English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr : Sarcelle d’été
Ang : Garganey
All : Knäkente
Esp : Cerceta Carretona
Ita : Marzaiola
Nd : Zomertaling
Sd : årta

Photographes :

Didier Buysse 
Vision d’Oiseaux

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries & Flickr Rainbirder

Jean-Claude Jamoulle 
A la rencontre des Oiseaux

Otto Plantema 
Trips around the world

Jean Marc Rabby
Des Ailes et des Plumes

Ingo Waschkies
Bird Photography

Nicole Bouglouan 
Photographic ramble & My pictures on IBC

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

THE COMPLETE BOOK OF BRITISH BIRDS – Written by “Royal Society for the Protection of Birds” experts - Préface de Magnus Magnusson - Michael Cady- Rob Hume Editors - ISBN: 0749509112  

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C. Helm - ISBN: 0713639601

GUIDE DES CANARDS, DES OIES ET DES CYGNES – de Steve Madge - Delachaux et Niestlé - ISBN: 2603013769

ENCYCLOPEDIE DES OISEAUX DE FRANCE ET D’EUROPE – de Peter Hayman et Rob Hume - Flammarion – ISBN : 2082009920

A Field Guide to the Birds of South-East Asia by Craig Robson. New Holland Publishers. ISBN: 9781780090498

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

LES OISEAUX D’EUROPE ET D’AFRIQUE DU NORD par Hermann Heinzel, Richard Fitter, John Parslow - Delachaux Niestlé - Isbn : 2603014862

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Bird Words - The official site of Dominic Couzens, natural history writer

Bird Field Guide

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

BirdWatchIreland

AVIBIRDS.COM

Bird Web (Seattle Audubon Society)

Wikipedia, the free encyclopaedia

Wildfowl photography

Northern Ireland Priority Species Garganey

 

Accueil

Page Ansériformes

Sommaire fiches

 

Sarcelle d’été
Anas querquedula

Ordre des Ansériformes – Famille des Anatidés

INTRODUCTION :
La Sarcelle d’été est un petit canard barboteur. Le mâle a des dessins bien particuliers sur la tête permettant une identification rapide sur le terrain. Il se reproduit en Eurasie, depuis les régions subarctiques jusqu’aux zones tempérées. Il hiverne en Afrique subsaharienne, en Inde, dans le sud de l’Asie et en Australasie. Il fréquente habituellement les eaux douces peu profondes des lacs et des marais, avec de la végétation flottante, émergente et en bordure de l’eau dans des paysages ouverts. En hiver, il est présent sur les grandes étendues d’eau douce ou sur les lacs saumâtres, toujours avec de la végétation. En migration, il fréquente les marais salants et se repose souvent sur les eaux marines proches des côtes.
La Sarcelle d’été est menacée par la dégradation de ses habitats de reproduction, par l’augmentation des dérangements causés par les humains, et par la chasse en Europe et en Afrique. La population décline mais l’espèce n’est pas globalement menacée pour le moment.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 37-41 cm
Envergure : 60-63 cm
Poids : M : 260-520 gr – F : 240-585 gr

La Sarcelle d’été mâle en plumage nuptial a une large bande blanche de chaque côté de la tête qui contraste avec le front et la calotte brun noirâtre. La partie antérieure du cou est brun roux foncé et mouchetée de blanc. Du manteau aux couvertures sus-caudales, le plumage est brun noirâtre, avec des plumes aux liserés clairs. La queue est gris-brun. Sur le dessus des ailes, on peut voir un miroir vert bordé de blanc dessus et dessous. Les couvertures sus-alaires sont bleu-gris pâle. Les longues plumes des scapulaires sont rayées de gris, vert foncé, noir et blanc.
Sur les parties inférieures, la poitrine est brune et barrée de noir. Les flancs sont parcourus de vermiculures grises et l’abdomen est blanc. Les sous-caudales sont blanches, barrées et tachetées de brun foncé.
Le bec est gris noirâtre. Les yeux sont brun noisette. Les pattes et les doigts sont grisâtres.  

En plumage d’éclipse, le mâle ressemble à la femelle mais il est plus vivement coloré et garde la majeure partie des dessins du plumage  nuptial mais légèrement plus ternes.  

La femelle est plus terne dans l’ensemble, mais avec des dessins faciaux distincts. Le bec est d’un gris plus pâle ou gris verdâtre. Les yeux sont bruns. Les pattes et les doigts sont gris-olive.

Le juvénile ressemble à la femelle, mais il a le centre des parties inférieures finement strié et tacheté.

Femelle

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Sarcelle d’été se reproduit dans le Paléarctique, à travers l’Eurasie, localement depuis la Grande Bretagne et la France jusqu’au centre de l’Europe, vers le nord jusqu’au sud de la Suède, et de façon plus continue depuis l’est de l’Europe jusqu’en Russie.
Elle hiverne en Afrique subsaharienne, en Inde et en Asie du Sud-est, et vers l’est jusqu’en Nouvelle-Guinée.
L’espèce migre régulièrement dans l’ouest et le centre des Iles Aléoutiennes et vers d’autres îles de l’Alaska.

HABITAT :
La Sarcelle d’été se reproduit près des étangs, lacs et marais peu profonds avec une abondante végétation flottante, émergente et en bordure de l’eau, dans les prairies humides et les champs inondés.
Pendant l’hiver, elle est présente sur les lagunes et les marais côtiers (eau douce ou saumâtre) bordés de végétation. Elle fréquente également les rizières, les stations d’épuration et les réservoirs. Elle est visible dans les habitats maritimes sur les zones laissées par les marais et dans les estuaires, et aussi en mer près des côtes.
Elle se reproduit entre 1200 mètres d’altitude en Europe, et 2600 mètres en Ethiopie.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Sarcelle d’été mâle émet une sorte de cliquetis « knereck » pendant les parades et lorsqu’elle s’envole brusquement. Ce son ressemble au bruit provoqué par le passage d’un ongle sur les dents d’un peigne. La femelle émet un « quack » court et haut-perché semblable à celui de la Sarcelle d’Hiver.    

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Sarcelle d’été se nourrit de graines, d’herbes, de racines, de tubercules et des parties vertes et tendres de différentes plantes aquatiques. Elle consomme aussi une variété d’invertébrés aquatiques comme les vers, les crustacés, les mollusques, les insectes et leurs larves. Elle capture parfois des petits poissons et des amphibiens. Le régime varie en fonction de la saison et du lieu.
Elle se nourrit en nageant, souvent avec la tête sous la surface, ou en picorant à la surface et en barbotant. Il lui arrive de basculer le corps vers l’avant pour atteindre la nourriture sous l’eau. Elle se nourrit généralement la nuit, mais aussi pendant le jour dans des zones tranquilles.  

Le couple se forme sur les aires d’hivernage. Plusieurs mâles paradent ensemble et effectue quelques mouvements uniques chez les canards barboteurs. Ils se penchent en arrière jusqu’à toucher le bas du dos avec la calotte, tandis que le bec est pointé vers le ciel. Ils émettent alors leur cri de crécelle, rapide et sec, avant de reprendre immédiatement une attitude normale.
Ces comportements mettent en valeur les dessins du plumage du mâle, en particulier le large sourcil blanc courbé. L’accouplement a probablement lieu dans l’eau.  

La Sarcelle d’été est migratrice. La migration d’automne a lieu de fin juillet à octobre, avec les premiers arrivages au Sénégal et au Niger entre début et fin septembre, avec un maximum en Afrique de l’ouest à la mi-octobre.
La migration de retour vers le nord commence en février en Afrique, mais le passage principal à travers l’Europe se fait en mars-avril. Ils arrivent dans les aires de reproduction les plus au nord à la mi-mai.
Dans le nord de l’Inde, les migrateurs arrivent entre mi-août et fin août, et repartent vers le nord entre fin avril et mi-mai.
La Sarcelle d’été a un vol direct et rapide avec des battements actifs.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction commence en avril-mai, avec un maximum pour la ponte en mai. Mais il y a de légères variations en fonction de la distribution.
La Sarcelle d’été nidifie en couples isolés ou en groupes lâches. Elle est très territoriale. La femelle construit le nid sur le sol dans la végétation épaisse et souvent près de l’eau. C’est une dépression peu profonde tapissée de feuilles, d’herbes et de quelques plumes. Cette espèce ne produit qu’une seule couvée par saison.

La femelle dépose 8-11 œufs chamoisés ou blanc-crème à 24 heures d’intervalle. Elle incube seule pendant trois semaines (21-23 jours), pendant lesquelles elle est gardée par le mâle.
A la naissance, les poussins ont du duvet brun foncé dessus et jaune pâle dessous, avec deux lignes noirâtres qui vont du bec à la nuque, en passant sur l’œil pour l’une et en dessous pour la seconde. Ils s’envolent au bout de 35-40 jours après l’éclosion, et la femelle seule s’occupe d’eux. Ils pourront se reproduire à l’âge d’un an.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le principal prédateur des nids est un Mustélidé, le Vison d’Amérique (Mustela vison). La Sarcelle d’été est menacée par la perte de son habitat à cause du drainage des zones humides et de la transformation de ce type d’habitats. Les nids sont détruits par le fauchage précoce des prairies. Les dérangements humains sont en augmentation et l’espèce est chassée en Europe et en Afrique. Elle est également menacée par le virus de la grippe aviaire sur ses aires de reproduction et d’hivernage.
La population globale est estimée à 2 600 000/2 800 000 individus (2006). Cette population est en déclin, bien que l’espèce soit encore commune ou abondante à travers la vaste distribution.  
La Sarcelle d’été est actuellement considérée comme non menacée.