English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Tête-de-peluche couronné
Ang: Plushcap
All: Plüschkopftangare
Esp: Tangara Peluda
Ita: Fringuello dal diadema
Nd: Fluweelkaptangare
Sd: mestangara

Photographes:

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 16 by Josep del Hoyo- Andrew Elliot-David Christie – Lynx Edicions – ISBN: 9788496553781

A GUIDE TO THE BIRDS OF COLOMBIA by Steven L. Hilty and William L. Brown - Princeton University Press – ISBN 069108372X

BIRDS OF SOUTH AMERICA – Passerines - by Robert S. Ridgely and Guy Tudor – HELM Field Guides – ISBN: 9781408113424

Avibase (Lepage Denis) 

BirdLife International (BirdLife International)

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

Wikipedia, the free encyclopaedia

The Guardian - Mystery bird: Plushcap, Catamblyrhynchus diadema

HBW Alive

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Tête-de-peluche couronné
Catamblyrhynchus diadema

Ordre des Passériformes – Famille des Thraupidés

INTRODUCTION :
La classification du Tête-de-peluche couronné est encore incertaine. Il a été placé dans une famille monotypique séparée, les Catamblyrhynchidés chez les Embérizidés, mais il est à présent inclus dans la famille des Thraupidés après confirmation par des analyses moléculaires. Mais l’évolution de ses rapports avec ces oiseaux reste toujours incertaine.
Le Tête-de-peluche couronné a une apparence et des comportements distincts, et il est actuellement le seul membre du genre Catamblyrhynchus.
Son nom vient des plumes jaunes raides et pelucheuses qui coiffent son front.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 14 cm
Poids : M : 15 gr – F : 13,5 gr

Le mâle adulte a les parties supérieures gris bleuâtre, y compris les scapulaires et les couvertures sus-caudales. Les premières couvertures alaires, les rémiges et la queue sont sombres et teintées de brunâtre, avec des liserés gris bleuâtre ternes. La queue fourchue est faite de plumes pointues dont le vexille externe est très étroit.
Les parties inférieures sont d’une belle couleur châtain depuis la gorge jusqu’aux couvertures sous-caudales.

Sur la tête, la partie postérieure de la calotte et la nuque sont noirâtres. Le front et la partie antérieure de la calotte sont coiffés de plumes courtes jaune d’or, épaisses et veloutées, un peu raides et pelucheuses. Les lores et la zone oculaire sont de couleur sombre. Les couvertures auriculaires, le menton et la gorge sont d’une belle couleur châtain.
Le bec noir est court, assez gros et lourd. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont grisâtres et teintés de brun.
Mâle et femelle sont identiques, mais le mâle est légèrement plus grand que la femelle.

Le juvénile est beaucoup plus terne que les adultes. Il a le front et l’avant de la calotte gris foncé, les parties supérieures sont olive grisâtre, et les parties inférieures plus claires sont teintées de roussâtre.
L’immature présente un peu de jaune sur le front à la base des plumes. Le plumage dans son ensemble est plus vif que celui du juvénile.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :   
Le Tête-de-peluche couronné a trois sous-espèces reconnues.
C.d. diadema (décrit ci-dessus) se trouve dans l’ouest du Venezuela et en Colombie et vers le sud dans l’est de l’Equateur.

C.d. federalis se trouve dans la cordillère côtière dans le nord du Venezuela. Cette race a un plumage légèrement plus vif que la race nominale, mais elle a les couvertures sous-caudales d’un châtain plus pâle.

C.d. citrinifrons se trouve dans les Andes péruviennes, vers le sud sur le versant ouest jusqu’à Lambayeque, et sur le versant est jusqu’en Bolivie et jusqu’au nord-ouest de l’Argentine. Cette race a la couleur jaune uniquement sur le front, bordée d’une étroite ligne châtain à l’arrière. Les parties inférieures sont légèrement plus claires que chez la race nominale.

C.d. citrinifrons

HABITAT :  
Le Tête-de-peluche couronné fréquente les forêts humides de haute montagne, les bois et les lisières. Il est visible au niveau, ou tout près, de la ligne des derniers arbres. Il est souvent présent dans les parcelles de bambous Chusquea dans tous les types d’habitats.
Cette espèce est visible entre 1800 et 3500 mètres d’altitude dans sa distribution andine.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Tête-de-peluche couronné est habituellement calme. Alors qu’il cherche sa nourriture, il émet des « chip » doux mais haut-perchés. Au Pérou, le cri est plutôt un « pseep » haut-perché et l’on entend également des « ti-ti-ti ».  
Un chant peu courant est émis au Pérou, une série monotone de « chip » ou « tseep » peu musicaux et de bavardages qui peuvent durer entre 15 et 60 secondes « tseep-tseu-teep-ti-tsip-tseep… ». Ce chant ressemble à celui de quelques tangaras du genre Hemispingus.   
              
COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Tête-de-peluche couronné se nourrit d’insectes et autres arthropodes, de baies et de matières végétales, y compris de tiges de bambous.
Il se fait souvent discret dans la végétation dense. Il cherche ses proies de façon active, souvent en couples, seul ou en petits groupes familiaux, mais il est régulièrement observé en compagnie de groupes d’espèces mélangées, surtout des espèces frugivores et insectivores.

Le Tête-de-peluche couronné se nourrit à une hauteur variant de un à six mètres dans les sous-bois. Toujours très actif, il reste peu de temps visible et continue ses déplacements. Il cherche sa nourriture dans les bambous du genre Chusquea, sautillant le long des tiges, tournant et scrutant sur les côtés et examinant attentivement la végétation. Il se suspend souvent la tête en bas tout en cherchant des proies.
Il lui arrive aussi de se nourrir dans les hautes herbes et les arbustes, mais en général au voisinage des bambous.

Il cherche des proies en sondant et en enfonçant son bec dans les tiges entre les nœuds des feuilles. Il fait courir son bec le long de ces tiges et « mord » ou presse les tiges des jeunes bambous tout en sautillant vers le haut des cannes.
Il chasse aussi les insectes en voltigeant et en glanant les proies sur la végétation.

Les comportements nuptiaux du Tête-de-peluche couronné sont inconnus. Cependant, nous pouvons suggérer que les plumes jaunes de la tête jouent un rôle dans les parades.

Le Tête-de-peluche couronné est probablement résident dans sa distribution.
Il vole très bien comme la plupart des Thraupidés.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
Il semble que la saison de reproduction ait lieu surtout pendant la période humide qui favorise l’abondance de nourriture, et plus particulièrement d’insectes.
Des adultes en plumage nuptial ont été observés en juin/juillet dans le nord de la Colombie. Des juvéniles et des immatures sont visibles entre mai et décembre depuis le sud de la Colombie jusqu’en Bolivie.
Au Venezuela, un juvénile a été observé en compagnie d’adultes fin décembre, et des immatures début février. Dans le sud-est de l’Equateur, des juvéniles hors du nid sont observés en juin, et au Pérou, entre juin et août.  
Il n’y a pas d’autre information pour le moment.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Tête-de-peluche couronné est menacé par la destruction de l’habitat à cause de la déforestation pour l’expansion de l’agriculture et des pâturages, l’exploitation du bois et les installations humaines.
La race « federalis » est confinée dans une petite zone au Venezuela. Elle est menacée par la réduction des habitats avec bambous adaptés à ses besoins.
Le Tête-de-peluche couronné est présent dans de nombreuses zones protégées et l’espèce est assez commune dans un habitat adapté.
Cependant, en dépit du déclin des populations, le Tête-de-peluche couronné est actuellement considéré comme non menacé.