English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Plus

de

photos

Fr: Ombrette africaine
Ang: Hamerkop
All : Hammerkopf
Esp : Avemartillo
Ital : Uccello martello
Nd: Hamerkop
Sd: Skuggstork

Photographes:

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries & Flickr Rainbirder

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Yves Thonnerieux
NATUR’AILES

Ingo Waschkies
Bird Photography

Callie de Wet
GALERIE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

Avibase (Lepage Denis)

Birdlife International

HBW Alive
 
Wikipedia, the free encyclopaedia

CREAGUS@Monterey Bay (Don Roberson)

Animal Corner

About Animals Hamerkop - Bird of many Legends

Biodiversity Explorer – The Web of Life in Southern Africa 

Wildlife Vagabond
 

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Ombrette africaine
Scopus umbretta

Ordre des Pélécaniformes – Famille des Scopidés

INTRODUCTION :
L’Ombrette africaine est le seul membre de la famille des Scopidés et elle a deux sous-espèces. Cette espèce aquatique est très particulière avec son plumage entièrement brun, et son profil en forme de grand « marteau » ou « enclume » lui donne son nom anglais « hamerkop » ou « hammerhead ».
Elle fréquente une grande variété de zones humides avec des arbres pour nidifier. Elle se nourrit principalement d’invertébrés aquatiques et de poissons, petits crustacés, insectes et rongeurs. Elle se nourrit seule ou en couple pendant la journée.   
L’Ombrette africaine est connue pour son énorme nid fait avec des rameaux de bois dans la fourche d’un arbre.
L’espèce est affectée par la détérioration de l’eau des zones humides à cause de l’usage des pesticides. Mais actuellement, la population semble stable ou en augmentation et l’espèce n’est pas globalement menacée.   

S.u. umbretta

DESCRIPTION DE L’OISEAU:
Quelques mesures :
Longueur : 47 à 56 cm
Envergure : 90 à 94 cm
Poids : 415 à 430 gr

L’Ombrette africaine a le plumage entièrement brun, avec de légers reflets brillants ou plus soutenus, et des semblants de  rayures violacées sur les ailes et le corps. Les ailes sont longues et la queue relativement courte avec une bande terminale sombre. On remarque la crête carrée et émoussée sur la nuque qui lui donne ce profil si particulier.
Le bec puissant et large est légèrement crochu à l’extrémité. Les yeux sont bruns ou brun clair. Les pattes et les doigts sont noirâtres, avec les doigts partiellement palmés.
Mâle et femelle sont identiques.
Le juvénile ressemble à l’adulte. Les poussins sont couverts de duvet gris et ont déjà un bec large.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE:
L’Ombrette africaine vit en Afrique subsaharienne. Deux sous-espèces partagent la distribution.
S.u. minor se trouve sur la ceinture côtière de l’Afrique de l’ouest depuis la Sierra Leone jusqu’à l’est du Nigeria.
Cette race est plus petite que la race nominale, et son plumage est plus sombre et plus terne.   

S.u. minor

S.u. umbretta (décrite plus haut) se trouve dans la majeure partie de l’Afrique tropicale, dans le sud-ouest de l’Arabie et à Madagascar.

HABITAT :
L’Ombrette africaine vit dans toutes sortes d’eaux peu profondes. Elle fréquente les rives des lacs, les marais, les cours d’eau lents et rocailleux, bordés de végétation, les rizières, les étangs à poissons, mais elle est également présente dans les forêts et les savanes. L’espèce est visible de 300 à 3000 mètres d’altitude. Les couples ont besoin de grands arbres pour nidifier et dormir.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
L’Ombrette africaine est silencieuse quand elle est seule. Mais si plusieurs oiseaux crient en même temps, le bruit est perçant et dérangeant.
Le chant est une série de sifflements et de pépiements aigus. Pendant les parades, elle produit une série de notes nasillardes ainsi décrites « yip-yip-yip-yip-yip-prrrrrrrrrr » ou d’autres phrases similaires.
L’Ombrette africaine émet une sorte de « rire » qui porte loin et dont la tonalité augmente. En vol, elle produit des « yip » ou « kek » haut perchés et nasillards. 

S.u. minor

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
L’Ombrette africaine se nourrit de grenouilles, têtards, poissons, crevettes, invertébrés aquatiques, insectes et sauterelles.
Elle reste souvent debout, calme et silencieuse, voûtée, ou se nourrit activement en courant près de l’eau et en donnant des coups de bec dans la vase. Elle se perche souvent sur le dos des hippopotames en cherchant des grenouilles.
L’Ombrette africaine traque sa proie en pataugeant dans l’eau peu profonde, et la frappe avec le bec. Ensuite, elle la dépose sur le sol avant de la dévorer. Elle sonde aussi la vase pour déloger des invertébrés. Ces oiseaux sont actifs au crépuscule et se reposent dans la journée dans un grand arbre.

S.u. umbretta
S.u. minor

Pendant les parades nuptiales, on peut voir plusieurs oiseaux « danser », sauter les uns sur le dos des autres en étirant leurs ailes frémissantes, dressant leur crête, et formant un chœur de cris pendant un bon moment. Souvent, plusieurs oiseaux   lancent des cris perçants tandis qu’ils courent en cercles les uns autour des autres. Un « faux » accouplement montre un mâle montant sur une femelle et essayant de s’accoupler.  

S.u. umbretta

L’Ombrette africaine vit généralement en couple ou en petits groupes. Le nid volumineux est souvent comparé à un appartement, hébergeant plusieurs générations d’ombrettes ou d’autres animaux tels que des abeilles, des mangoustes, des lézards ou des serpents. Ces nids en forme de dômes sont parmi les plus extraordinaires constructions faites par des oiseaux. Un seul couple peut construire plusieurs nids sur son territoire, dont certains ne seront jamais utilisés.

C’est un oiseau sédentaire. Il reste sur un territoire bien défini. Quelques oiseaux peuvent se déplacer vers des zones plus sèches lorsque les pluies sont trop abondantes.

L’Ombrette africaine vole avec des battements lents souvent alternés de glissés avec les ailes courbées. Mais elle ne plane pas facilement avec sa queue assez courte et ses longues ailes. Quand elle plane, elle tend sa tête vers l’avant. Elle semble aimer flotter dans les airs.

S.u. umbretta

REPRODUCTION DE L’ESPECE:
Le nid de l’Ombrette africaine est une structure très volumineuse. Il peut mesurer deux mètres de largeur et de hauteur, et peser de 25 à 50 kg. Il faut au moins six semaines au couple pour construire cet énorme nid fait de brindilles, rameaux de bois, racines, herbes et tiges de plantes aquatiques. La chambre d’incubation est tapissée d’argile et de boue, mais aussi de tiges d’herbes aquatiques et d’herbes sèches. Une entrée en forme de tunnel est aménagée sur un côté, et l’ouverture est réduite avec de la boue. Le nid est situé dans la fourche d’un arbre près de l’eau, ou sur une falaise ou même sur le sol.  Il est souvent décoré extérieurement avec des objets brillants et colorés et des matériaux inhabituels.

S.u. umbretta

Récolte de boue pour le nid

La femelle dépose 3-7 œufs blancs. L’incubation dure environ 30 jours, assurée par les deux parents. A la naissance, les poussins sont couverts de duvet gris et ont déjà un grand bec.
Les jeunes sont nourris par les deux adultes et sont très dépendants. Ils quittent le nid environ 44-50 jours après l’éclosion,  mais ils reviennent dormir au nid la nuit pendant au moins encore un mois.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
L’Ombrette africaine a des pouvoirs surnaturels pour les populations indigènes. Celles-ci peuvent s’en aller et déplacer leurs huttes si une ombrette vole directement au-dessus des hommes. Certaines cultures la considèrent comme étant magique, et d’autres comme étant un oiseau de mauvaise augure.
Cette espèce n’est pas en danger actuellement. Elle est tenue dans une position de respect, et survit de façon florissante en présence des hommes. 
La population est stable ou en augmentation avec la création de zones humides artificielles, même si ces oiseaux sont affectés par l’emploi excessif des pesticides. 
L’Ombrette africaine n’est pas globalement menacée pour le moment.

S.u. umbretta
S.u. umbretta