English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Le mâle non nuptial a une caroncule bleue très restreinte. La tête et le dos sont vert olive avec quelques plumes bleues irisées sur le croupion et les couvertures sus-caudales. Les tertiaires sont brun noirâtre avec des liserés jaune verdâtre.
Sur les parties inférieures, la zone qui va de la gorge au bas de la poitrine présente des taches ou des barres sombres plus nettes qu’en plumage nuptial.  

La femelle adulte ressemble au mâle non nuptial, mais elle n’a pas de caroncules ni de plumes bleues sur le croupion. Les parties inférieures sont d’un jaune plus terne, légèrement plus vif sur les flancs. La poitrine est teintée de vert olive.

Le juvénile ressemble à la femelle, avec des liserés clairs sur les couvertures alaires. La base du bec est rose pâle.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :            
La Philépitte souimanga se trouve dans l’est de Madagascar sur toute la longueur de la zone forestière de cette partie de l’ile, au moins depuis Tsaratanana et le versant est de Manongarivo au nord, et vers le sud jusqu’à Andohahela et Tsitongambarika.

HABITAT :   
La Philépitte souimanga fréquente la forêt primaire humide à basse et moyenne altitude, entre 500 et 1500 mètres, mais elle est plus commune autour de 1000 mètres.
Elle est visible en lisière de forêt sur les arbres en fleurs, mais elle est plus clairsemée dans les habitats modifiés voisins de la forêt. Elle est rare sur le plateau central et absente des forêts du littoral et des parties les plus sèches de la forêt primaire.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Philépitte souimanga émet une série rapide, stridente et haut-perché « sisisisisisisisisisi » très caractéristique et pénétrante. Cette série est souvent suivie d’une seconde composée des mêmes notes mais plus espacées.
Elle émet également des « si » et des notes prolongées « swee ».

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Philépitte souimanga se nourrit de nectar sur de nombreux arbres, et aussi sur des fleurs de couleur rose, rouge et blanche d’espèces variées. Elle consomme également des petits fruits et des insectes, ces derniers surtout pendant la période de nourrissage des jeunes.
Les insectes sont capturés en s’élançant brusquement en vol, ou pris sur des touffes de feuilles mortes ou dans les crevasses de l’écorce.
En dehors de la saison de reproduction, elle se joint à des groupes d’espèces mélangées

D’après quelques observations, la Philépitte souimanga préfère insérer sa longue langue pour atteindre le nectar dans les fleurs plutôt que son bec courbé. Elle se nourrit en haut de la canopée, ce qui la rend difficile à observer. Elle est toujours très active, s’arrêtant rarement plus de quelques secondes.

Les comportements nuptiaux de la Philépitte souimanga sont très peu connus et les parades n’ont pas encore été décrites. Cependant, les motifs colorés de la face sont probablement mis en valeur par des postures adaptées ou en tournant la tête, le tout accompagné de cris et de chants.
L’espèce pourrait être polygame, mais le système de reproduction de cette famille est flexible.  

La Philépitte souimanga effectue quelques déplacements saisonniers associés à l’abondance du nectar. Mais quelques déplacements altitudinaux se produisent certainement.  
Elle est toujours très active lorsqu’elle se nourrit. Pendant le vol, la longue première rémige qui présente une encoche sur le bord produit un son vrombissant intense.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :     
La construction du nid a lieu entre août et janvier, avec le maximum de la ponte en octobre/décembre.
La femelle construit une structure presque sphérique avec une entrée latérale, suspendue à environ 5 mètres de hauteur dans un arbre bas ou un arbuste des sous-bois. Le nid est fait avec de la mousse verte qui commence à sécher, des feuilles de bambou, quelques brindilles et des petites feuilles.

Des observations de quelques nids ont permis d’établir que la couvée comporte deux œufs. La femelle incube mais le mâle n’a pas de plaque incubatrice. En revanche, il reste près du nid. Les deux parents nourrissent les jeunes avec des arthropodes.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :   
La Philépitte souimanga est généralement assez commune et répandue dans sa distribution, mais elle est difficile à trouver.
Bien qu’étant confinée à la forêt primaire, l’espèce est présente dans plusieurs zones protégées et la population semble stable.
La Philépitte souimanga n’est pas globalement menacée pour le moment.

Fr: Philépitte souimanga
Ang: Common Sunbird-Asity
All: Langschnabel-Nektarjala
Esp: Filepita-suimanga Común
Ita: Asity nettarinia
Nd: Langsnavelhoningasitie
Sd: solfågelasit
Mal: farifotramainty, Soinala, Takobodimozinga, Zafindrasity

Photographe:

Dubi Shapiro
Dubi Shapiro Photo Galleries & Dubi Shapiro's Pictures on IBC

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 8 By Josep del Hoyo-Andrew Elliott-David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 8487334504

Birds of Madagascar and the Indian Ocean Islands Par Roger Safford, Adrian Skerrett, Frank Hawkins – ISBN: 1472924118, 9781472924117- Editeur: Bloomsbury Publishing, 2015

The Birds of Africa: Volume VIII: The Malagasy Region: Madagascar, Seychelles, Comoros, Mascarenes - Par Roger Safford, Frank Hawkins – ISBN: 1408190494, 9781408190494- Editeur: A&C Black, 2013

Birds of Madagascar: A Photographic Guide Par Pete Morris, Frank Hawkins – ISBN: 0300077556, 9780300077551- Editeur: Yale University Press, 1998

Birds of the Indian Ocean Islands Par Ian Sinclair, Olivier Langrand - ISBN: 1868729567, 9781868729562- Editeur: Struik, 2003

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

ADW Philepittidae asities

Creagus ASITIES Philepittidae

African Bird Club

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Passériformes

Les Philépittidés

Sommaire fiches

 

Philépitte souimanga
Neodrepanis coruscans

Ordre des Passériformes – Famille des Eurylaimidés

INTRODUCTION :
La Philépitte souimanga est endémique de Madagascar. Elle est présente dans l’est de l’ile, dans les forêts humides de montagne. Ce petit oiseau à queue courte a un long bec courbé vers le bas et des motifs brillamment colorés sur la face, en particulier pendant la saison de reproduction. Le dimorphisme sexuel est très marqué pendant cette période.
Elle se nourrit de nectar de fleurs mais aussi d’insectes, surtout au moment du nourrissage des jeunes. Le nid est une structure suspendue dans un arbre bas ou un arbuste.
La Philépitte souimanga est assez commune et répandue dans sa distribution, et l’espèce n’est pas menacée actuellement.  

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 9,5 – 10,5 cm
Poids : 6,4 – 7 gr
Longueur du bec : 26-29 mm

La Philépitte souimanga mâle en plumage nuptial a les parties supérieures bleu foncé métallique. Les plumes du dos, du croupion et les couvertures alaires internes ont des liserés bleus irisés, tandis que les couvertures primaires sont bordées de jaune.
Les parties inférieures sont jaune terne teinté de vert-olive ou avec des stries.
La tête est bleu vif. On remarque une grande caroncule rectangulaire bleu ciel autour de l’œil. Elle est bleu ciel au-dessus et en arrière de l’œil, et bleu violet foncé en dessous. Le cercle oculaire est vert.  
Le long bec courbé vers le bas est noir, avec la base de la mandibule supérieure bleu outremer entouré de vert pâle au niveau des narines. Cette couleur verte se retrouve aussi à la base de la mandibule inférieure. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont noirs ou gris-olive.