English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Sarcelle de Bernier
Ang: Bernier’s Teal - Madagascar Teal
All: Bernierente
Esp: Cerceta Malgache
Ita: Alzavola di Bernier
Nd: Madagaskartaling
Sd: madagaskarkricka
Mal: Mireha

Photographes :

Alan & Ann Tate
AA Bird Photography

Yves Thonnerieux
NATUR’AILES

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

GUIDE DES CANARDS, DES OIES ET DES CYGNES – de Steve Madge - Delachaux et Niestlé - ISBN: 2603013769

Birds of Madagascar and the Indian Ocean Islands Par Roger Safford, Adrian Skerrett, Frank Hawkins – ISBN: 1472924118, 9781472924117- Editeur: Bloomsbury Publishing, 2015

The Birds of Africa: Volume VIII: The Malagasy Region: Madagascar, Seychelles, Comoros, Mascarenes - Par Roger Safford, Frank Hawkins – ISBN: 1408190494, 9781408190494- Editeur: A&C Black, 2013

Birds of Madagascar: A Photographic Guide Par Pete Morris, Frank Hawkins – ISBN: 0300077556, 9780300077551- Editeur: Yale University Press, 1998

Birds of the Indian Ocean Islands Par Ian Sinclair, Olivier Langrand - ISBN: 1868729567, 9781868729562- Editeur: Struik, 2003

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

ARKive (Christopher Parsons)

Wikipedia, the free encyclopaedia

EOL – Encyclopedia of Life

Ducks, Geese and Swans: Species accounts (Cairina to Mergus) publié par Janet Kear

Waterbirds Around the World: A Global Overview of the Conservation ... publié par G. C. Boere, Colin A. Galbraith, David A. Stroud

WAZA - World Association of Zoos and Aquariums - Madagascar teal

ASAG - Avian Scientific Advisory Group

 

Accueil

Page Ansériformes

Sommaire fiches

 

Sarcelle de Bernier
Anas bernieri

Ordre des Ansériformes – Famille des Anatidés

INTRODUCTION :
La Sarcelle de Bernier est endémique de Madagascar. C’est un petit canard barboteur de la partie côtière de l’ouest de Madagascar où il fréquente les petits lacs salés avec de la végétation émergée, les marais, les fleuves et leurs estuaires. Il nidifie dans des creux d’arbres près de l’eau ou au-dessus de la surface.
La Sarcelle de Bernier a une petite population et une distribution restreinte. L’espèce est menacée par la perte de l’habitat et les dérangements, ainsi que par la compétition pour les cavités de nidification avec d’autres espèces et la chasse intensive, entrainant le déclin de la population. L’espèce est actuellement considérée en Danger d’Extinction.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :    
Longueur : 40 cm
Poids : M : 320-450 gr – F : 270-420 gr

La Sarcelle de Bernier est uniformément brune. La calotte et la nuque sont un peu plus foncées que le reste de la tête et le cou. Les parties supérieures sont légèrement « écaillées » avec des plumes aux liserés brun jaunâtre. Sur le dessus des ailes, les couvertures alaires sont brunes, mais les grandes couvertures ont de larges extrémités blanches. Les secondaires sont noirâtres avec un léger reflet vert et des extrémités blanches formant un bord de fuite blanc étroit.

Sur les parties inférieures, les plumes brunes ont le centre noir, mais moins distinctement sur les flancs. Le dessous des ailes est gris avec la région axillaire blanche. 
Le bec est rougeâtre pâle ou orange clair sur la mandibule inférieure, et plutôt rose grisâtre sur la mandibule supérieure, avec l’onglet noir. Les yeux sont châtain vif, presque rougeâtres. Les pattes et les doigts palmés sont gris-brun.

La femelle a le même plumage mais elle a le bec et les pattes plus bruns. Mais son bec est gris pendant la saison de reproduction.
Le mâle a le front plus vertical que la femelle.

Le juvénile est plus terne et plus gris dans l’ensemble, avec des taches plus nettes, en particulier sur la poitrine. Le bec est gris avec la bordure de la mandibule supérieure rosâtre ou couleur chair.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Sarcelle de Bernier est présente dans l’ouest de Madagascar, dans la partie côtière.

HABITAT :  
La Sarcelle de Bernier fréquente les eaux peu profondes des petits lacs salés avec de la végétation émergée, et les zones humides comme les fleuves et les estuaires. Cette espèce nidifie dans les zones saisonnièrement inondées et dans les mangroves sur la partie intérieure de la forêt côtière. Pendant la saison sèche, elle est visible dans les zones humides côtières avec des étendues d’eau salée ou saumâtre, dans des habitats plus ouverts, dans les mangroves côtières, les baies et les estuaires. Elle est moins présente dans les marais, la forêt épaisse, les eaux découvertes et les savanes herbeuses.

CRIS ET CHANTS :               
La Sarcelle de Bernier mâle produit des sifflements courts et calmes « crik-crik-crik » assez semblables à ceux des dendrocygnes. Il émet des « whee-oo » sonores lorsqu’il nage ou qu’il est posé sur le sol. La femelle produit des « quack » rauques et répétés et des gloussements plus doux. On peut aussi entendre des « criiiiiiik… criiiiik… » sonores et répétés.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le régime de la Sarcelle de Bernier est peu connu. D’après des analyses, cette espèce consomme probablement des insectes aquatiques et terrestres tels que les Hyménoptères, les Coléoptères, les Homoptères, les Diptères et les Hémiptères. Elle consomme aussi des graines de plantes aquatiques ainsi que les feuilles et les tiges des Monocotylédones.

Elle se nourrit en pataugeant et en barbotant dans l’eau peu profonde, ou en marchant avec la tête baissée tout en filtrant l’eau et la vase avec les lamelles de son bec. Il lui arrive de basculer son corps vers l’avant dans une eau plus profonde. Elle est surtout active le matin et en soirée.

Pendant la saison de reproduction, la Sarcelle de Bernier effectue des parades nuptiales et devient très agressive envers ses congénères à l’intérieur des petits groupes. Les parades comprennent des mouvements de la tête de haut en bas ou des secousses, ou la tête et la queue relevées en même temps, et d’autres comportements typiques des Anatidés.
Ils sont monogames et les liens du couple semblent être maintenus pendant plusieurs saisons. Le couple défend la zone autour du nid et chasse les intrus. Le mâle reste près de la femelle pendant l’incubation, et accompagne les jeunes jusqu’à l’envol.

La Sarcelle de Bernier semble être un peu nomade. Elle se déplace vers la côte lorsque les lacs sèchent après la reproduction. La mue a lieu sur des lacs pourvus d’une végétation abondante.
En vol, les taches noires et blanches des ailes sont bien visibles.

REPRODUCTION DE L’ESPECE : 
La saison de reproduction est associée à la saison humide sur la côte ouest de Madagascar, et se déroule entre décembre et mars. Cependant, une couvée a été trouvée en avril, ce qui semble suggérer que la Sarcelle de Bernier produit deux couvées par an.
Elle nidifie en couples isolés ou en petits groupes lâches. Elle installe son nid dans un creux d’arbre dans les mangroves plantées d’Avicennia marina, près ou au-dessus de l’eau. Le nid se trouve à une hauteur d’environ 2-5 mètres, souvent dans les plus grands arbres. L’intérieur du nid est généralement tapissé de duvet provenant de la poitrine de la femelle.  

La femelle dépose 2-10 (6-7) œufs jaune chamoisé pâle, et elle incube pendant 27-28 jours. Le mâle reste près d’elle pendant cette période. A la naissance, les poussins ont du duvet gris sur le dessus et blanc grisâtre en dessous. La face est claire avec une ligne oculaire sombre et une petite tache noirâtre dans la zone auriculaire. Le bec est rosâtre et les yeux sont brun foncé.
Ils s’envolent au bout de 45-49 jours après l’éclosion. Ils sont élevés par la femelle, mais le mâle les accompagne jusqu’à leur envol. Leur croissance est complète au bout de 12 semaines environ. Ils sont sexuellement matures à l’âge d’un an.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
La Sarcelle de Bernier est menacée par la perte de l’habitat et les dérangements causés par les humains à travers ses aires de nidification, ce qui entraine la fragmentation de la population. La conversion des étendues d’eau boueuses en rizières renvoie l’espèce vers trop peu d’habitats adaptés à ses besoins, comme les lacs intérieurs, les estuaires et les vasières. Les mangroves sont menacées par l’exploitation du bois. La chasse intensive pendant la saison de reproduction et le piégeage des oiseaux en train de muer et incapables de voler représentent des menaces importantes, et les activités humaines dérangent les oiseaux en pleine reproduction.
La population est grossièrement estimée à 1000/1700 individus matures et décline rapidement.
La Sarcelle de Bernier est actuellement considérée en Danger d’Extinction.