English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Phénopèple luisant
Phainopepla nitens

 Ordre des Passériformes - Famille des Ptilogonatidés

QUELQUES MESURES:
L : 18-21 cm ; Env : 29 cm ; Poids : 18-28 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU:
Le phénopèple luisant est un oiseau élégant, possédant un plumage lisse et doux, entièrement noir.

Le phénopèple luisant adulte mâle a le plumage entièrement noir brillant, excepté sur les ailes où la partie interne des primaires est blanche, avec des extrémités noires. Elles forment une tache alaire blanche très visible en vol. La queue noire est longue et arrondie.
On peut voir une crête évidente et érectile sur la tête noire. Le bec est noirâtre, fin et court. Les yeux sont rouges. Les pattes et les doigts sont noirs.

La femelle adulte est grisâtre, avec une tache alaire gris clair et non blanche.
L’immature ressemble à la femelle mais il est plus brun, avec les yeux brunâtres. Le mâle immature a le plumage variable, allant du gris et brun mélangés à l’entièrement noir.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le cri commun du phénopèple luisant  est un sifflement « wurp » à la tonalité basse. Ce cri est souvent accompagné de secousses de la queue et de mouvements d’un côté à l’autre. Les deux sexes émettent des « churr » aigus pendant les parades agressives.
Le chant du phénopèple luisant est un sifflement « wheedle-ah » multi-syllabique. L’oiseau émet aussi une série variée de sons calmes. Les deux sexes lancent des vocalises douces et brèves au nid.  Pendant les parades, la femelle peut émettre un doux « churr » prolongé. Les cris d’alarme et de détresse sont sonores, presque des hurlements.
Le phénopèple luisant peut aussi imiter d’autres cris appartenant à d’autres espèces, et ces imitations servent aussi à distraire les prédateurs. Il peut reproduire jusqu’à 12 ou 13  chants différents.
Les deux sexes claquent du bec rapidement, produisant des bruits secs, principalement pendant la construction du nid.  

HABITAT :
Le phénopèple luisant se reproduit au début du printemps dans les zones broussailleuses où poussent des arbres du genre Prosopis, mais à la fin du printemps, il se déplace dans un habitat plus frais et plus humide pour élever une seconde couvée.
L’hiver et le début du printemps sont passés dans le désert. Pendant l’été, on le trouve dans les maquis et les zones boisées.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le phénopèple luisant se reproduit au centre de la Californie, au sud du Nevada, de l’Utah et du Nouveau Mexique, et à l’ouest du Texas, et vers le sud jusqu’en Basse Californie et au Mexique.
Il hiverne dans le sud de la Californie et au Nevada, au centre de l’Arizona, au sud du Nouveau Mexique et au Texas.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le phénopèple luisant adore les baies de Phoradendron californicum, une sorte de gui, que l’on trouve dans les zones désertiques. Cet oiseau a un appareil digestif spécialement adapté lui permettant de consommer un grand nombre de ces baies, en ôtant rapidement la peau du fruit. La pulpe de ces baies est collante et le phénopèple peut en consommer jusqu’à 1000 par jour. Le phénopèple luisant est l’agent le plus efficace pour disperser les graines de cette plante contenues dans ses fientes.  
Il se nourrit dans les arbustes et avale les baies entières. Il capture aussi des insectes volants en bondissant hors des branches des arbres pour les happer en vol. Il peut faire du vol stationnaire et changer brusquement de direction quand il poursuit un insecte. On le voit rarement au sol, excepté lorsqu’il cherche des matériaux pour le nid.

Le phénopèple luisant chasse les intrus de son territoire. Il émet fréquemment des « churr » aigus à ces moments-là. Les zones de nourrissage et de nidification sont défendues dans le désert, mais pas dans les zones boisées où des distances entre la nourriture et le nid sont plus grandes. 
Des territoires séparés sont établis par le mâle et la femelle en octobre, et ces zones sont défendues pendant tout l’hiver. Pendant la saison de reproduction, l’un des partenaires abandonne son territoire et rejoint l’autre membre du couple. Les oiseaux territoriaux se perchent au sommet d’un grand arbuste ou d’un arbre et crient. Pendant l’été, de petits territoires comprenant un seul arbre et une zone marginale ne sont pas défendus. Les oiseaux peuvent former des colonies lâches de trois à quinze couples, et se déplacer ensemble au début de la saison de reproduction.
Les parades nuptiales commencent vers fin janvier, avec les vols nuptiaux. Les oiseaux volent en groupe lâche en décrivant des cercles  à environ 25 à 100 m de hauteur. C’est souvent un seul mâle qui fait démarrer ce vol. 
On peut aussi observer des parades pendant la construction du nid. Le mâle construit la majeure partie du nid et la femelle participe au revêtement du fond du nid. Des parades sont aussi effectuées par le mâle qui vole près du nid, du haut vers le bas, et exposant ses taches alaires blanches. Il fait aussi des offrandes de nourriture à la femelle, lui apportant des insectes ou des baies alors qu’elle réclame comme les jeunes après leurs parents. Les accouplements ont lieu sur des branches et à découvert. Les phénopèples luisants sont monogames.
Afin de répondre aux prédateurs, le phénopèple luisant admoneste aussi bien les oiseaux que les serpents ou les mammifères, tout en faisant des vocalises et en claquant du bec.
C’est un migrateur sur courtes distances, se déplaçant depuis le Désert de Sonora jusqu’aux zones boisées semi-arides dans les régions environnantes. Seules les populations du nord de l’habitat migrent.

VOL :
Le phénopèple luisant a un vol énergique, faisant  souvent des zigzags quand il poursuit une proie en vol. Son vol est direct et il peut aussi voleter.

REPRODUCTION DE L’ESPECE:
Le site du nid du Phénopèple luisant est sélectionné par le mâle, mais la femelle peut choisir entre plusieurs nids. Celui-ci est souvent placé entre deux et cinq mètres au-dessus du sol, dans une fourche ou dans une touffe de Phoradendron californicum, dans des arbres du genre Proposis, des acacias, des chênes ou des sycomores.
Le mâle construit le nid pendant la parade nuptiale et la femelle aide à le compléter. Les parades durant l’assemblage du nid voient les deux sexes donner sa forme au nid en s’installant à l’intérieur et en claquant du bec quand le ou la partenaire apporte des matériaux, ou arrive au nid. Ils émettent des « kuk-kuk » quand ils échangent leurs places à l’intérieur du nid. 
Le nid est une coupe ouverte faite de tiges, brindilles et fibres végétales, reliées entre elles par de la soie provenant des araignées ou des chenilles. L’intérieur est tapissé de poils ou de duvet. Il est en général bien à l’ombre dans la végétation.

La femelle dépose 2 à 4 œufs légèrement brillants, grisâtres ou verdâtres, tachetés de marques sombres. L’incubation dure environ deux semaines, partagée par les deux parents. Les poussins sont nidicoles et sont couvés et nourris surtout par la femelle.
Les jeunes quittent le nid au bout de 20 jours après la naissance, mais ils peuvent sautiller hors du nid entre le 14ème  et le 19ème jour, et rester dans la végétation, et ensuite retourner au nid pour être couvés et nourris. Les jeunes et leurs parents restent en groupes familiaux pendant au moins une semaine.
Cette espèce produit deux couvées par an.

ALIMENTATION:
Le phénopèple luisant se nourrit principalement de baies, en particuliers celles du Phoradendron californicum. Il consomme aussi des insectes volants.
Les fientes forment souvent des monticules sur les branchettes, juste en dessous des perchoirs territoriaux. Les graines comprises dans ces fientes aident à répandre ces plantes dans d’autres endroits, mais aussi dans d’autres arbres qu’elles parasitent.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le développement de l’agriculture peut causer certains déclins dans les populations de phénopèples luisants. Les zones boisées de Proposis sont éclaircies, et c’est ainsi que l’espèce perd une partie de son habitat. Le climat froid qui sévit souvent dans le désert de Sonora détruit la principale ressource de nourriture des phénopèples, et réduit leurs populations pour plusieurs années. 
Cependant, l’espèce semble avoir des effectifs stables, et n’est pas considérée comme étant menacée ou en danger.

Ang : Phainopepla
All : Trauerseidenschnäpper
Esp : Papamoscas Sedoso
Ital :  Fainopepla nera
Nd : Zwarte Zijdevliegenvanger
Russe : Черный шелковистый свиристель
Sd :    Svart silkesflugsnappare    

Photos de Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures

Photos de Pete Moulton
Pete Moulton Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

FIELD GUIDE TO THE BIRDS OF NORTH AMERICA - National Geographic Society - ISBN: 0792274512

Avibase (Lepage Denis)

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

Animal Diversity Web (University of Michigan Museum of Zoology)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia (Wikipedia, The Free Encyclopedia)

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches