English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Petit-duc torotoroka
Ang: Torotoroka Scops-Owl
All: Torotoroka-Zwergohreule
Esp: Autillo de Madagascar
Ita: Assiolo torotoroka
Nd: Westelijke Madagaskardwergooruil
Sd: västlig madagaskardvärguv

Photographes :

Jean-Claude Billonneau
Photo gallery of BILLONNEAU Jean-Claude

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Dubi Shapiro
Dubi Shapiro Photo Galleries & Dubi Shapiro's Pictures on IBC

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 5 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334253

OWLS OF THE   WORLD – By Claus König, Friedhelm Weick and Jan-Hendrik Becking - IBSN 978-0-7136-6548-2

The Birds of Africa: Volume VIII: The Malagasy Region: Madagascar, Seychelles, Comoros, Mascarenes - Par Roger Safford, Frank Hawkins – ISBN: 1408190494, 9781408190494- Editeur: A&C Black, 2013

Owls of the World - A Photographic Guide: Second Edition – By Heimo Mikkola – Editeur: A&C Black, 2014 – ISBN: 147290592X, 9781472905925

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

PLANETOFBIRDS.COM

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil  

Page Famille Strigidés

Sommaire fiches

 

Petit-duc torotoroka
Otus madagascariensis

Ordre des Strigiformes – Famille des Strigidés

INTRODUCTION :
Le Petit-duc torotoroka des régions ouest de Madagascar est aujourd’hui une espèce à part entière. Il était auparavant une sous-espèce du Petit-duc Malgache (O. rutilus). Il est endémique de Madagascar où il fréquente les habitats forestiers et boisés le long des côtes du sud et de l’ouest de l’ile. Les deux espèces diffèrent légèrement au niveau morphologique, mais leurs chants sont différents.  
L’espèce n’est pas reconnue par Birdlife International, et d’autres études seront nécessaires.    

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 20-22 cm
Poids : 85-115 gr

Le Petit-duc torotoroka ressemble à la forme grise d’O. rutilus, mais la queue est plus longue avec 82-88 mm au lieu de 74-82 mm pour O. rutilus.
Il existe trois formes de plumages, mais la plus courante est la forme grise.
Les parties supérieures sont gris brunâtre pâle avec des stries sombres nettes. On remarque quelques zones blanches sur les scapulaires, formant une rayure claire en travers de l’aile au repos. Sur le dessus des ailes, les rémiges sont gris brunâtre avec des barres blanchâtres finement bordées de noirâtre. La queue assez longue présente les mêmes motifs barrés.
Les parties inférieures sont gris pâle avec de longues stries sombres et étroites, des vermiculures foncées et des barres blanchâtres.
Sur la tête, les touffes auriculaires sont assez petites. Le disque facial est gris, mais plus clair vers l’extérieur.
Le bec est noirâtre. Les yeux sont jaunes avec le bord des paupières rosâtre. Les tarses sont bien emplumés, tandis que les doigts nus sont grisâtre pâle avec les griffes sombres.
Mâle et femelle ont le même plumage, mais la femelle est environ 15% plus lourde que le mâle.
Le juvénile a les couvertures sus-caudales intensément barrées. Les extrémités des rectrices sont plus pointues que chez les adultes.   

La forme brune ressemble à la précédente mais elle est plus brune.
La forme rousse est très rare, avec un plumage brun-roux dans l’ensemble. Les parties supérieures ont une teinte orangée pâle avec des stries sombres, alors que le dessous est barré de blanc, et présente des stries et des vermiculures sombres.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Petit-duc torotoroka se trouve dans l’ouest et le sud-ouest de Madagascar.

HABITAT :
Le Petit-duc torotoroka fréquente les forêts de plaines les plus sèches dans l’ouest, et le plateau central de l’île. Il est également présent dans les habitats modifiés et quelquefois à l’intérieur des villages s’il y a des arbres, ou près des habitations humaines. Il est absent des zones à haute altitude.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Petit-duc torotoroka émet des sons moins purs qu’O. rutilus. Le mâle émet une série plus lente comprenant de 3 à 7 notes roulées « gurrok-gurrok-gurrok…gurrerok… ». Cette série peut être répétée de nombreuses fois à des intervalles variables.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Petit-duc torotoroka se nourrit surtout d’insectes, et plus particulièrement de phalènes, criquets et scarabées. Il consomme probablement aussi des petits vertébrés comme les souris, les grenouilles et les geckos. Les Strigidés du genre Otus sont principalement insectivores.
Il chasse en volant d’un arbre à l’autre, et capture même les phalènes en vol. Il prend aussi des proies directement sur le sol à l’aide de son bec ou de ses griffes.

Il n’y a pas d’informations sur les comportements nuptiaux et reproducteurs du Petit-duc torotoroka. En général, les espèces du genre Otus sont monogames avec des liens solides entre les deux partenaires.
La période de la reproduction est associée à l’abondance des proies, et le Petit-duc torotoroka se reproduit probablement pendant la saison sèche ou vers la fin de celle-ci, afin que les jeunes quittent le nid au début de la saison humide, lorsque les insectes sont abondants.

Le Petit-duc torotoroka est apparemment résident.
En vol, la queue apparaît nettement plus longue que celle du Petit-duc Malgache (O. rutilus), mais les deux espèces ont des ailes arrondies. Comme pour la majorité des Strigidés, le vol est silencieux et agile.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
D’après quelques observations, un nid de Petit-duc torotoroka a été trouvé sur le sol. Cependant, plusieurs autres nids étaient construits dans des cavités naturelles dans les arbres, à environ deux mètres de hauteur.
La couvée contient 2 à 5 œufs blancs. La durée de l’incubation et de la période au nid n’est pas connue.    

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Les statuts du Petit-duc torotoroka sont actuellement inconnus. Comme toutes les espèces aviaires de Madagascar, il est vulnérable à l’éclaircissage de la forêt et à la dégradation de l’habitat. L’espèce est sans doute relativement commune dans des habitats adaptés à ses besoins, mais il faudrait davantage d’informations.