English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Pétrel des Chatham
Ang: Chatham Petrel - Chathal Island Petrel
All: Chathamsturmvogel
Esp: Petrel de las Chatham
Ita: Petrello delle Isole Chatham
Nd: Chathamstormvogel
Sd: Chathampetrell   

Photographe:

Don Merton,

Avec l’aimable concours du Department of Conservation Te Papa Atawhai, 2014
Department of Conservation

Simon Tan (Prion de Forster)
PBase Bird galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

A Complete Guide to Antarctic Wildlife by Hadoram Shirihai and Illustrated by Brett Jarrett - Edited by Guy M. Kirwan - ALUL.A Press Oy, Finland - ISBN 9519894705

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

New Zealand Birds Online

New Zealand birds and birding (Narena Olliver)

Department of Conservation

New Zealand bird status between 2008 and 2012

Chatham Islands, New Zealand

Wikipedia, the free encyclopaedia

ARKive (Christopher Parsons)

Te Ara – The Encyclopedia of New Zealand

HBW Alive

 

Accueil

Page Famille des Procellariidés

Sommaire fiches

 

Pétrel des Chatham
Pterodroma axillaris

Ordre des Procellariiformes – Famille des Procellariidés

INTRODUCTION :
Le Pétrel des Chatham était autrefois abondant aux Iles Chatham, mais en 1990, ses aires de reproduction se sont trouvées confinées dans les zones forestières de Rangatira Island, et jusqu’à une période récente, ce site était le seul disponible. L’espèce était affectée par la perte de l’habitat forestier et par les mammifères prédateurs introduits.

En dépit d’une formidable récupération de la forêt au début des années 1950, les chiffres déclinaient et on comptait seulement 30 couples nicheurs dans les années 1980.
En fait, le Pétrel des Chatham était en compétition avec le Prion de Forster (Pachyptila vittata) pour l’occupation des terriers de reproduction. Cette compétition entre les deux espèces ne semblait pas avoir été aussi intense dans le passé qu’à ce moment-là, et ceci était sans doute la conséquence de la diminution des aires de reproduction. Il faut savoir que des centaines de milliers de Prions de Forster se reproduisent sur Rangatira Island.
  
Afin de réduire cette compétition, le Department of Conservation mit en œuvre un certain nombre d’actions pour protéger les terriers en bloquant l’entrée. Pendant la première moitié de la saison de reproduction du Prion de Forster, (juillet-octobre), des systèmes de grillage en plastique et de fils furent placés en juillet en travers de l’entrée des terriers recensés du Pétrel des Chatham. Ce système était enlevé fin octobre/début novembre avant le retour du Pétrel des Chatham à terre pour réoccuper son terrier habituel et commencer les parades.  

Les poussins du Pétrel des Chatham étaient collectés vers la fin de la saison de reproduction et déplacés sur les Iles Pitt et Chatham qui étaient clôturées et donc protégées des prédateurs. Là, les juvéniles étaient nourris jusqu’à leur départ en mer.
De plus, en employant des sons enregistrés qui reproduisaient les cris des pétrels adultes, des petites colonies se sont établies avec succès sur les Iles Pitt et Chatham.

Le Pétrel des Chatham est endémique des Iles Chatham où il est considéré comme Vulnérable au niveau National. Il passe la majorité de l’année en mer et ne vient à terre que pour se reproduire.

Title: Chatham Island Petrel - Pétrel des Chatham
Photographer: Don Merton
Date: 2004
Location: Chatham Islands Area
Description: Chatham Island Petrel, South East Island, Chatham Islands, February 2004
Department of Conservation Te Papa Atawhai, 2014

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 30 cm
Envergure : 63-71 cm
Poids : M : 205-275 gr – F : 185-260 gr

L’adulte est de taille moyenne. Les parties supérieures sont gris ardoisé ou gris bleuâtre, avec la queue légèrement plus foncée. On note la présence d’un M noirâtre en travers de la partie supérieure des ailes et dont la pointe atteint le croupion.
 
Les parties inférieures sont blanches. Le dessous des ailes est blanc au centre et le bord de fuite est sombre. Mais on peut voir une tache noirâtre très nette qui s’étend du bord d’attaque en traversant le centre de la partie interne de l’aile et finissant en une large tache noire au niveau des axillaires. Il y a juste une petite bande blanchâtre à la base du bord d’attaque, formant une tache blanche sur les scapulaires lorsque l’aile est fermée. Les sous-caudales sont grises avec les rectrices externes plus claires.

Sur la tête, la face et les côtés en dessous des couvertures auriculaires, ainsi que le menton, la gorge et la partie antérieure du cou sont blancs. La calotte, la nuque, les couvertures auriculaires, l’arrière du cou et les côtés du haut de la poitrine sont gris ardoisé et rejoignent la couleur du manteau.
Le bec est noir avec l’extrémité bien crochue. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et la base des doigts sont rose pâle, alors que les doigts extérieurs et les palmes sont noirâtres.

Les deux sexes sont semblables. Le juvénile ressemble aux adultes.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Pétrel des Chatham se trouve sur Rangatira Island dans le groupe des Iles Chatham, Nouvelle Zélande. Cette espèce a été réintroduite sur les Iles Pitt et Chatham.
Après la reproduction, il part en mer vers le nord et l’est, jusqu’à environ 1000 kilomètres des côtes du Pérou et du Chili.

HABITAT :
Le Pétrel des Chatham se reproduit dans les habitats plantés de forêts matures endémiques. Pendant la saison de reproduction, il se nourrit jusqu’à 2000/3000 kilomètres au sud-est des Iles Chatham.
Les terriers sont creusés dans les plaines côtières et les terres en pente. En dehors de cette période, il reste en mer.

CRIS ET CHANTS :
Le Pétrel des Chatham mâle émet des « tee,tee,tee » haut-perchés et répétés en vol ou sur le sol. Ces cris peuvent recevoir des réponses du genre « coooo » ou encore « wikoooo ».
La femelle émet des « yap,yap,yap » profonds. Les deux sexes produisent une sorte de ronronnement lorsqu’ils sont au sol.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Pétrel des Chatham se nourrit principalement de calmars capturés près de la surface de l’eau. Son régime comprend aussi une quantité variable de petits poissons, crustacés et autres invertébrés marins. Les calmars sont pêchés de nuit lorsque les bancs remontent près de la surface.
Le Pétrel des Chatham se nourrit en vol en trempant le bec dans l’eau tout en volant.

Il nidifie dans des terriers qui sont réutilisés plusieurs années de suite. Ils sont monogames et les liens du couple durent longtemps. Les adultes reviennent sur leurs sites de reproduction à la fin du printemps et préparent alors le terrier. Ils quittent et retournent au terrier uniquement de nuit pour éviter les prédateurs. Ensuite, ils partent en mer pour un mois environ après s’être accouplés afin de faire des réserves avant la longue période d’incubation.

Le Pétrel des Chatham repart en mer après la reproduction, et se dirige vers le nord et l’est pour atteindre une zone à environ 1000 kilomètres des côtes du Pérou et du Chili entre juin et octobre. Mais des observations de cette espèce en mer au sud des Iles Chatham ont été rapportées.
Le vol est rapide, avec des périodes de battements rapides et beaucoup de glissés avec les ailes raides. Lorsque le temps est calme, il bat des ailes et glisse à vitesse plus réduite.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La ponte a lieu entre fin décembre et début février. Le Pétrel des Chatham se reproduit en colonies en compagnie d’autres pétrels, dont le Prion de Forster. La compétition entre les deux espèces pour l’attribution des terriers est énorme, et sans les efforts réalisés pour la réduire, l’espèce serait aujourd’hui encore plus mal en point.

Prion de Forster

Pachyptila vittata

On note le large bec typique de cette espèce. Il filtre l'eau grâce à des lamelles pour récupérer les petits crustacés dont il se nourrit.

Le Pétrel des Chatham nidifie dans un terrier qui peut mesurer de 50 centimètres à un mètre de long. Il est creusé dans un sol friable sous la forêt et les broussailles. Les adultes ne se rendent au terrier que pendant la nuit.

La femelle dépose un seul œuf blanc et les deux adultes partagent l’incubation en quatre tours pendant 46 jours. A la naissance, le poussin est couvert de duvet gris cendré. Il est couvé pendant un jour ou deux et ensuite, les adultes retournent régulièrement en mer pour se nourrir et nourrir le poussin par régurgitation. Il est nourri avec de la nourriture prédigérée et une huile énergétique produite par le gosier des parents, et digérée très lentement par le poussin.

Vers la mi-avril, le poussin émerge du terrier pendant plusieurs nuits de suite et cherche un arbre correct pour s’envoler. Les parents l’abandonnent en général à cette période et commencent leur migration, tandis que le juvénile gagne lentement son indépendance de fin avril à juin. Il reviendra à la colonie au cours de sa seconde année et pourra se reproduire à l’âge de trois ans.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Grâce à d’intensives actions de conservation, le Pétrel des Chatham est en train d’augmenter lentement sa petite population. Ces actions seront poursuivies jusqu’à l’établissement d’une population capable de s’auto-suffire.
Les mammifères prédateurs introduits sont une menace potentielle constante en dépit d’un contrôle actif.
La population est estimée à environ 1100 oiseaux matures et est en augmentation.
Mais actuellement, le Pétrel des Chatham est considéré comme espèce en Danger d’Extinction.