English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Onoré zigzag – Butor zigzag
Ang: Zigzag Heron
All: Zickzackreiher
Esp: Avetigre Enana
Ita: Tarabusino zebrato
Nd: Zigzagreiger
Sd: Zebrahäger
Port (Brésil): Socoí-zigue-zague

Photographes:

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador & My bird pictures on IBC

Jean-Claude Billonneau
Photo gallery of BILLONNEAU Jean-Claude

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

A GUIDE TO THE BIRDS OF COLOMBIA by Steven L. Hilty and William L. Brown - Princeton University Press – ISBN 069108372X

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

SORA Searchable Ornithological Research Archive (Blair O. Wolf)

SORA - Wilson Bull., 103(4), 1991, pp. 661-664
The voice and first nesting records of the Zigzag Heron in Ecuador

Heron Conservation - The IUCN-SSC Heron Specialist Group

AVIBIRDS.COM
OBSERVATIONS OF THE BEHAVIOR OF THE ZIGZAG HERON
WILLIAM E. DAVIS, JR. - PAUL K. DONAHUE AND ELEANOR G. PERKINS

Arthur Grosset's Birds (Arthur Grosset)

PLANETOFBIRDS.COM

Wikipedia, the free encyclopaedia

HBW Alive

 

Accueil

Page Ardéidés

Sommaire fiches

 

Onoré zigzag ou Butor zigzag)
Zebrilus undulatus

Ordre des Pélécaniformes – Famille des Ardéidés

INTRODUCTION :
L’Onoré zigzag est le seul membre du genre Zebrilus dans la famille des Ardéidés. Cette espèce est menacée par la déforestation dans le Bassin Amazonien et la chasse illégale au Venezuela.
Ce petit héron est très discret et peu connu. Il fréquente habituellement les épaisses forêts tropicales et se nourrit dans les zones humides le long des rives des marécages, lacs, mares et fleuves au débit lent, en général à l’aube et au crépuscule.
L’Onoré zigzag est actuellement associé aux onorés et aux butors. Mais il présente plusieurs caractères morphologiques et certains comportements plus proches des butors, et des études moléculaires récentes semblent confirmer cette hypothèse.  

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 30-33 cm
Poids : 120-125 gr

L’adulte est un petit héron au plumage sombre vermiculé. Le dos et le dessus des ailes ont un fond brun et noirâtre barré et moucheté de blanc chamoisé. Les rémiges et les rectrices sont sombres et unies.
Les parties inférieures sont plus claires, plutôt chamois-crème, avec des barres, des mouchetures et des stries noirâtres, en particulier sur la face antérieure du cou et la poitrine, alors que l’abdomen et le bas-ventre sont beaucoup plus pâles et moins marqués.

La tête et le cou sont finement tachetés de gris. On note la présence d’une crête occipitale noire semblable à une belle crinière lorsqu’elle est dressée.
Le bec noirâtre est relativement court. La mandibule inférieure est parfois plus claire, couleur corne ou jaunâtre. Les yeux sont jaunes. Les lores sont noirâtres. Les pattes sont corne grisâtre ou vert jaunâtre, tandis que les doigts sont plutôt jaunes.  
Les deux adultes sont presque semblables, mais le mâle a les parties inférieures davantage marquées.
Le juvénile est plutôt roussâtre sur le dessus, la face et le cou. Les parties inférieures sont couleur fauve avec des dessins indistincts. Le bec et les pattes sont jaune verdâtre.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
L’Onoré zigzag se trouve dans le Bassin Amazonien à l’est de la cordillère des Andes, en Colombie, au Venezuela, en Equateur, au Pérou, en Bolivie, au Brésil, en Guyane française, en Guyane et au Surinam.

HABITAT :
L’Onoré zigzag fréquente les marais, les bordures herbeuses des petites mares, des rivières lentes, des lacs et des marécages dans la forêt tropicale, et dans les galeries forestières dans les savanes et les llanos.  

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
L’Onoré zigzag émet des « oooop » décrits comme des hululements profonds. Ce cri peut être émis seul ou en séries de 7 ou 8 cris. Un autre son, un seul « ahnnn » nasillard et plus haut-perché est également entendu. Un troisième cri combinant les deux précédents est émis en séries. Le hululement est le cri des adultes, tandis que le cri « ahnnn » est plutôt celui des juvéniles.
Tout en émettant ces cris, l’oiseau tient le bec légèrement vers le haut et entrouvert. La peau de la gorge bouge pendant la production du son. Ces cris portent loin et sont typiques des oiseaux forestiers. Ils sont généralement émis à l’aube et au crépuscule.

La femelle dépose un ou deux, mais habituellement un seul œuf blanc immaculé. La durée de l’incubation est inconnue, mais les deux adultes partagent cette tâche. Chez les plus petits butors, l’incubation dure de 14 à 20 jours.
A la naissance, le poussin duveteux est jaunâtre pâle ou blanc, et obtient progressivement le plumage roussâtre de l’immature. Les plumes les plus foncées de la tête, des ailes et du dos poussent en dernier. Le bec et les pattes sont vert jaunâtre.
Au fur et à mesure qu’il grandit, il grimpe dans les branches autour du nid. La durée de la période au nid n’est pas connue, mais elle dure de 25 à 30 jours chez les petits butors. Les deux adultes nourrissent et élèvent le jeune oiseau.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
L’Onoré zigzag est menacée par la perte de l’habitat due à l’intense déforestation dans le Bassin Amazonien pour l’expansion des pâturages et de l’agriculture. Cette espèce est rare et locale, discrète et fuyante, rendant difficile toute approche et l’estimation des populations.
L’Onoré zigzag est présent dans plusieurs unités de conservation et réserves protégées, mais la chasse illégale est encore un problème au Venezuela.
L’Onoré zigzag est actuellement classé comme étant Presque Menacé.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
L’Onoré zigzag chasse souvent en restant debout sur un perchoir, branche ou souche, au-dessus de l’eau. Le cou est alors rétracté. Une fois la proie détectée, il agite sa queue d’avant en arrière, le corps est tendu presqu’à l’horizontale et le cou est étiré vers l’avant, juste avant de capturer la proie.
Comme de nombreux Ardéidés, il chasse aussi en restant debout et immobile dans une eau peu profonde ou en marchant lentement le long de la rive. Cependant, les proies sont plutôt capturées en picorant plutôt qu’en les transperçant d’un coup de bec.
Il se nourrit de poissons et d’insectes, y compris des insectes volants. Ceux-ci sont capturés par le héron qui reste debout et attend de façon classique et les capture au passage. Il se nourrit en général à l’aube et au crépuscule.  

Les comportements nuptiaux de l’Onoré zigzag ne sont pas connus actuellement. Cette espèce nidifie en couples isolés, mais aussi quelquefois près d’autres espèces comme l’Onoré rayé (Tigrisoma lineatum).
L’accouplement a été observé en avril. Ces oiseaux produisent certainement plus d’une couvée par an. Les deux parents partagent toutes les tâches liées à la reproduction.

L’Onoré zigzag est probablement résident dans sa distribution, avec quelques déplacements locaux associés aux ressources alimentaires et aux variations du niveau des eaux.
Cette espèce vole en serpentant dans les airs. Il fait des zigzags qui lui ont probablement donné son nom.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre avril et juillet dans l’ouest de la distribution, mais ces dates varient en fonction de l’endroit, plutôt décembre/mars au Brésil.
L’Onoré zigzag nidifie en couples isolés, ou quelquefois à côté d’autres Ardéidés.
Le nid est une plateforme lâche et peu profonde faite avec des rameaux de bois et des branches épineuses déposées à la périphérie. Cette structure est construite à une hauteur de un à trois mètres au-dessus du sol ou de l’eau, dans un arbre ou un buisson sur la rive ou surplombant l’eau. D’après des observations, quelques nids sont placés à l’intérieur d’une touffe de Bactris gasipaes, un palmier dont le tronc porte de longues épines. Ces épines sont entrelacées dans la bordure du nid. Il arrive aussi que des nids soient inondés par une brusque montée des eaux.