English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Outarde Kori
Ardeotis kori

Ordre des Otidiformes – Famille des Otididés

QUELQUES MESURES:
L: 128 cm
Env: 122 cm
Poids: M: 19 kg

LONGEVITE: jusqu’à 20 ans

DESCRIPTION DE L’OISEAU:
L’outarde Kori mesure 120 cm de hauteur quand sa tête et son cou sont dressés. Le mâle est presque deux fois plus grand et plus lourd que la femelle.

Ang : Kori Bustard
All : Riesentrappe
Esp : Avutarda Kori
Ital: Otarda di Kori
Nd: Koritrap
Sd: koritrapp

Photos d’Yves Thonnerieux
NATUR’AILES

Photos de Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Photos de Callie de Wet
Flickr Galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:   

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Volume 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

Avibase (Lepage Denis)

Wikipedia (Wikipedia, The Free Encyclopedia)

BirdLife International (BirdLife International)

Welcome to WhoZoo (Jill Foley)

 

Accueil

Famille Otididés

Sommaire fiches   

 

Il existe deux sous-espèces :
La sous-espèce est-africaine, Ardeotis kori struthiunculus, a le plumage chamois grisâtre, parsemé de vagues brun foncé. Sur la tête, les plumes des côtés de la calotte s’étendent vers la nuque, formant une crête noire. Une bande blanche traverse les yeux.
Le menton, la gorge et le cou sont blanchâtres, finement striés de noir. Les parties inférieures sont chamois, avec des vagues brun foncé. La queue porte de larges bandes gris brun et blanc, comme les primaires qui présentent des marques similaires. On peut voir une zone tachetée de noir et blanc au niveau des épaules.
La sous-espèce sud-africaine, Ardeotis kori kori,  apparaît presque semblable, mais est légèrement plus petite.

L’outarde kori a un long cou, de longues pattes puissantes, et trois longs doigts (l’outarde n’a pas d’ergot, indiquant qu’elle est un animal terrestre). Les pattes et les doigts sont brun clair ou gris, couverts d’écailles transversales.
Le bec est court et gris pâle. L’outarde kori a une excellente vue.

Le juvénile mâle a une crête plus courte et un manteau foncé, et il est plus grand que la femelle adulte.
Les poussins sont couverts de duvet crème, avec des rayures foncées sur la tête, le cou, le dos et les flancs. Les parties inférieures sont blanchâtres.

CRIS ET CHANTS: SONS PAR XENO-CANTO
Pendant la parade nuptiale, l’outarde kori mâle émet une sorte de mugissement bas, un profond « wum-wum-wum-wum-wuuuuum ».  

HABITAT:
L’outarde kori vit dans les prairies ouvertes et les savanes légèrement boisées. Les deux sous-espèces aiment les zones couvertes d’herbe rase, et offrant une bonne vue sur le paysage entier.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE:
L’outarde kori vit aussi bien en Afrique de l’Est (Ethiopie, Kenya, Tanzanie), qu’en Afrique du Sud.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE:
L’outarde kori ne migre pas autant que les autres oiseaux. Elle bouge uniquement si elle a besoin de nourriture ou d’eau. C’est l’un des oiseaux les plus lourds d’Afrique, et cette espèce ne migre pas au vrai sens du terme.
L’outarde kori est une espèce qui pratique la polygamie. Le mâle parade souvent pour plusieurs femelles. Pendant cette parade, il gonfle son cou jusqu’à quatre fois sa dimension normale. Les plumes de la queue sont dressées de façon à exposer les sous caudales blanches. La queue est déployée vers le haut et vers l’avant du cou. Les ailes sont abaissées jusqu’à faire toucher l’extrémité des primaires au sol. Quand le mâle parade devant une femelle, il se courbe devant elle en gonflant le cou et en claquant du bec, et en lançant une sorte de mugissement sourd.
Après quelques secondes d’accouplement, il commence une autre parade pour une autre femelle.

L’outarde kori a une longue durée de vie et se reproduit lentement. Elle peut vivre en solitaire ou en petits groupes. Elle marche lentement avec de grands pas mesurés. Elle a une démarche majestueuse, et un vol remarquablement puissant.

Quand elles sont en groupe, les outardes kori marchent en ligne lâche dans l’herbe, recherchant de la nourriture. Elles sondent avec le bec, tandis qu’elles marchent lentement. Elles boivent rarement, recevant de l’humidité par leur nourriture.

VOL:
L’outarde kori est un grand oiseau terrestre. Mais elle n’est pas sans voler du tout ! Elle est en revanche l’oiseau le plus lourd qui puisse encore voler. Elle vole uniquement si nécessaire, à cause de son poids. Son vol est puissant avec de lents battements d’ailes. Elle décolle avec de très lourds battements, mais une fois en l’air, elle vole vite et puissamment. 

REPRODUCTION DE L’ESPECE:
L’outarde kori ne construit pas de nid. La femelle prépare une dépression de faible profondeur dans l’herbe ou sur le sol en grattant.
Elle dépose 1 à 2 œufs vert olive clair, tachetés de brun. L’incubation dure environ 23 à 24 jours, assurée par la femelle seule.
Les poussins sont nidifuges et peuvent suivre leur mère quelques heures après la naissance. Les jeunes restent avec elle jusqu’à l’obtention de leur plumage, soit environ cinq semaines.
Ils obtiennent leur maturité sexuelle à l’âge de 2 ans.
Cette espèce produit une seule couvée par an.

ALIMENTATION:
L’outarde kori est un omnivore. Elle se nourrit d’insectes, (sauterelles), qui représentent une grande partie de son régime. Les poussins sont essentiellement nourris d’insectes.

Elle peut aussi se nourrir de petits mammifères, de lézards, serpents, mais aussi de graines, baies et plantes. Parfois, elle peut même consommer des charognes. Elle consomme aussi de la sève d’acacia.
Elle boit avec un mouvement de succion, alors que les autres oiseaux avalent le liquide en levant la tête.

PROTECTION / MENACES / STATUTS:
Les populations de l’outarde kori déclinent, avec des extinctions locales observées.

Les menaces sont la perte de l’habitat au profit de l’agriculture et des développements humains, la chasse et la lente reproduction de l’espèce.
L’outarde kori se reproduit en captivité depuis quelques années, en choisissant des partenaires génétiquement compatibles.