English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Starique minuscule
Aethia pusilla

Ordre des Charadriiformes – Famille des Alcidés

INTRODUCTION :
La Starique minuscule est la plus petite de toutes les stariques avec une longueur d’une quinzaine de centimètres. Elle vient à terre uniquement pour se reproduire sur des îles éloignées et les côtes maritimes en Alaska. Elle passe l’hiver dans les eaux libres de glace.
Cette espèce est l’un des oiseaux de mer les plus abondants du monde. De plus, c’est un oiseau vorace qui consomme en nourriture jusqu’à 90% de son poids chaque jour.
Comme de nombreux oiseaux de mer, la Starique minuscule est menacée par la chasse, la destruction de l’habitat, les prédateurs introduits, les dérangements humains et la pollution en mer. Mais actuellement, c’est une espèce très commune.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 14-16 cm
Poids : 85 gr

L’adulte a les parties supérieures sombres, noires ou brunes, avec des taches blanches variables sur les scapulaires.
Les parties inférieures sont blanches ou gris foncé, et tachetées de gris pâle. Le menton est sombre. La gorge est blanche. On peut également voir une bande pectorale sombre tachetée de façon variable.

La tête est sombre. En plumage nuptial, on peut voir des plumes blanches hérissées sur le front et les lores, et quelques autres plumes blanches fines en arrière de l’œil sur la zone auriculaire.
Le bec court est rougeâtre avec la base noirâtre et l’extrémité claire. On note la présence d’une petite caroncule noirâtre qui se dresse verticalement à la base de la mandibule supérieure. Les yeux sont blancs. Les pattes et les doigts palmés sont gris bleuâtre, avec les membranes noirâtres et les griffes noires.

Fr : Starique minuscule
Ang : Least Auklet
All : Zwergalk
Esp : Mérgulo Mínimo
Ita : Alca minima
Nd : Dwergalk
Sd : Dvärgalka

Photographes:

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

Otto Plantema
Trips around the world

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Alaska Seabird Information Series

Animal Diversity Web (University of Michigan Museum of Zoology)

Audubon

Nature Works

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia, the free encyclopaedia

HBW Alive

 

Accueil

Famille des Alcidés

Sommaire fiches

 

Les deux sexes sont semblables mais la femelle a le bec légèrement plus petit que celui du mâle. En hiver, les parties inférieures sont entièrement blanches. Le bec est plutôt noirâtre. La caroncule ainsi que la majorité des plumes blanches de la face sont absentes.
Le juvénile ressemble à l’adulte en hiver, mais il n’a pas les plumes blanches de la zone auriculaire.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE : 
La Starique minuscule se trouve dans le Pacifique Nord. Elle se reproduit sur la Péninsule Chukotski dans l’est de la Sibérie, sur la côte ouest de la Péninsule du Kamtchatka, sur les Iles du Commandeur, au centre des Iles Kouriles et sur diverses îles dans la Mer d’Okhotsk.
En hiver, elle est en mer le long des côtes de la Mer de Béring. Elle reste souvent près des aires de reproduction. Elle se déplace depuis la limite nord des eaux libres de glace, vers le sud jusqu’au Golfe d’Alaska et au nord du Japon, et plus particulièrement à Hokkaido.

HABITAT :
La Starique minuscule se reproduit sur les plages rocheuses, les pentes face à la mer, les falaises maritimes, les champs de rocaille et les champs de lave sur des îles éloignées. Les plus hautes concentrations de nids se trouvent en général sur les talus au sol nu.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Starique minuscule est très loquace aux colonies. Les adultes peuvent produire divers types de sons, des bavardages, des gazouillis et des sortes de hululements. Ces sons sont émis tandis que l’oiseau balance légèrement sa tête.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Starique minuscule a un appétit vorace car elle consomme environ pour 90% de son poids en nourriture par jour. Elle se nourrit principalement de zooplancton et de petits invertébrés marins. Elle pêche près des rives mais aussi au large toute l’année, et souvent en grandes bandes.
Pendant la saison de reproduction, les adultes et les poussins se nourrissent surtout de copépodes Neocalanus plumchrus et d’autres petits crustacés. Comme les autres stariques, les adultes portent la nourriture dans leur poche sublinguale.
La Starique minuscule plonge depuis la surface et cherche ses proies sous l’eau en se propulsant avec les ailes, comme si elle volait sous l’eau.

Pendant la saison de reproduction, elle se reproduit en énormes colonies qui peuvent comprendre des centaines de milliers d’oiseaux. Elles sont monogames, mais contrairement aux autres stariques, les liens des couples sont moins forts. Les deux sexes choisissent leur partenaire en fonction de la taille et de l’étendue des ornements faciaux.

Quelques parades sont effectuées avant l’accouplement. Le mâle en position voûtée court autour de la femelle en décrivant un cercle et en émettant continuellement des bavardages. Cette parade fait penser à un rongeur en train de courir sur le sol !

A cause des grandes concentrations d’oiseaux, elles ont un vaste répertoire de signaux et de comportements sociaux. Ces signaux sont partagés entre les signaux sexuels et les comportements territoriaux.
Bien que l’importante densité des colonies leur apporte une meilleure protection contre les prédateurs, la petite Starique minuscule est soumise à compétition pour les sites de nidification, et il arrive qu’elle soit déplacée de son territoire par la Starique cristatelle qui est plus grande.

La Starique minuscule passe l’automne et l’hiver en mer. Elle reste souvent près de ses aires de reproduction toute l’année, dans les eaux libres de glace.
Quelques déplacements vers le sud dans le Pacifique Nord sont observés, et elle peut atteindre le nord de la Colombie Britannique et le nord du Japon à Hokkaido.
Son vol est rapide, puissant et direct.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre juin et août.
La Starique minuscule se reproduit en énormes colonies établies sur des îles éloignées, des plages rocheuses, des étendues rocailleuses, des falaises et des champs de lave. Le nid se trouve dans une crevasse rocheuse ou autre cavité, et le sol n’est pas tapissé de végétation.

La femelle dépose un seul œuf blanc sur le sol nu et plat à l’intérieur de la cavité. Les deux adultes partagent l’incubation pendant environ un mois, avec des tours de 12 à 36 heures. A la naissance, le poussin a du duvet brun sur le dessus et brun grisâtre en dessous. Les deux parents le couvent pendant la première semaine et le nourrissent en apportant la nourriture au nid dans leur poche sublinguale. Le jeune oiseau quitte le nid au bout de 26-31 jours. Il est alors indépendant et quitte la colonie.
Les renards, les campagnols et les rats prennent les œufs et les poussins au nid. Mais lorsqu’il s’envole, le juvénile est alors la proie des goélands et toujours des renards.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Starique minuscule est vulnérable aux menaces habituelles comme la prédation par les goélands et les mammifères, la chasse et la collecte des œufs en Alaska, la noyade dans les filets de pêche, les dérangements humains aux colonies et la pollution en mer.
La population globale est estimée à environ 24 000 000 d’individus, mais elle est probablement en déclin à cause des menaces énumérées précédemment.
Mais actuellement, la Starique minuscule est classée comme non menacée.