English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Pluvier bronzé
Pluvialis dominica

Ordre des Charadriiformes – Famille des Charadriidés

QUELQUES MESURES :
L : 24-28 cm
Env : 66-72 cm
Poids : 120-190 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Très semblable au Pluvier fauve (Pluvialis fulvus), il est cependant plus fin et plus jaune sur le dos. Il ressemble aussi au Pluvier doré (Pluvialis
apricaria), mais il est plus petit bien que ses pattes soient plus longues.

Ang : American Golden Plover
All: Amerikanischer Goldregenpfeifer
Esp: Chorlito Dorado Americano
Ital: Piviere dorato minore
Nd: Amerikaanse Goudplevier
Russe: Бурокрылая ржанка
Sd: Amerikansk tundrapipare

Photographes:

Maxime Dechelle
LEPAPARRAZO

Marc Chrétien
MURINUS

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Eduardo Andrés Jordan
MIS AVES AVES DE ARGENTINA

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Volume 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C.Helm - ISBN: 0713639601

SHOREBIRDS by Peter Hayman, John Marchant and Tony Prater – Christopher Helm – 1986 – ISBN: 0747014035

GUIDE DES LIMICOLES de D. Taylor - Delachaux et Niestlé - ISBN : 2603014080

Avibase (Lepage Denis)

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Le pluvier bronzé en plumage d’hiver a les parties supérieures et la calotte gris-brun terne, avec plus ou moins de plumes aux liserés dorés, jaunes ou blanchâtres.
Les parties inférieures sont blanchâtres avec la poitrine et les flancs plus grisâtres et tachetés de brunâtre. L’abdomen est plus clair avec des taches brun clair indistinctes. Les couvertures sous-caudales sont blanches. Le dessous des ailes est brun-gris. Le sourcil blanc reste bien visible.

Le mâle en nuptial a les parties supérieures brun-noir et doré et les parties inférieures entièrement noires. Une bande blanche ou châle, s’étend depuis le front, les sourcils et les côtés de la tête, et descend jusque sur les côtés de la poitrine.
Le bec droit est noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont  noirâtres.  

La femelle est plus terne et en général plus blanche sur les parties inférieures.   
Les juvéniles et les non nicheurs ont la gorge blanche, la poitrine gris brun et l’abdomen blanc. La poitrine et les flancs peuvent être tachés de brun, ou mouchetés. Les parties supérieures sont brun foncé avec des taches jaune pâle. Le sourcil est blanc.    

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Pluvier bronzé a un cri classique qui inclue un aigu « klii-i », ou un monosyllabique « klip », et un plaintif « klu-iit » avec la seconde syllabe tremblante. Les cris ont en général des tonalités hautes.
Le chant en vol est un strident « ku-whiip ».
   

HABITAT :
Le Pluvier bronzé vit dans les prairies, les pâturages, les rivages et autres lieux humides à végétation basse. Pendant les migrations, il s’installe dans divers habitats comme les marais côtiers et les estuaires, les marais salants et les champs.
Il se reproduit dans la toundra arctique et subarctique, dans les vallées à végétation basse faite de mousse et de lichens.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Il se reproduit en Alaska et au nord du Canada, et hiverne au Brésil et en Argentine jusqu’à la Terre de Feu.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Pluvier bronzé est un grand migrateur. Il fait l’aller-retour entre l’Arctique et le sud de l’Amérique du sud (environ 5000 à 7000 km) chaque année. En migration, les groupes sont très bruyants, et quand ils se posent pour les haltes migratoires, ils tournent tous à l’unisson.
Il dort dans des dortoirs communautaires situés dans les marais salants ou les champs près de l’eau, et même occasionnellement sur les plages côtières.
Le Pluvier bronzé marche ou court en général, mais il est capable de vols rapides et longs.
Il est très territorial sur les aires de reproduction, et quelques individus défendent les aires de nourrissage en hiver.
Il se nourrit à la manière de tous les pluviers, s’arrêtant et courant, tout en picorant sur le sol.

Pratiquement dès l’arrivée sur les aires de reproduction, le mâle commence son vol de parade, et les couples s’installent.

VOL :
Les Pluviers bronzés volent en grands groupes pendant les migrations.  

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
Le pluvier bronzé est monogame durant plusieurs années. La ponte a lieu  de juin à mi-juillet. Ils forment des petites colonies très lâches, avec environ 6 couples au km2. Ces oiseaux sont fidèles à leur site de reproduction.  

Le mâle creuse le sol pour y faire le nid, et le tapisse de lichens, feuilles mortes, herbes et mousse. Le nid est au sec, dans la toundra découverte.

La femelle dépose 4 œufs cannelle à chamois clair ou crème, avec des taches noires et brunes. L’incubation dure environ 26 jours. Habituellement, le mâle couve pendant le jour, et la femelle le remplace pour la nuit. Les poussins sont très précoces, et peuvent se nourrir eux-mêmes à peine quelques heures après la naissance. Ils sont élevés par les deux parents. Ils effectuent leur premier vol à l’âge de 22-24 jours. Il n’y a qu’une couvée par an.

ALIMENTATION :
Le Pluvier bronzé se nourrit d’abord d’insectes, auxquels il rajoute des vers, des araignées, des graines d’herbes, des petits mollusques, et des crustacés. Les baies sont importantes au printemps et à l’automne.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :

A cause de la chasse intensive au 19ème et au début du 20ème siècle (un seul jour de chasse a vu tuer 48 000 oiseaux) la population avait subi un terrible déclin.

De nos jours, le Pluvier bronzé n’est pas dérangé sur ses aires de reproduction par les activités humaines, mais les routes migratoires et les lieux d’hivernage sont de plus en plus restreints par le développement de l’agriculture et l’urbanisation.

De plus, les pesticides et autres polluants, les tempêtes pendant les vols migratoires, les prédateurs comme le Faucon pèlerin et autres rapaces, sont autant de menaces non négligeables.
Cependant, la population ne semble pas menacée pour l’instant et reste stable.