvertures moyennes traverse le dessus de l’aile en diagonale. Elle est très nette quand l’oiseau est en vol. Le croupion et les couvertures sus-caudales sont blancs, et forment une tache bien visible en vol. Cette tache blanche atteint presque la fourche de la queue noir cendré.
Les parties inférieures sont noir cendré également, y compris le dessous des ailes, mais excepté les côtés blancs du croupion qui s’étendent vers l’arrière des flancs.
Le bec est noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts palmés sont noirs.
Les deux sexes sont semblables, et le juvénile ressemble aux adultes.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Il existe deux sous-espèces.
O.t. tethys (ici décrite et représentée) se reproduit dans les iles Galápagos.
O.t. kelsalli se trouve sur les iles Pescadores et San Gallán au large de l’ouest du Pérou. Cette race est plus petite.

HABITAT :
L’Océanite téthys est un oiseau marin et pélagique. Il se trouve habituellement loin des côtes, excepté pendant la saison de reproduction. Il se reproduit sur les falaises côtières mais aussi dans les champs de lave sur des iles éloignées et sur des rochers au large.
En hiver, cette espèce peut occasionnellement être un visiteur au large des côtes du centre de la Californie.

CRIS ET CHANTS :
L’Océanite téthys est silencieux en mer, mais sur les aires de reproduction, ils émettent des grognements doux. Ils peuvent se montrer extrêmement bruyants à terre, produisant des sons gutturaux et discordants, des sifflements et des pépiements.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
L’Océanite téthys se nourrit de petits poissons, de calamars et de crustacés, en général capturés tout en volant bas au-dessus de l’eau. L’oiseau semble parfois piétiner sur l’eau, volant avec les pattes pendantes et touchant l’eau, et il plonge juste le bec pour saisir sa proie. Il capture aussi ses proies à la surface en restant posé sur l’eau.
Il se nourrit habituellement la nuit, en volant bas sur les vagues avec les pattes en suspens. La proie est prise alors que seule la tête de l’oiseau vient au contact de l’eau. Cette façon de « piétiner » sur l’eau pourrait servir à attirer ou à effrayer les proies potentielles, les rendant ainsi plus faciles à détecter.

Mais pendant la saison de reproduction, l’Océanite téthys peut être vue autour des terres en plein jour. Habituellement, les océanites visitent leurs colonies la nuit pour éviter les prédateurs. Mais l’Océanite téthys est la seule de la famille des Hydrobatidés à venir à terre pendant la journée. De plus, le principal prédateur de cette espèce, le Hibou des marais, chasse de jour comme de nuit sur les iles Galápagos. Ce comportement particulier reste donc encore inexpliqué.
En revanche, la race « kelsalli » du Pérou, visite ses colonies dans l’obscurité totale.

Lorsqu’il est menacé par un prédateur, l’Océanite téthys rejette le contenu de son estomac sur l’intrus ou l’attaquant. Cependant, ce comportement n’a pas d’effet sur les prédateurs capables de capturer l’oiseau en vol.
Les océanites sont également très vulnérables à la prédation lorsqu’ils émergent de leurs terriers. Les labbes et les rapaces nocturnes les capturent systématiquement à ce moment-là.

Les parades nuptiales sont effectuées par deux ou plusieurs oiseaux qui se poursuivent dans les airs. Ils volent vite et décrivent des cercles au-dessus des sites de nidification tout en criant fortement. Ces déplacements mettent en valeur la tache blanche du croupion. 

Le couple a tendance à utiliser le même site chaque année. Les deux partenaires se lissent mutuellement les plumes, font du bec à bec et émettent des sons à l’intérieur du nid. Ils sont unis pour la vie.

L’Océanite téthys peut rester toute l’année aux Galápagos, mais la majorité d’entre eux se disperse en suivant le Courant de Humboldt, comme le fait la race « kelsalli » du Pérou.
Le vol est rapide et direct, et l’oiseau vole en général haut dans le ciel. Il effectue des battements profonds, et vole souvent de façon sinueuse en virant sur l’aile.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La ponte a lieu surtout en mai-juin.
L’Océanite téthys se reproduit en colonies. Le nid est placé dans une crevasse rocheuse ou dans un terrier caché sous la végétation basse.

La femelle dépose un seul œuf blanc. Les deux adultes incubent pendant 40-42 jours, en prenant des tours de 5 jours chacun. Le poussin est nourri par ses deux parents. Il quitte le nid au bout de 75 jours après la naissance.
Ces oiseaux sont très vulnérables à la prédation aux Galápagos, à cause de leurs habitudes diurnes.

PROTECTION / MENACES / STATUTS : 
L’Océanite téthys est menacée par les prédateurs aux Galápagos, mais elle a une vaste distribution en dehors de la période de reproduction. Les populations sont importantes avec au moins 500 000 individus, et en dépit de déclins réguliers, l’espèce n’est pas menacée actuellement.