English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Todier de la Jamaïque
Ang: Jamaican Tody
All: Grüntodi
Esp: Barrancolí Jamaicano
Ita: Todo della Giamaica
Nd: Jamaicaanse Todie
Sd: jamaicatodi

Photographes:

Jean Michel Fenerole
Photos d’Oiseaux du monde

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC & Flickr gallery

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Dubi Shapiro
Dubi Shapiro Photo Galleries & Dubi Shapiro's Pictures on IBC

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 6 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions, 2001 - ISBN: 848733430X

BIRDS OF THE WEST INDIES – by Herbert Raffaele, Kristin Williams et Tracy Pedersen – Helm – ISBN: 9780713649055

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Todier de la Jamaïque
Todus todus

Ordre des Coraciiformes – Famille des Todidés

INTRODUCTION :
Le Todier de la Jamaïque est endémique de cette île où il fréquente une variété de forêts humides et sèches. Il est commun et répandu depuis les côtes jusqu’aux zones montagneuses.
Il se nourrit d’insectes et de petits fruits trouvés dans les sous-bois. Il nidifie dans un terrier creusé par le couple dans la terre d’un talus ou dans du bois mort. Le territoire est maintenu toute l’année, mais un nouveau terrier est creusé à chaque nouvelle saison de nidification.
Le Todier de la Jamaïque est affecté par la prédation par les mangoustes du genre Herpestes et par la destruction de l’habitat, mais l’espèce n’est pas globalement menacée pour le moment.    

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 9-11 cm
Poids : M : 5,5-7,2 gr – F : 6,5 gr

Le Todier de la Jamaïque est un oiseau très coloré, petit mais trapu.
Les parties supérieures et la tête sont vert vif, y compris les ailes et la queue.
Sur les parties inférieures, le menton et la gorge sont rouges. Les côtés de la poitrine sont vert jaunâtre clair tandis que l’abdomen est plus jaune. On remarque un peu de rose sur les flancs.

La tête est verte, avec une rayure malaire blanche qui se termine par une petite tache bleu-gris située sous les couvertures auriculaires. Cette rayure rejoint les côtés de la poitrine.
Le bec de deux couleurs a la mandibule supérieure noire, tandis que l’inférieure est rouge. Les yeux sont blancs ou bleu-gris pâle, avec un peu de rouge orangé sur et sous l’œil au niveau du cercle oculaire. Les pattes et les doigts sont roses avec des griffes noirâtres.
Mâle et femelle sont semblables, mais la femelle a la tache bleu-gris moins nette.
Le juvénile a le dos d’un vert plus terne, la gorge grise ou rose, et la poitrine est teintée de gris ou de verdâtre. Il est plus terne que les adultes dans l’ensemble.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
L’espèce se trouve en Jamaïque dont elle est endémique.

HABITAT :     
Le Todier de la Jamaïque fréquente tous les types de forêts sèches ou humides. Il se trouve surtout dans les collines boisées et en montagne. Son habitat typique comprend aussi des mangroves et des forêts sèches en plaine. Il est plus rare au-dessus de 1500 mètres d’altitude.
D’après une étude, les densités les plus importantes sont dans des zones avec des parcelles boisées et quelques pâturages ouverts, mais l’espèce semble éviter les forêts de pins.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Todier de la Jamaïque est assez silencieux en dehors de la saison de reproduction. Il émet un « beep » sonore dans diverses situations en jouant sur la netteté du son, l’intensité et la fréquence. Nous pouvons aussi entendre un « frrup » guttural rapide pendant les parades territoriales. Le cri d’alarme est un « cheep » sifflant et sonore.
L’oiseau produit également un son bourdonnant et fort avec ses ailes pendant le vol, décrit comme un cliquetis. Ce bruit est causé par l’air qui passe à travers les rémiges primaires. Il est surtout audible pendant les parades territoriales et les divers comportements liés à la reproduction.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Todier de la Jamaïque se nourrit d’une grande variété d’insectes parmi lesquels les mouches, les coléoptères, les sauterelles, les criquets et les phalènes. Les araignées, les millepattes et les petits lézards, et occasionnellement des petits fruits font aussi partie de son régime alimentaire. En revanche, il évite les insectes piquants tels qu’abeilles et guêpes.

Il se nourrit en examinant le dessous des feuilles d’où il s’élance pour capturer une proie avant d’aller vers un autre perchoir.
Il cherche sa nourriture dans les sous-bois, entre un et cinq mètres au-dessus du sol. Sa façon de chasser est très spécialisée et évite ainsi des compétitions directes pour la nourriture avec d’autres espèces.

Les todiers sont monogames. Des poursuites entre les deux partenaires font partie des parades nuptiales, accompagnées de bruits bourdonnants produits par les ailes. Ils se poursuivent à travers la végétation basse sur des distances allant jusqu’à 10 mètres. Ces poursuites provoquent de nombreux contacts physiques entre les oiseaux, ainsi que des chutes.
D’autres parades montrent l’oiseau posé en train de sautiller tout en ébouriffant son plumage. La couleur rose des flancs est également mise en valeur. Des offrandes de nourriture, souvent des insectes, sont observées après les poursuites.
La femelle sollicite le mâle en battant des ailes puis en les déployant tandis qu’elle dresse sa queue courte. L’accouplement suit généralement ces comportements.  

Le Todier de la Jamaïque est sédentaire et reste sur son territoire toute l’année. Le couple réutilise le même territoire chaque saison.
Cette espèce a des ailes courtes et arrondies, en accord avec les déplacements courts et la petite taille des territoires.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre décembre et juillet.
Les deux adultes creusent un terrier dans la terre d’un talus vertical, avec ou sans végétation. Il leur arrive aussi de creuser dans un tronc d’arbre pourri. La chambre d’incubation se trouve à la fin du tunnel. Celui-ci se trouve entre un et trois mètres au-dessus du sol. Les oiseaux creusent d’abord avec le bec, et ensuite avec les pattes, et mâle et femelle travaillent chacun leur tour tout en émettant des sons bas en guise de cris de contact. Le couple défend vigoureusement le site du nid. Un nouveau terrier est construit chaque année.  

La femelle dépose 1-4 œufs blancs et les deux adultes incubent généralement pendant environ trois semaines. Les poussins sont nidicoles et naissent nus. Ils sont nourris avec de grandes quantités d’insectes par les deux parents.
Afin de les inciter à quitter le terrier, les parents émettent des « beep » à l’entrée du nid pour les attirer au dehors. Les jeunes restent dans un périmètre de 25 mètres autour du nid pendant les cinq premières semaines, mais ils ne reviennent plus au terrier. Les parents les nourrissent encore pendant trois semaines après leur départ du nid.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Todier de la Jamaïque a une distribution restreinte dans laquelle il est commun. Il est affecté par la prédation par les mangoustes (Herpestes), la chasse par les gamins des zones rurales et surtout par la destruction de l’habitat.
L’espèce est généralement largement répandue depuis les zones côtières jusqu’aux montagnes, et elle n’est pas globalement menacée pour le moment.