English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Dans les situations urgentes, ils sont capables de plonger et de nager pour échapper à un danger. Ils sont nourris par les parents et sont emplumés au bout de 4 à 8 semaines selon les espèces.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Râle de Madagascar  est vulnérable à la perte de son habitat à cause de la transformation des zones aquatiques et boisées pour l’expansion de l’agriculture et l’exploitation du bois. L’espèce est cependant présente dans plusieurs zones protégées.
La population est estimée à 2500/10 000 individus (2002) et semble décliner lentement.
Le Râle de Madagascar est actuellement considéré comme espèce Vulnérable.   

Fr: Râle de Madagascar
Ang: Madagascan Rail
All: Madagaskarralle
Esp: Rascón Malgache
Ita: Porciglione del Madagascar
Nd: Madagaskarwaterral
Sd: madagaskarrall
Mal: Kiky, Kitsiakely, Tsikea, Voronondrika

Photographes :

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Alan & Ann Tate
AA Bird Photography

Texte de NicoleBouglouan 

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334202

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

ARKive (Christopher Parsons)

Rails: A Guide to Rails, Crakes, Gallinules and Coots of the World Par Barry Taylor

Birds of Madagascar: A Photographic Guide By Pete Morris, Frank Hawkins

 

Accueil

Page famille Rallidés

Sommaire fiches

 

Râle de Madagascar
Rallus madagascariensis

Ordre des Gruiformes – Famille des Rallidés

INTRODUCTION :
Le Râle de Madagascar est endémique de Madagascar où il est présent dans les zones humides de la partie est du continent. Comme tous les Rallidés, il est très discret et reste à l’intérieur de la végétation des marais. Il est rarement vu en zone découverte. Il est généralement plus souvent entendu qu’observé, et son long cri est très reconnaissable.
Le Râle de Madagascar est menacé par la perte de l’habitat, et il est actuellement classé en tant qu’espèce Vulnérable. 

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 25 cm
Poids : 148 gr (environ)

Le Râle de Madagascar a les parties supérieures brun olive avec des stries noirâtres, y compris sur le dessus des ailes. La calotte, la nuque et l’arrière du cou sont teintés de violacé. Le front, la face, le menton et la gorge sont gris, tandis que les couvertures auriculaires sont violacé terne.
Sur les parties inférieures, la partie antérieure et les côtés du cou, la poitrine et le haut des flancs sont violacé terne, mais les côtés de la poitrine et le reste des flancs sont plus vivement colorés, avec des stries noirâtres surtout sur les côtés de la poitrine. Le bas des flancs, l’abdomen et les couvertures sous-caudales sont brun olive foncé avec des barres blanchâtres étroites et indistinctes. Les couvertures sous-caudales externes sont blanches.
Le long bec courbé vers le bas est rosâtre avec le culmen sombre. Les yeux sont rouges. Les pattes et les doigts sont brun grisâtre.
Mâle et femelle ont le même plumage, mais le mâle est plus grand et a un bec plus long.

Le juvénile est plus terne avec plus de brun olive que de gris, le menton et la gorge blanchâtres, et la poitrine et le haut des flancs brun chamoisé (au lieu de violacé).
L’immature a le bec brunâtre et les yeux bruns.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :    
Le Râle de Madagascar se trouve dans la partie est de Madagascar, à l’est du haut plateau central.

HABITAT :
Le Râle de Madagascar  fréquente les marais avec des herbes, des roseaux et des laîches, ainsi que les bordures des fleuves. Il est également visible en lisière de forêt dans les herbages, mais il préfère la végétation herbeuse épaisse des forêts humides. L’espèce est présente depuis le niveau de la mer jusqu’à 1800 mètres, mais le plus souvent à haute altitude.  

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO 
Le Râle de Madagascar a plusieurs cris émis pendant la journée depuis le couvert végétal. Lorsqu’il s’envole brusquement, il lance un « tsi-kia » aigu. Les autres cris comprennent un « kia » aigu et haut-perché, un grognement « grrr-grrrrrek » et un « tsiick » métallique.
Il émet aussi une série de notes assez hautes dont la tonalité descend légèrement, sans doute pour l’établissement du territoire, et un « eeoo-eeoo-eeoo-eeoo » sonore semblable à l’alarme d’une voiture.  

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Râle de Madagascar  se nourrit principalement de divers invertébrés. Il sonde la boue avec son bec courbé tout en marchant tranquillement dans la végétation dense des marais.  Cependant, comme le mâle et la femelle ont des becs dont la longueur diffère, leurs façon de se nourrir n’est certainement pas la même.

Les comportements nuptiaux sont peu connus. Le Râle de Madagascar  est généralement vu seul ou en couple. Les râles sont très souvent monogames avec des liens qui durent au moins le temps d’une saison.
Les cris et les chants augmentent certainement au moment de l’établissement du territoire et au début de la saison de reproduction. La façon dont le couple se forme et les parades nuptiales sont peu connues, mais des offrandes de nourriture du mâle à la femelle et le lissage des plumes sont des pratiques assez courantes. L’accouplement se produit souvent après une poursuite assez agressive. Mais les parades sont habituellement limitées chez les Rallidés. Cependant, le cri sonore « klee-killee klee » émis pendant la journée sert probablement à attirer une femelle.

Le Râle de Madagascar  est peut-être migrateur, mais aucun déplacement n’est venu le prouver jusqu’à présent.
Les oiseaux qui vivent sur des iles volent généralement peu, et la majorité d’entre eux sont presque incapables de voler.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La ponte a lieu entre août et octobre. Le Râle de Madagascar construit son nid sur le sol, bien caché dans la végétation aquatique épaisse et souvent près de l’eau. Le nid est une coupe profonde tapissée de végétation.
Les œufs sont brun rougeâtre avec des taches brun foncé sur le côté le plus large. La taille de la couvée n’est pas connue.
Les poussins sont nidifuges et quittent le nid 1 à 3 jours après l’éclosion, mais ils retournent au nid pour être couvés par les adultes la nuit. Ils sont couverts de duvet noir.