English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Roselin à tête grise
Ang: Grey-crowned Rosy-Finch
All: Schwarzstirn-Schneegimpel
Esp: Pinzón Montano Nuquigrís
Ita: Fringuello roseo capogrigio
Nd: Grijskruinbergvink
Sd: grånackad alpfink  

Photographes:

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC & Flickr gallery 1 & Flickr gallery 2

Otto Plantema
Trips around the world

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price
 
Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 15 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553682

Ottaviani, M. (2008) Monographie des Fringilles (fringillinés – carduélinés) – Histoire Naturelle et photographies, Volume 1. Editions Prin, Ingré, France, 488 p.

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

Audubon

Bird Web (Seattle Audubon Society)  

Wikipedia, the free encyclopaedia

The Birds of North America online

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)  

AVIBIRDS.COM

Montana Field Guides

Welcome to Flathead Audubon

Behaviour of the Aleutian Grey-crowned and Brown-capped Rosy Finches Leucosticte tephrocotis

 

Accueil

Page Famille Fringillidés

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Roselin à tête grise
Leucosticte tephrocotis

Ordre des Passériformes – Famille des Fringillidés

INTRODUCTION :
Le Roselin à tête grise vit dans des environnements extrêmes et six sous-espèces partagent la vaste distribution depuis les îles de la Mer de Béring jusqu’à l’est de la Californie. Elles varient au niveau de la taille et de la quantité de gris sur la tête du mâle. Ces oiseaux sont visibles depuis le niveau de la mer jusqu’à 3000 mètres d’altitude.
Les races de l’intérieur et celles des îles vivent dans des habitats légèrement différents. Elles se nourrissent de graines, d’insectes, de bourgeons et de feuilles. Elles nidifient dans les éboulis, sous les rochers ou dans une crevasse sur une falaise, et construisent un nid volumineux à l’intérieur de la cavité choisie. Les deux adultes partagent une partie des tâches liées à la nidification.
Les populations du Roselin à tête grise sont actuellement stables du fait de l’isolement des zones où il se reproduit et où l’impact des activités humaines est très réduit. L’espèce n’est pas globalement menacée pour le moment. 

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 14-16 cm
Poids : 21-29 gr

 Les sous-espèces « griseonucha » et « umbrina » sont représentées sur cette page. Ces deux races vivent sur des îles de la mer de Béring et aux Aléoutiennes. Ce sont les plus grandes de toutes avec une longueur de 17 à 21 centimètres pour un poids de 41 à 60 grammes.

L.t. griseonucha

Le Roselin à tête grise est un oiseau de taille moyenne ou grande selon la race. Ces oiseaux ont des ailes longues et une queue fourchue assez longue.
Le mâle de la race nominale a le front, le menton et la gorge noirs. La zone grise de l’arrière de la calotte s’étend des yeux jusqu’à la nuque. La quantité de gris sur la tête peut varier entre les individus et d’une race à l’autre.  

Les parties supérieures sont brunes et parcourues de stries indistinctes plus foncées sur le manteau et le dos. Les plumes des scapulaires sont davantage striées de brun foncé. Le croupion et les couvertures sus-caudales bruns ont de larges liserés et des extrémités roses. La queue est noirâtre avec des liserés brun clair ou roses. Sur le dessus des ailes, les couvertures, l’alule et les rémiges sont noires et variablement bordées ou terminées de rose pâle.

Les parties inférieures sont brunes avec les plumes de la poitrine et de l’abdomen largement terminées de brun foncé. Les plumes des flancs, du bas de l’abdomen et les couvertures sous-caudales sont largement bordées de rosâtre.

Le bec est gris ardoisé avec des plumes sétiformes blanches. Il devient brun clair avec la base de la mandibule inférieure jaunâtre pâle en dehors de la saison de reproduction. Les yeux sont très foncés, presque noirs. Les pattes et les doigts sont noirs.

La femelle est plus claire ou d’un brun plus terne que le mâle. Le front et la calotte sont plus bruns avec des plumes aux extrémités noirâtres. La zone grise de l’arrière de la calotte est réduite ou absente. Elle n’a ni les liserés ni les extrémités roses, mais les couvertures alaires et les rémiges sont terminées ou bordées de chamois clair ou de blanchâtre.

Le juvénile a la tête, les parties supérieures et inférieures gris foncé avec des plumes aux extrémités brun chamoisé sur les couvertures alaires et des liserés de même couleur à la base des rémiges. Les couvertures sous-caudales sont blanchâtres et présentent des tubes gris larges et des extrémités grises.     

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :    
Le Roselin à tête grise a six sous espèces.

L.t. griseonucha (représentée) se trouve sur les Iles du Commandeur et aux Aléoutiennes, vers l’est jusqu’à l’Ile Kodiak et dans l’ouest de la Péninsule d’Alaska.
Cette race est la plus grande et paraît plus sombre, en particulier sur la poitrine.    

L.t. umbrina (représentée) se trouve sur l’Ile de Hall, l’Ile St Matthieu et les Iles Pribilof en Mer de Béring.
Cette race ressemble beaucoup à la précédente mais elle a le bec plus long. Le plumage est plus sombre ou noirâtre dans l’ensemble, et plus particulièrement sur la tête et la gorge. Le plumage brun foncé est tacheté de noirâtre sur la poitrine, le manteau et le dos.

L.t. umbrina

L.t. littoralis se trouve dans le centre-sud de l’Alaska, vers l’est jusqu’à l’ouest du Canada, et vers le sud dans l’ouest des Etats-Unis depuis l’Etat de Washington et l’Oregon jusqu’au nord de la Californie. Elle hiverne dans le sud de ses aires de reproduction vers l’est jusqu’au centre du Montana, l’ouest du Nevada, le nord de l’Utah et le centre du Nouveau Mexique.
Cette race ressemble à la race nominale mais elle est plus petite. Elle a un bec plus court que « umbrina ». Son plumage est assez foncé.

L.t. tephrocotis (race nominale décrite plus haut) se trouve dans le nord et le centre de l’Alaska vers l’est jusqu’au nord-ouest du Canada, et dans le nord-ouest des Etats-Unis (nord-ouest du Montana). Elle hiverne depuis le sud de la Colombie Britannique vers l’est jusqu’au Saskatchewan et le sud du Dakota, vers le sud jusqu’au nord-est de la Californie, au Nevada, dans l’Utah, dans l’ouest du Colorado et le nord du Nouveau Mexique.

L.t. wallowa se trouve dans le nord-est de l’Oregon (Monts Wallowa). Elle hiverne vers le sud jusqu’au centre-ouest du Nevada et le centre-est de la Californie.
Elle ressemble à la race nominale mais les parties inférieures sont plus ternes et les plumes du dos sont plus foncées.

L.t. dawsoni se trouve dans l’est de la Californie (Sierra Nevada et les White Mountains).
Cette race a le bec plus mince et les extrémités des ailes plus arrondies. Le dessus est plus clair et le dessous est d’un gris plus sombre.

HABITAT :
Le Roselin à tête grise est visible depuis le niveau de la mer jusqu’à 3000 mètres d’altitude. Il se reproduit généralement dans les milieux alpins près des champs de neige et des glaciers, sur des falaises, des talus et sous des rochers.
Les races des îles d’Alaska se reproduisent à plus basse altitude dans la toundra, sur les falaises, les contreforts des montagnes, les dunes herbeuses, les plages rocheuses, les zones arbustives, les bords des routes et près des habitations.
Elles hivernent dans des habitats similaires mais aussi dans les vallées, les plaines et même les villes.
Les races « griseonucha » et « umbrina » sont sédentaires et restent sur les îles toute l’année.  

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Roselin à tête grise émet des « cheep, cheep » durs en vol et lorsqu’il est en groupe. Le cri de contact est un « chew » bourdonnant  avec des variantes qui comprennent des « see-ew » ou « chew-woo » émis avant l’envol. Le cri d’alarme est semblable, mais l’oiseau émet un « peee » haut-perché et des gazouillis sonores si un prédateur s’approche du nid.
Le Roselin à tête grise chante au début de la saison de reproduction. Le mâle émet une série de notes lentes « chew » ou des sifflements descendants « jeew jeew jeew » qui alternent avec des notes bourdonnantes. Le mâle chante depuis le sol ou parfois en vol, souvent en direction de la femelle.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Roselin à tête grise se nourrit principalement de graines d’herbes en hiver. Il lui arrive aussi de consommer du sel. En été, il se nourrit d’insectes, mais aussi de bourgeons et de feuilles. Les adultes nourrissent les poussins avec des insectes rapportés et stockés dans le jabot.

Il se nourrit sur le sol ou dans la neige. Les insectes sont également capturés en vol. Il profite aussi du fait que des insectes pris dans des courants d’air finissent sur la neige où ils gèlent.
Pendant la période de reproduction, ils se nourrissent dans les zones nues, rocheuses ou herbeuses proches des sites de nidification.

L.t. umbrina

Le Roselin à tête grise est monogame. Pendant les parades nuptiales, le mâle fait face à la femelle. Ses ailes sont semi-ouvertes et tombantes avant de les relever et de les baisser à nouveau lentement.
Une autre parade montre le mâle avec le plumage lisse ou bien avec les plumes ébouriffées, tandis que la queue est légèrement relevée et les ailes tombantes. Il s’accroupit sur le sol en face de la femelle, et les deux partenaires avancent l’un vers l’autre jusqu’à ce que leurs becs se touchent.  
La femelle construit le nid et incube les œufs mais les poussins sont nourris par les deux parents.  

Le Roselin à tête grise est résident ou migrateur selon la sous-espèce. Les races des îles sont plutôt sédentaires, tandis que celles de l’intérieur descendent à un niveau plus bas. Les oiseaux arrivent à partir de début novembre sur les aires d’hivernage, et en repartent fin mars dans le nord-ouest et le centre-nord des Etats-Unis.

Le Roselin à tête grise a un vol bondissant avec plusieurs battements rapides.  

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu entre fin avril et juillet-août. Les races de l’intérieur ne produisent qu’une couvée, tandis que les populations des îles peuvent produire 2-3 couvées par saison.
Les deux partenaires collectent des matériaux pour le nid, mais c’est la femelle qui le construit. C’est une coupe volumineuse faite avec des herbes, des radicelles, du lichen, de la mousse et des laîches. L’intérieur de la coupe est tapissé de matières plus douces comme des herbes plus fines, des poils et des plumes.
Le nid est souvent construit dans une cavité au milieu des éboulis, ou bien sous un rocher ou dans une crevasse sur une falaise.

La femelle dépose 2-5 œufs blancs ou blanc-crème avec des marques indistinctes plus foncées. Elle incube seule pendant deux semaines. Les deux adultes nourrissent les poussins avec la nourriture rapportée dans leur jabot. Les jeunes quittent le nid environ 14-15 jours après l’éclosion, mais cette durée varie en fonction de la distribution. Ils dépendent encore des parents pendant trois semaines après leur premier envol.  
Le succès de la reproduction semble être très haut pour les populations arctiques et alpines.

Les prédateurs des nids comprennent le Renard arctique, le Faucon pèlerin, le Faucon gerfaut, le Crécerelle d’Amérique, le Petit-duc des montagnes, la Pie-grièche grise, les rongeurs, les écureuils terrestres et les mustélidés.   

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Roselin à tête grise est assez largement répandu et relativement commun à travers sa vaste distribution. L’espèce est protégée des activités humaines grâce à l’isolement de ses aires de reproduction.
Il sera menacé dans un futur proche par la perte de l’habitat à cause des changements climatiques qui pourront affecter ses habitats montagneux et enneigés.
La population globale est estimée à plus de 200 000 individus et semble être stable actuellement.
Le Roselin à tête grise n’est pas globalement menacé pour le moment.