English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

La femelle construit le nid, une coupe ouverte faite de feuilles et de morceaux de feuilles, de radicelles, de tiges, d’orchidées ou de fougères et de fibres végétales. L’intérieur est tapissé de matières végétales semblables à du crin de cheval. Un tel nid est construit entre 2 et 11 mètres de hauteur, parfois plus selon l’endroit, dans les branches d’un arbre.

La ponte comprend un  ou deux œufs, souvent deux, de couleur chamois rosâtre avec quelques fines taches plus sombres. L’incubation dure 18 à 20 jours, assurée par la femelle seule. Les poussins sont nourris avec des arthropodes, et plus tard des fruits sont ajoutés à leur régime. Ils quittent le nid au bout de 17 à 20 jours après la naissance. Le mâle ne participe pas du tout à la nidification.

ALIMENTATION : 
Le Paradisier de Raggi se nourrit principalement de fruits, des capsules et des figues (Ficus). Il capture aussi des arthropodes.
Cette espèce ne digère pas les graines, et participe ainsi à la dispersion des graines dans la nature.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Paradisier de Raggi est commun et largement répandu dans sa distribution, et il n’y a actuellement aucune menace potentielle contre l’espèce.

Ang : Raggiana Bird-of-paradise
All : Raggiparadiesvogel
Esp: Ave-del-paraíso de Raggi
Ital : Uccello del Paradiso del marchese De Raggi
Nd: Raggi-paradijsvogel
Sd: Raggianaparadisfågel

Photographes:

Michel Ottaviani
Le site de Michel Ottaviani

Otto Plantema
Trips around the world

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 14 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553507

Les Oiseaux de paradis – Histoire Naturelle et photographies - par Michel Ottaviani - Editions Prin, France – ISBN : 2-909136-40-X

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

Avibase (Lepage Denis)

ARKive (Christopher Parsons)

BirdLife International (BirdLife International)

SAN DIEGO ZOO - Birds

THE AVIANWEB (Sibylle Faye)

Honolulu Zoo

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Paradisier de Raggi
Paradisaea raggiana

Ordre des Passériformes – Famille des Paradisaéidés

QUELQUES MESURES :
L : Mâle : 34 cm, sans les fils de la queue qui mesurent environ 60 cm.
L : Femelle : 33 cm
Poids : 133-220 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Paradisier de Raggi est un oiseau superbe aux parades nuptiales spectaculaires. Le magnifique plumage est mis en valeur par différentes postures et mouvements. Il est l’emblème national de Papouasie - Nouvelle-Guinée.

Le mâle adulte présente de très beaux dessins sur la tête. Les lores, le front, les couvertures auriculaires, la zone malaire, le menton et la gorge sont d’un vert émeraude irisé, légèrement teinté de jaune. Le reste de la tête, la nuque et l’arrière du cou sont jaune orangé clair, avec un pâle reflet argenté.
Un étroit collier est formé par l’extension de la couleur jaune en travers du bas de la gorge, et depuis l’arrière du cou jusqu’au manteau où il devient brun-châtain clair.
Le reste des parties supérieures, le dessus des ailes et la queue, sont brun foncé, avec une légère teinte châtain sur le dos, le croupion et les couvertures sus-caudales. Sur le dessus des ailes, on peut voir une barre alaire jaune orangé clair sur les petites couvertures, et une légère teinte jaune orangé sur les liserés externes des grandes couvertures.
Sur la queue, les deux rectrices centrales sont très allongées et réduites à des fils noirâtres sans barbes excepté à la base.

Sur les parties inférieures, le haut de la poitrine est brun noirâtre avec un reflet sombre bronze cuivré. Cette partie contraste avec l’abdomen brun moyen. Les cuisses, le bas-ventre et les couvertures sous-caudales deviennent plus pâles, plutôt brun rosâtre. Les couvertures sous-caudales sont semblables à des filaments et atteignent en longueur la moitié de la queue. Les plumes des flancs sont orange cramoisi avec des extrémités blanc chamoisé du côté inférieur, et brun fauve du côté supérieur. Ces plumes sont très allongées et se terminent par des filaments, plus roux sur le côté supérieur.  

Le bec robuste est bleu-gris pâle. Les yeux sont jaunes. Les pattes et les doigts sont clairs, plutôt couleur chair.

La femelle est plus petite et a les ailes plus courtes. Les rectrices centrales sont plus courtes et plus étroites, et plus pointues que les autres plumes de la queue. Elle a la face, les couvertures auriculaires, le menton et la gorge brun foncé, alors que la calotte, l’arrière et les côtés du cou et la partie antérieure du collier sont jaune chamoisé foncé. Ce collier devient brun rosâtre clair sur les parties inférieures. Le milieu de l’abdomen est plus clair.

Le juvénile est brunâtre sombre jusqu’à l’âge de quatre mois environ. Ensuite, il devient semblable à la femelle adulte. Il faudra entre 5 et 7 ans au jeune mâle pour obtenir le plumage complet de l’adulte.

On trouve quatre sous-espèces : salvadori, intermedia, augustaevictoriae et raggiana (décrite ci-dessus).

La race « augustaevictoriae » (ci-dessous représentée) a les plumes des flancs orange-abricot, l’abdomen plus clair, et un étroit collier jaune sur la gorge. La femelle est beaucoup plus claire que dans la race nominale.

Race « augustaevictoriae »

HABITAT :
Le Paradisier de Raggi fréquente les zones forestières telles que forêts de plaines, forêts de basse montagne, forêts secondaires, lisières, jardins, arbres dans des zones nues et découvertes.
Habituellement, les mâles adultes ne quittent guère l’intérieur de la forêt. Cette espèce peut être vue depuis le niveau de la mer jusqu’à 1500 mètres d’altitude.
Les leks sont en général situés dans divers types d’habitats, mais souvent à un endroit plus élevé, bien que des arènes se trouvent aussi dans des zones plus plates.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :    
Le Paradisier de Raggi se trouve au sud et au nord-est de la Nouvelle-Guinée.
L’espèce est probablement résidente dans sa distribution.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Paradisier de Raggi est essentiellement frugivore, mais il consomme aussi des arthropodes. Il cherche sa nourriture à mi-canopée dans la forêt. Les insectes sont trouvés dans les crevasses de l’écorce et le feuillage, en sondant  le bois pourrissant.
Il se nourrit de fruits (capsules) et de figues (Ficus). Il utilise ses doigts en guise d’outils pour tenir et manipuler sa nourriture. Il est capable d’extraire les graines de la capsule. Comme il ne les digère pas, le Paradisier de Raggi participe activement à la dispersion et à la germination de ces graines. 

Mais cet oiseau est surtout connu pour ses spectaculaires parades nuptiales. Plusieurs mâles se rassemblent dans un lek (ou arène), souvent situé dans les hautes branches des grands arbres ou à un endroit plus haut comme une arête ou une crête élevée. Mais le lek peut aussi se trouver dans une vallée ou dans un paysage plus plat.
Le magnifique plumage des mâles est exposé aux femelles à travers trois phases fondamentales : le rassemblement au lek, la parade statique et l’accouplement. Les cris des mâles portent très loin et résonnent dans la forêt.

Pendant le rassemblement (ou convergence) au lek, les mâles dispersés retournent rapidement à leurs perchoirs à l’intérieur de l’arène dès qu’une ou plusieurs femelles s’approchent. Cette phase est accompagnée de cris sonores. Les mâles sont très excités et bruyants tandis qu’ils sautillent, battent des ailes et agitent leurs longues plumes.

Cette séquence est suivie d’une période plus calme pendant laquelle chaque mâle tente d’être plus beau que ses rivaux, et pour cela, il met ses superbes ornements en valeur par des postures et des mouvements adaptés tout en émettant un unique son métallique.

Et finalement, l’accouplement a lieu sur la branche, après une approche du mâle au cours de laquelle il agite ses ailes et bat bruyamment les jointures carpiennes l’une contre l’autre. 
Cette posture met les magnifiques longues plumes des flancs du mâle en valeur. Elle est suivie de la « parade statique » durant laquelle ces plumes sont dressées tandis que la tête est profondément baissée.

Pendant cette phase des parades, les femelles peuvent comparer la taille et le plumage de plusieurs mâles tenant la même position. Les leks peuvent rassembler jusqu’à dix mâles adultes, et ces endroits peuvent être employés pendant plusieurs années consécutives, jusqu’à plus de 20 ans.

VOL : 
Le Paradisier de Raggi a un vol ondulant et flottant tandis qu’il se déplace d’un perchoir à l’autre à l’intérieur de la forêt. Les ailes sont arrondies, avec quelques rémiges externes modifiées qui aident à produire des sons mécaniques pendant les parades. 

REPRODUCTION DE L’ESPECE :    
La saison de reproduction peut varier selon la distribution, mais elle a lieu habituellement entre avril et décembre. La période des parades varie aussi avec le lieu, mais l’activité est à son maximum entre juin et octobre.
Les mâles sont polygames tandis que les femelles assument seules toutes les tâches liées à la nidification.  

CRIS ET CHANTS :  SONS PAR XENO-CANTO 
Le Paradisier de Raggi est très bruyant pendant les parades nuptiales. Les mâles sont très excités au lek lorsque les femelles apparaissent. Ils lancent des séries de cris sonores qui portent loin, augmentant en intensité et en tonalité « wau wau wau wau wau wáú wááúú wááúú wáááúúú ». La dernière note, plus longue, peut également être émise en dehors du lek. Ces cris sont lancés au moment du pic de l’excitation.
Pendant les périodes plus calmes, ils émettent un seul son métallique.
Il existe de grandes variations dans les cris. Le cri de parade est une longue phrase composée de plusieurs notes insistantes et haut-perchées lancée par le mâle posé sur un perchoir au lek au milieu d’autres mâles au moment du rassemblement dans l’arène.
Ces cris sont émis par plusieurs mâles tandis qu’ils effectuent une sorte de « charge » en guise de parade.