English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Viréo de Cuba
Ang: Cuban Vireo
All: Gundlachvireo
Esp: Vireo Cubano
Ita: Vireo di Cuba
Nd: Cubaanse Vireo
Sd: Kubavireo

Photographes:

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 15 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-David Christie - Lynx Edicions – ISBN: 9788496553682

BIRDS OF THE WEST INDIES – by Herbert Raffaele, Kristin Williams et Tracy Pedersen – Helm – ISBN: 9780713649055

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

The Birds of Cuba

Cuba Explorer - Birds of Cuba - Endemic and near endemic birds of Cuba

BirdWatching - The birds of Cuba

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

 

Accueil

Page Passeriformes

Sommaire fiches

 

Viréo de Cuba
Vireo gundlachii

Ordre des Passériformes – Famille des Viréonidés

INTRODUCTION :
Le Viréo de Cuba est endémique de Cuba où il est résident. Il fréquente les zones forestières et les bosquets buissonneux à basse altitude.
Quatre sous-espèces partagent la distribution cubaine, avec deux races résidentes sur l’Ile de Cuba, et deux autres races présentes sur des petites îles proches de la côte.
Le Viréo de Cuba est commun dans sa distribution, et il ne semble pas menacé actuellement.   

DESCRIPTION DE L’ESPECE :
Quelques mesures :
Longueur : 13 cm
Poids : 11-15 gr

Le Viréo de Cuba de la race nominale a la calotte, les couvertures auriculaires et le dos gris-olive terne. Une tache jaune pâle ou blanc-crème entoure l’œil depuis les lores jusqu’à l’arrière de l’œil. Les joues sont gris jaunâtre pâle.
Sur le dessus des ailes, les primaires et les secondaires sont gris brunâtre pâle. Les grandes et moyennes couvertures alaires ont des extrémités claires, formant ainsi deux barres alaires étroites. La queue est gris brunâtre terne.
Sur les parties inférieures, la gorge et la poitrine sont jaunâtre pâle. L’abdomen est plus clair mais les côtés sont plus gris. Les couvertures sous-caudales sont gris jaune terne.
Le bec est gris-brun sur la mandibule supérieure et plus clair dessous, et on note la présence d’un léger crochet à l’extrémité. Les yeux sont brun foncé ou brun-roux sombre. Les pattes et les doigts sont gris bleuâtre.  

Mâle et femelle sont identiques, mais quelques individus peuvent être plus jaunes.
Le juvénile ressemble à l’adulte mais il est plus terne.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Viréo de Cuba a quatre sous-espèces.
V.g. gundlachii est à Cuba sauf dans le sud-est, et sur l’Ile des Pins.
V.g. sanfelipensis se trouve sur Cayo Real, à l’ouest de l’Ile des Pins. Cette race est plus claire en dessous, surtout le menton et la gorge qui sont plutôt blanchâtres et non jaunes.
V.g. magnus se trouve sur Cayo Cantiles, à l’est de l’Ile des Pins. Celui-ci est plus grand, avec les ailes et la queue plus longues. Les parties supérieures sont moins vert-olive et le dessous est d’un jaune plus clair.
V.g. orientalis se trouve dans le sud-est de Cuba, à l’est de Camagüey. Cette race est plus grise que les autres mais elle a le dessous plus pâle.

HABITAT :        
Le Viréo de Cuba fréquente la lisière des forêts, les bosquets, les zones arbustives et broussailleuses à basse altitude. Mais quelquefois, il peut aller plus haut dans les collines et les montagnes. Il est souvent présent dans les zones côtières.
Il est capable de vivre dans des forêts dégradées et arrive à trouver des habitats adaptés à ses besoins pour se nourrir et se reproduire, dans des zones plantées d’arbustes et de broussailles.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO 
Le Viréo de Cuba émet un « wi-chíví, wi-chíví… » haut et répété. Le cri d’alarme est un « Shruo » guttural, typique de nombreuses espèces de viréos. Pendant les parades nuptiales, il émet un « wheet » rapide et répété.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :    
Le Viréo de Cuba se nourrit surtout d’insectes, de fruits et de petits lézards.
Il se nourrit généralement en couple à l’intérieur du territoire, mais il se joint souvent à des groupes d’espèces mélangées, en particulier avec la Paruline de Fernandina et la Paruline d’Oriente.
Il cherche dans les parties basses de la végétation. Il avale les petites proies entières, mais les plus grandes sont démembrées en les tenant avec les griffes tandis qu’il utilise son bec à l’extrémité crochue pour les déchiqueter.
Il se nourrit dans le feuillage en pratiquant des vols courts et des sauts en allant d’un rameau à une touffe de feuilles.

Pendant la saison de reproduction, le Viréo de Cuba se montre très territorial et attaque souvent les intrus, y compris de sa propre espèce. Il vole vers eux jusqu’à les percuter.
Mâle et femelle utilisent quelques parades visuelles. Ils dressent les plumes de la crête (invisible au repos), ou bien ils déploient et baissent la queue, et ouvrent grand le bec de façon à exposer les couleurs de l’intérieur de la bouche.

 Le Viréo de Cuba est sédentaire. Il a les ailes larges et arrondies et n’effectue que des vols sur des distances courtes.

REPRODUCTION DE L’ESPECE : 
La saison de reproduction a lieu entre mars et août, avec un maximum d’activité entre avril et juin.
Le Viréo de Cuba construit un nid bien caché au milieu de la végétation épaisse, dans les plantes grimpantes ou retombantes. C’est une coupe faite avec des herbes, de la mousse, des lichens et des fibres végétales. L’ensemble est maintenu avec des toiles d’araignée. C’est une petite structure compacte composée de matériaux végétaux bien serrés, placée dans une fourche latérale faite de deux branchettes. Les matériaux du bord du nid sont entrelacés autour de ces petites branches et le nid est donc suspendu par les bords. Les deux partenaires partagent ce travail.

La femelle dépose 3 œufs blancs avec des petites taches brunes. Elle incube pendant 13-15 jours, mais le mâle peut parfois participer pour une courte durée. Les poussins sont nourris par les deux parents. Ils quittent le nid à l’âge de 10-14 jours mais ils restent avec les adultes pendant encore quelques temps, environ deux semaines.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Viréo de Cuba a une distribution restreinte à Cuba et sur les îles proches des côtes. Il est généralement commun à travers cette distribution dans des habitats adaptés à ses besoins.
Cependant, les sous-espèces « magnus » et « sanfelipensis » sont sensibles aux accidents climatiques comme les ouragans, car elles ont une distribution extrêmement restreinte.
La taille de la population n’est pas connue, mais elle semble décliner à cause de la déforestation et de la chasse illégale.
Mais en dépit de ces problèmes, le Viréo de Cuba n’est pas globalement menacé actuellement.