English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Tourterelle turque
Streptopelia decaocto

Ordre des Columbiformes - Famille des Columbidés

La tourterelle turque est omniprésente toute l’année, elle est grégaire et l’on peut voir des troupes de plusieurs oiseaux se presser autour des mangeoires en hiver. Elle apprécie les graines de tournesol mais ne dédaigne pas les autres. Ses roucoulements plus ou moins accentués selon la période peuvent être lassants, mais que peut-il y avoir de plus joli à regarder que deux tourterelles en train de lisser mutuellement leurs plumes ou de se donner des coups de bec amoureux ? Les vols de parade font entendre des claquements d’ailes et les courbettes du mâle sont accompagnées de roucoulements doux. La construction du nid, si elle est laborieuse, ne débouche pas vraiment sur une œuvre d’art, mais plutôt sur une petite plate-forme lâche faite de quelques brindilles grossièrement entrelacées, d’où les œufs tombent souvent. Le nid se trouve en général dans un arbre, un arbuste, contre le tronc, pas toujours bien caché.

QUELQUES MESURES :
L : 30-32 cm ; Poids : 125-200 gr

LONGEVITE : 15-17 ans

DESCRIPTION DE L’OISEAU:
La tourterelle turque est en train de coloniser la planète, tout comme le moineau domestique ou l’étourneau sansonnet.

Le mâle adulte a les parties supérieures gris-brun chamoisé avec le dos plus gris. Les rémiges sont d’un brun plus foncé. Quand l’aile est fermée, le bord antérieur apparaît gris bleuté.
Les parties inférieures présentent des parties plus rosées sur le menton, la gorge, les côtés du cou et la poitrine. En revanche, l’abdomen et les flancs sont plutôt gris pâle, alors que les couvertures sous-caudales sont plus sombres. Les plumes sous-caudales sont gris foncé à la base, et nettement plus claires, presque blanches, aux extrémités, à part les rectrices médianes qui sont grises. Le dessous des ailes est très clair.

La tête est gris pâle sur le front et la calotte, alors que la nuque et les côtés du cou sont plus rosâtres. Sur l’arrière de la tête, à la base du cou, on peut voir un demi-collier noir bordé de blanc.
Le bec est noir. Les yeux sont d’un rouge profond, avec un cercle oculaire blanchâtre. Les pattes sont rosâtres.

Mâle et femelle sont pratiquement identiques, bien que la femelle ait la tête légèrement plus brune.
Le juvénile n’a pas le demi-collier noir, mais il ressemble aux adultes avec un plumage plus clair.

Il existe deux sous-espèces :
S.d. decaocto est présente en Europe jusqu’à l’Asie Mineure, au Turkestan et dans le nord de la Chine, et vers le sud jusqu’au nord-est de l’Afrique, mais aussi en Palestine, Irak, Iran, Inde, Sri Lanka et ouest de la Chine. Elle s’est répandue aussi au Moyen Orient, en Turquie, en Bulgarie, à Chypre et en Grèce.

S.d. xanthocyclus est la race présente au Myanmar, y compris dans le l’Etat Shan, au Yunnan et dans l’est de la Chine.
Cette race est plus foncée que la race nominale, avec un cercle oculaire jaune et non blanc.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La tourterelle turque émet des cris monotones formés de trois notes et rapidement répétés plusieurs fois « krou-koou-kou ». En vol, elle lance un « kwourrr » rapide et nasillard, en particulier au moment de se poser ou quand elle est excitée.

HABITAT :
La tourterelle turque vit dans les villes et les grandes citées, où on la trouve dans les parcs et les jardins. Selon le pays où elle vit, elle peut fréquenter les zones semi-désertiques avec quelques arbres, mais aussi les bosquets d’arbres d’essences diverses et les vergers.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Ses terres d’origine se trouvent en Inde, au Sri Lanka et au Myanmar, ainsi que dans certaines parties de l’Asie. Vers la moitié du XXème siècle, l’espèce s’est étendue au reste de l’Europe, y compris dans la partie nord.
Elle a été introduite aux Bahamas dans les années 1970, et en Floride dans les années 80. Depuis, elle colonise petit à petit le continent Nord Américain. 

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE:
Les tourterelles turques sont très souvent vues en couples, picorant çà et là sur le sol, ou posées côte à côte sur une branche. Certaines restent en couple toute l’année et ne se quittent pas. Mais l’espèce est grégaire, et des groupes de plusieurs oiseaux peuvent être vus autour d’une source de nourriture.

Cet oiseau est essentiellement un granivore qui consomme toutes sortes de graines provenant de plantes cultivées ou sauvages, mais aussi quelques fruits et baies. Elle capture également quelques insectes et autres invertébrés. La tourterelle se nourrit uniquement au sol, mais ne dédaigne pas les mangeoires en hiver, surtout celles qui proposent des graines de tournesol. En zone urbaine, elle prend les miettes de pain et récupère certains débris de nourriture tombés au sol.
La majeure partie de la population est sédentaire dans son habitat, mais les jeunes peuvent se disperser selon les pays, l’altitude et les saisons.
La tourterelle turque a une parade nuptiale très belle, en partie aérienne, mais aussi au sol ou sur un arbre. Le vol nuptial montre le mâle s’envolant brusquement de son perchoir en faisant claquer ses ailes bruyamment pour s’élever. Ensuite, il redescend en planant avec la queue déployée. Quand il se pose, il émet un « kwourrr » nasillard. A d’autres moment, il fait des courbettes vers la femelle (qui souvent l’ignore et s’en va) tout en roucoulant de façon intense. Si elle s’envole, il la poursuit. Les deux partenaires sont souvent vus à cette période posés sur une branche à découvert en train de se donner des petits coups de bec amoureux, comme des baisers, sur la tête et le cou.

La tourterelle turque se reproduit plusieurs fois en un an, et dans les zones tempérées, la saison de reproduction s’étend presque à toute l’année.

VOL:
La tourterelle turque a un vol rapide et direct grâce à des battements actifs. 
Elle peut voler à la vitesse de 60 km par heure en vol direct avec de rapides battements. En migration, elle vole à bonne hauteur.

REPRODUCTION DE L’ESPECE:
La tourterelle turque construit son nid dans un buisson ou dans un arbre, à une hauteur très variable, entre 2 et 20 mètres au-dessus du sol. Les deux adultes s’unissent pour faire le nid. C’est une plate-forme très lâche, faite de brindilles grossièrement entrelacées. Il n’est pas rare de voir les œufs au travers du fond, bien que quelques nids soient tapissés d’herbes douces. Mais la plupart d’entre eux sont très sommaires. Il arrive aussi qu’un œuf, ou les deux, passent au travers et tombent au sol.
La femelle dépose deux œufs blanchâtres. L’incubation est assurée par les deux parents qui se relaient pendant deux bonnes semaines. Les poussins sont nourris par régurgitation d’une bouillie de graines, le fameux « lait de pigeon ». Les jeunes quittent le nid environ deux semaines à 19 jours plus tard, et les parents les nourrissent encore pendant une semaine avant leur indépendance.
Cette espèce produit plusieurs couvées par an, entre trois et six selon les pays.    

ALIMENTATION:
La tourterelle turque se nourrit surtout de graines de céréales et d’herbes, mais aussi de quelques bourgeons, fruits, baies, insectes et autres invertébrés. Elle se nourrit principalement au sol mais elle peut aussi effectuer de petits vols ascendants très brefs pour aller prendre une baie sur un arbuste.   

PROTECTION / MENACES / STATUTS:
La tourterelle turque est largement répandue dans son habitat. Malgré les hiboux qui sont de redoutables prédateurs au nid, et les rapaces qui peuvent tuer les adultes, les nombres augmentent et l’espèce colonise de plus en plus de régions et de pays grâce au nombre important de couvées chaque année. Cependant, dans certaines parties de sa distribution, la tourterelle peut devenir un parasite pour les récoltes quand les troupes nombreuses s’abattent sur les vergers ou les champs de céréales.

Ang : Eurasian Collared-Dove
All : Türkentaube
Esp: Tórtola Turca
Ital:  Tortora dal collare orientale
Nd: Turkse Tortel
Russe: Кольчатая горлица
Sd: Turkduva
Grec: (Ευρασιατική) Δεκαοχτούρα, Δεκοχτούρα, Φιλικουτούνι
Greek (Cypriot): Φιλικουτούνι

Texte et photos de Nicole Bouglouan

Sources :

PIGEONS AND DOVES by David Gibbs, Eustace Barnes and John Cox - Pica Press Sussex - ISBN: 1873403607

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD – Volume 4 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334229

Avibase (Lepage Denis)

Pájaros de España (JL Beamonte)

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

 

Accueil

Page Columbidae

Page oiseaux du jardin

Sommaire fiches

 

Plus

de

Photos