English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang: Correndera Pipit
All: Correnderapieper
Esp: Bisbita Correndera
Ita: Pispola di Correndera
Nd: Correnderapieper
Sd: Correnderapiplärka
Port: Caminheiro-de-espora  

Photographes:

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Eduardo Andrés Jordan
MIS AVES – AVES DE ARGENTINA

Philippe et Aline Wolfer
OISEAUX D'ARGENTINE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 9 - by Josep del Hoyo - Andrew Elliot - David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 8487334695

BIRDS OF SOUTH AMERICA – Passerines - by Robert S. Ridgely and Guy Tudor – HELM Field Guides – ISBN: 9781408113424

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

OISEAUX D'ARGENTINE

Birds of Falkland Islands 

Birding Patagonia Adventure expeditions

ARKive (Christopher Parsons)

HBW Alive

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Pipit correndera
Anthus correndera

Ordre des Passériformes – Famille des Motacillidés

INTRODUCTION :
Le Pipit correndera est connu pour être le plus marqué au niveau du plumage de tous les pipits sud-américains, avec des marques sombres très nettes sur la poitrine. Comme tous les pipits, il est très difficile à identifier sur le terrain, mais les deux rayures blanches visibles de chaque côté du dos sont une aide efficace.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures : 
Longueur : 14-16 cm
Poids : 20 gr

L’adulte de la race nominale a les parties supérieures sombres, intensément striées chamois-cannelle. On peut voir deux rayures blanches longitudinales de chaque côté du manteau. Le dessus des ailes est foncé, avec les primaires bordées de blanc et les couvertures alaires bordées de blanc chamoisé formant deux barres alaires claires. La queue est foncée avec les rectrices externes blanchâtres.
Les parties inférieures sont blanc chamoisé. La poitrine est intensément tachetée de noir et les flancs sont striés de noir.

Sur la tête, la calotte, les couvertures auriculaires et l’arrière du cou sont ocrés et striés de noir. On peut voir un sourcil blanchâtre et des cercles oculaires blancs. On note aussi la présence d’une fine moustache et d’une rayure malaire noirâtres.
Le bec est noirâtre avec la mandibule inférieure claire à la base. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont brun rosâtre. On note la griffe arrière longue et presque droite.

Les deux sexes sont semblables.
Le juvénile a le sourcil jaunâtre. Sur le dessus, les plumes sont bordées de blanchâtre et les primaires ont des liserés jaunes. Les barres alaires sont blanches.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Il existe cinq sous-espèces :
A.c. calcaratus se trouve dans les montagnes du Pérou. Cette race est plus foncée que la race nominale avec le dessus teinté de cannelle et le croupion roux, alors que le dessous est couleur chamois.

A.c. catamarcae se trouve dans le nord du Chili, le sud-ouest de la Bolivie et le nord-ouest de l’Argentine. Celui-ci a les parties supérieures plus foncées, avec le croupion encore plus roux que le précédent.

A.c. correndera (ici décrite) se trouve dans le sud de Paraguay, le nord de l’Argentine, l’Uruguay et l’extrême sud-est du Brésil.

A.c. chilensis se trouve au Chili et dans le sud de l’Argentine, vers le sud jusqu’en Terre de Feu. Il est plus foncé et plus chamoisé que la race nominale, avec moins de stries sur la poitrine mais qui s’étendent plus bas jusqu’en haut de l’abdomen.

A.c. grayi se trouve aux Iles Malouines. Celui-ci est plus grand que la race nominale. Son bec est plus robuste et les stries de la poitrine sont plus petites.

A.c. grayi

HABITAT :
Le Pipit correndera fréquente habituellement les herbages tempérés, les pâturages et les zones cultivées, les zones rocheuses dans les montagnes, les bords des ruisseaux et des lacs avec de l’herbe et des touffes de joncs clairsemées. L’espèce est visible entre 2500 et 4450 mètres d’altitude.
Aux Malouines, il fréquente les herbages ouverts et les zones côtières, mais il évite les endroits où la végétation est dense.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO  
Le Pipit correndera émet un « trrrit » discordant en vol et quelques variantes.
Le chant est remarquable pendant la période de reproduction. Il est émis pendant les vols nuptiaux lorsque le mâle s’élève dans les airs et voltige contre le vent tandis qu’il répète ses phrases musicales « glishawa-glishawa, gleeweeeer… glishawa-glishawa, gleeweeeer… ». Il y a parfois quelques variations, mais toujours avec un trille final distinct et prolongé. Ce chant est émis tandis que l’oiseau glisse dans les airs.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Pipit correndera passe la majorité de son temps à terre où il cherche ses proies. Il se nourrit surtout d’insectes et de larves, ainsi que d’invertébrés variés. Des graines sont probablement ajoutées à ce régime.
Aux Malouines, il se nourrit d’une variété d’invertébrés comme les vers, les larves, les phalènes et les araignées.

Il se nourrit en marchant et en courant facilement sur le sol grâce à ses longues pattes et à ses griffes robustes. Il a des habitudes plutôt terrestres.
On le rencontre habituellement seul ou en couples, souvent perché à découvert et regardant autour de lui.

Pendant la saison de reproduction, le mâle effectue des parades aériennes accompagnées de chants. Il s’élève dans les airs et voltige contre le vent avant de redescendre en glissant avec les plumes des ailes et de la queue vibrantes. Il peut s’élever jusqu’à une hauteur de 40 mètres, voltiger et redescendre presque jusqu’au sol avant de recommencer la même parade. Il chante au moment où il voltige et quand il redescend.

Le Pipit correndera est résident et migrateur partiel. Les populations de l’extrême sud migrent vers le nord en avril et reviennent en septembre. Les populations se déplacent en général vers le nord après la reproduction, bien que dans le centre et le sud de la distribution, les oiseaux restent quelquefois sur leurs aires de reproduction toute l’année. Aux Malouines, l’espèce est résidente.
Le vol est erratique et ondulant.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre juin et décembre, et aux Malouines, entre fin septembre et décembre.
Le Pipit correndera produit habituellement deux couvées par saison (2-3 aux Malouines).
Le nid est sur le sol, une coupe faite avec des herbes et des racines, et tapissée de plumes, laine et poils d’animaux. Il est placé dans une dépression, bien caché au pied d’une touffe d’herbe. La femelle construit le nid, assistée par le mâle qui apporte les matériaux.

La femelle dépose 2-4 œufs blanc-crème avec des marques sombres. L’incubation dure environ deux semaines, principalement assurée par la femelle. Les poussins sont nourris par les deux parents et quittent le nid deux semaines après la naissance. Mais ils dépendent encore des adultes pour la nourriture pendant une période de 20 jours.

PROTECTION / MENACES / STATUTS : 
Le Pipit correndera est relativement commun et répandu à travers sa distribution, y compris aux Malouines où vivent environ 15 000 couples nicheurs. Mais les chats et les rats introduits sur les iles restent une menace permanente.
La taille de la population mondiale n’est pas connue.
Actuellement, le Pipit correndera n’est pas considéré comme étant menacé.