English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Robust Woodpecker
All : Scharlachkopfspecht
Esp : Picamaderos Robusto
Ital : Picchio robusto
Nd: Grote Roodkopspecht
Sd: Vitryggad jättespett
Port: Pica-pau-rei

Photographes:

Philippe et Aline Wolfer
OISEAUX D'ARGENTINE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol. 7 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal – Lynx Edicions – ISBN: 8487334377

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

OISEAUX D'ARGENTINE

Wikipedia, la enciclopedia libre

The Cornell Lab of Ornithology – Neotropical birds

Fauna Paraguay

 

Accueil

Page Picidés

Sommaire fiches

 

Pic robuste
Campephilus robustus

Ordre des Piciformes – Famille des Picidés

QUELQUES MESURES :
L : 32-37 cm
Poids : 230-294 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Pic robuste est un oiseau de grande taille, comme tous les membres du genre Campephilus.

Le mâle adulte a la tête, la crête et le cou rouge vif. Il présente une petite tache ovale noire et blanche sur la partie inférieure des couvertures auriculaires. Sur le cou et les côtés de la tête, les plumes peuvent présenter des bases noires ou chamoisées, surtout en plumage usé.

Les parties supérieures sont blanchâtres, souvent teintées de chamois clair ou cannelle. On peut voir quelques barres noires sur le haut du manteau et les côtés. Sur le dessus des ailes, les couvertures et les scapulaires sont noirs, alors que les vexilles internes des rémiges portent des taches chamois-rouille, très évidentes en vol. La queue est noire.

Sur les parties inférieures, le haut de la poitrine est rouge vif. Le reste est blanchâtre chamoisé et barré de noir. L’abdomen présente souvent des barres plus étroites ou occasionnellement n’en a pas du tout. Le dessous des ailes est brun noirâtre, les couvertures sont chamois-roux et les rémiges sont tachetées comme sur le dessus.

Le bec est couleur corne, presque droit et en forme de ciseaux à l’extrémité. Les yeux sont blanchâtres ou blanc jaunâtres, entourés d’un cercle de plumes sombres. Les pattes et les doigts sont gris foncé.

La femelle ressemble beaucoup au mâle, mais elle n’a pas la petite tache noire et blanche sur les couvertures auriculaires. En revanche, elle a la base du bec blanchâtre qui s’étend jusqu’au bas des couvertures auriculaires. Cette rayure malaire est bordée de noir dessus et dessous. Le menton est noir également.

Le juvénile est plus terne et plus brun. Les barres des parties inférieures sont moins contrastées et les couvertures sous-caudales sont souvent unies. Il a les parties supérieures plus blanches et la même tête que la femelle, mais le jeune mâle présente des plumes aux extrémités rouges sur la zone malaire.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Pic robuste émet quelques cris courts lorsqu’il est posé ou en vol : « kee » ou « kew », et des séries ainsi décrites « pso-ko po-po-po-po-rrat ».
Cette espèce tambourine d’une façon qui lui est propre. C’est un son double « to-plop » ou « thump-ump », produit une à trois fois par minute. Ces sons trahissent la présence de ce pic dans les forêts humides de son habitat en Amérique du Sud. Ils sont utilisés pour maintenir le contact entre les membres d’un groupe.  

HABITAT :
Le Pic robuste fréquente les forêts humides d’Araucaria (Araucaria angustifolia). On peut aussi le trouver dans les forêts abimées par les feux s’il y a des grands arbres.
L’espèce est visible dans les plaines jusqu’à 1000 mètres, et dans les collines jusqu’à 2200 mètres d’altitude.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Pic robuste se trouve depuis l’est du Brésil jusqu’à l’est du Paraguay, dans le nord-est de l’Argentine et Río Grande do Sul au Brésil.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Pic robuste peut être vu seul, en couple ou en groupes familiaux. Il se nourrit de Coléoptères et de larves d’insectes perceurs, de graines et de baies.
Il vient rarement sur le sol, préférant rester à mi-hauteur dans la forêt. Mais comme il cherche sa nourriture sur les grands arbres morts ou vivants, il est finalement présent à tous les niveaux. Les troncs et la base des branches sont inspectés. Il enlève l’écorce et sonde les crevasses grâce à son long bec tranchant. Il donne des coups de bec et tambourine vigoureusement.

Les comportements du Pic robuste pendant la reproduction sont actuellement peu connus. Cependant, des parades avec les ailes déployées ont été observées. Ces parades servent à exposer les couleurs des rémiges tachetées, le manteau blanchâtre et les rayures du dessous. D’autres parades sont certainement effectuées avec la crête rouge dressée, ainsi que des vols nuptiaux.

Le Pic robuste est résident dans sa distribution et défend donc un territoire toute l’année. Les pics préviennent de leur présence par des signaux vocaux et des tambourinages. Le mâle tambourine en général plus souvent que la femelle.

VOL :  
Le Pic robuste a un vol ondulant comme la majorité des Picidés.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
Le Pic robuste creuse des cavités dans les arbres pour nidifier. Les deux partenaires effectuent cette tâche ensemble. Ce grand pic prépare une entrée large adaptée à sa taille importante. La chambre d’incubation est creusée dans la partie tendre du bois. Le site du nid, c’est-à-dire l’arbre qui l’abrite, se trouve habituellement à la lisière du territoire, souvent dans un habitat plus ouvert, avec une orientation choisie pour protéger l’entrée du mauvais temps.

La femelle dépose 2-4 œufs blancs et les deux adultes se partagent l’incubation pendant 12 à 15 jours. Les poussins sont nourris par les parents dans la cavité pendant les dix premiers jours, mais ensuite, ils attendent les adultes à l’entrée du nid où ils reçoivent la nourriture. Ils quittent le nid environ 26-28 jours après la naissance.

ALIMENTATION :  
Le Pic robuste se nourrit de larves d’insectes perceurs qu’il trouve sous l’écorce et de coléoptères. Il consomme aussi des graines et des baies selon la saison.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :   
Le Pic robuste est habituellement peu commun à travers sa distribution. Une expansion de l’habitat est soupçonnée dans la région de Río Grande do Sul au Brésil. 
Actuellement, l’espèce a des populations stables et n’est donc pas menacée.