English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Petite buse
Ang: Broad-winged Hawk - Broadwing
All: Breitflügelbussard
Esp: Busardo Aliancho
Ita: Poiana alilarghe
Nd: Breedvleugelbuizerd
Sd: Bredvingad vråk
Port: Gavião-de-asa-larga

Photographes:

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Alfredo Colón
Puerto Rico Wildlife

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 2 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334156

HAWKS, EAGLES AND FALCONS OF NORTH AMERICA by Paul A. Johnsgard - Smithsonian Institution Press - ISBN: 1560989467

A GUIDE TO THE BIRDS OF MEXICO AND NORTHERN CENTRAL AMERICA by  Steve N. G. Howell, Sophie Webb - Oxford University Press - ISBN: 0198540124

A GUIDE TO THE BIRDS OF COLOMBIA by Steven L. Hilty and William L. Brown - Princeton University Press – ISBN 069108372X

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Animal Diversity Web (University of Michigan Museum of Zoology)

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

Global Raptor Information Network - Working to Conserve Birds of Prey in nature

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia, the free encyclopaedia

Hawk Mountain

Nature Works

HBW Alive

 

Accueil

Page Accipitridés

Page Rapaces

Sommaire fiches

 

Petite buse
Buteo platypterus

Ordre des Accipitriformes – Famille des Accipitridés

INTRODUCTION :
La Petite buse est la plus petite buse nord-américaine du genre Buteo. C’est aussi un migrateur accompli. Cette espèce n’est pas globalement menacée, bien que des déclins soient observés à cause de la dégradation des aires de reproduction avec la fragmentation des forêts.
La Petite buse parcourt de longues distances lors de ses migrations, notamment pour les oiseaux qui se reproduisent au Canada et qui hivernent au Brésil. Elles voyagent en énormes vols comprenant des centaines et même des milliers d’oiseaux. Cependant, quelques sous-espèces sont résidentes à Cuba, Porto Rico et sur plusieurs iles des Antilles.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 38-46 cm
Envergure : 86-100 cm
Poids : M : 325-385 gr – F : 395-560 gr

L’adulte a les parties supérieures brunes ou noir brunâtres, comprenant la calotte, la nuque, les scapulaires, le dos, le croupion et les couvertures sus-alaires. Les couvertures sus-caudales sont brunes avec les extrémités blanches, alors que les rectrices sont noirâtres. La queue porte trois barres blanchâtres, la plus large au milieu et deux autres plus étroites, l’une à la base et l’autre à l’extrémité.

Sur les parties inférieures, le menton et la gorge sont blancs, parfois chamoisés. Le reste est blanchâtre mais variable, avec la poitrine striée et barrée de brun-roux terne, alors que le haut de l’abdomen, les côtés du corps et les flancs sont semblables mais avec des barres plus étroites. Le bas de l’abdomen est blanc ou légèrement marqué de brunâtre. Les couvertures sous-caudales sont blanches. Les cuisses sont plus pâles et plus finement marquées de brun que les côtés du corps. Le dessous des ailes est blanchâtre, parsemés de taches et de rayures brunes sur les couvertures sous-alaires.

Sur la tête, la calotte et la nuque sont brunes. Les joues sont brunes ou gris brunâtre, et une large moustache plus sombre s’étend vers le bas en traversant la joue. Les lores sont blanchâtres ou blanc chamoisé. L’adulte de forme claire peut présenter une étroite ligne frontale blanc chamoisé.
Le bec est gris ardoisé ou noir. La cire est jaune verdâtre. Les yeux sont jaune brunâtre ou noisette. Les pattes et les doigts sont jaune pâle avec les serres noir bleuâtre.

L’adulte de forme sombre est très rare et se trouve principalement dans l’Alberta, dans l’ouest du Canada. Il ressemble à la forme claire mais les plumes des côtés du cou et du haut du dos sont bordées de brun ou cannelle. Sur les parties inférieures, les marques sont davantage roussâtres.

Les deux sexes sont semblables avec la femelle légèrement plus grande que le mâle.   
Le juvénile ressemble aux adultes mais il a les liserés des plumes plus pâles, et des marques sombres variables sur la poitrine, mais pas de barres rousses. La queue porte 5-6 barres sombres.
Le bec est noir avec la cire jaune. Les yeux sont gris pâle. Les pattes et les doigts sont jaune verdâtre. Le plumage adulte est presque complet au cours du second automne.

Juvénile

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Petite buse a six sous-espèces reconnues. Elles diffèrent par les dessins et l’intensité de la coloration des parties inférieures.
B.p. platypterus (ici décrite et représentée) se trouve dans le centre sud et le sud-est du Canada et l’est des Etats Unis. Elle hiverne dans le sud de la  Floride, et depuis le sud du Mexique à travers l’Amérique Centrale et l’Amérique du Sud jusqu’à l’est du Pérou, le nord de la Bolivie et l’ouest du Brésil.
B.p. cubanensis se trouve à Cuba où elle est résidente.
B.p. brunnescens est présente à Porto Rico où elle est résidente. C’est la race la plus foncée et elle est plus petite que la race nominale.
B.p. insulicola se trouve à Antigua (nord des Petites Antilles).
B.p. rivieri se trouve sur Dominique, en Martinique et à Ste Lucie (centre des Petites Antilles).
B.p. antillarum est présente dans le sud des Petites Antilles sur St Vincent, aux Grenadines, et sur l’Ile de la Grenade, ainsi qu’à Tobago.   

B.p. brunnescens

HABITAT :
La Petite buse est une habitante des forêts. On peut la trouver dans la plupart des zones forestières de l’est des Etats-Unis et du sud du Canada, vers l’est de la Colombie Britannique. Elle est présente dans les forêts sèches ou humides plantées de feuillus, ou à l’occasion dans les forêts de conifères. Elle chasse souvent aux lisières des zones humides et le long des routes. Elle nidifie dans les zones boisées plutôt ininterrompues à proximité (entre 70 et 150 mètres) des marais, des étangs ou des lacs.
Sur les aires d’hivernage, ce rapace fréquente les forêts tropicales de feuillus ou mixtes, en Amérique Centrale et du Sud.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Petite buse a pour cri d’alarme un sifflement monotone composé de deux syllabes « pee-wee ». Ces deux notes sont plutôt haut-perché pour une buse.
Un autre sifflement ténu et prolongé, également haut-perché, est émis depuis un perchoir ou en vol « eeeeeeu » ou « ssiiiiiu ».

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
La Petite buse se nourrit d’une grande variété de proies dont de nombreuses espèces de petits mammifères depuis la souris jusqu’au petit lapin, plusieurs espèces d’oiseaux de la taille d’une perdrix, et des reptiles, des amphibiens et des invertébrés comprenant des sauterelles et des libellules.
Insectes et autres arthropodes, ainsi que lézards et grenouilles, sont largement chassés sur les zones d’hivernage où des territoires de chasse individuels semblent être maintenus pendant toute la saison.

La Petite buse chasse depuis un perchoir ou cachée au milieu du feuillage d’un arbre, mais généralement à la lisière d’une clairière ou d’une ouverture. Elle se pose aussi à découvert sur les pylônes électriques ou les fils. Mais elle cherche souvent ses proies en volant assez haut, au niveau de la cime des arbres. Elle plane ou voltige avant de fondre sur la proie.

Pendant la saison de reproduction, la Petite buse effectue les parades typiques des rapaces du genre Buteo. Celles-ci consistent en parades aériennes acrobatiques.
Le territoire est établi en volant et en planant au-dessus de cette zone tout en émettant des sifflements sonores typiques. Ces rapaces sont monogames.
Pendant l’accouplement qui a lieu au voisinage du nid, le mâle émet un cri de deux tonalités. Les liens du couple sont sans doute maintenus pour plus d’une saison, mais il faudrait davantage d’informations. Ils construisent un nouveau nid lorsqu’ils reviennent de la migration, mais en général dans le même territoire que la saison précédente.

La Petite buse qui se reproduit en Amérique du Nord migre vers le sud jusqu’en Amérique Centrale et du Sud pour hiverner. Les populations de Cuba, Porto Rico ainsi que plusieurs iles des Antilles sont résidentes.

Ce rapace est souvent vu en train de planer avec les ailes aplaties débordant légèrement vers l’avant, alors que la queue est déployée ou partiellement déployée. Il utilise les courants thermiques lorsqu’il migre, afin de conserver l’énergie et de voler plus vite. Il évite de traverser de vastes étendues d’eau.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre mars et juillet. La Petite buse nidifie en couple isolé. Le nid est situé dans une fourche près du tronc d’un feuillu ou parfois d’un conifère. Il est placé à une hauteur de 6 à 14  mètres au-dessus du sol. Il est fait de rameaux de bois et l’intérieur est tapissé de verdure et de copeaux d’écorce. La Petite buse utilise quelquefois des nids abandonnés par des Corvidés ou par des écureuils.

La femelle dépose 2-4 œufs. Elle incube habituellement pendant 28-31 jours, tandis que le mâle chasse et lui apporte des proies. A la naissance, les poussins sont couverts de duvet blanc et ont le bec noir. Le mâle chasse et continue d’apporter les proies à la femelle qui nourrit les poussins pendant environ un mois. Ils seront encore nourris par les adultes pendant 50 jours de plus après avoir quitté le nid. Ils sont capables de voleter à six semaines. Ils restent ensuite à quelques centaines de mètres du nid pour quelques semaines de plus. Ils pourront se reproduire au bout d’un ou deux ans.         

Juvénile
Juvénile

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Petite buse est commune à travers sa vaste distribution. La population des Caraïbes est menacée par la dégradation de l’habitat et la perte de la forêt primaire.
La population nord-américaine est estimée à environ 1 000 000 d’individus. La race « brunnescens »  de Porto Rico est très rare avec seulement quelques 124 oiseaux répartis en trois lieux.
Mais actuellement, la Petite buse est considérée comme non menacée.