English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

A SUIVRE... Page 6

Texte de Nicole Bouglouan

Photographes :

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Eduardo Andrés Jordan
MIS AVES – AVES DE ARGENTINA

René Lortie
René Lortie photographe & Galeries d'oiseaux sur Pbase

Otto Plantema
Trips around the world

Philippe et Aline Wolfer
OISEAUX D'ARGENTINE

Nicole Bouglouan
Photographic ramble & My pictures on IBC

Ces images et le texte sont soumis au droit d'auteur et ne peuvent être utilisés sans l'autorisation expresse des propriétaires. Ceci s'adresse aussi bien aux particuliers qu'aux diverses associations ornithologiques et autres organismes. Mentions légales

Sources :
 
L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

Wikipedia, the free encyclopaedia

Wikipedia – Bird nest

Bird nests: Variety is Key for the world’s avian Architects

How birds build nests

BIRD NEST FACTS

Be on the lookout for bird nests  

Avian Reproduction: Nests

The design and function of birds' nests

Types of Bird Nests  

 

Accueil

Sommaire dossiers

 

Page sous

Copyright !

L’oiseau et son nid, là où tout commence…

Page 5 : Phoenicoptériformes -  Anhimidés, Anséranatidés et Anatidés

Au début de la saison de reproduction et après diverses parades nuptiales, le site du nid est choisi par le couple ou l’un des deux partenaires et le nid est construit à l’intérieur de cette zone. Pour de nombreuses espèces, le nid est le lieu où les oiseaux paradent et s’accouplent. Il joue un très grand rôle pendant la nidification. Il est le berceau des poussins et l’endroit où les adultes les nourrissent avant leur envol vers l’indépendance. 

La famille des Phœnicoptéridés comprend six espèces de flamants. Ce sont des oiseaux gracieux, très agiles dans leurs mouvements en dépit de leur grande taille.  

La saison de la reproduction est le moment des parades collectives spectaculaires au cours desquelles les flamants se déplacent ensemble comme un grand nuage rose, marchant et ondulant sur l’eau. De nombreux oiseaux, souvent plusieurs centaines ou milliers selon l’espèce, paradent ensemble. Ils effectuent des séries de postures rituelles et des déplacements.  
Les flamants se reproduisent en colonies qui peuvent être énormes, comptant parfois plusieurs centaines ou milliers de couples.

Flamant du Chili

Le nid est un cône tronqué avec une dépression peu profonde au sommet. Ce nid est fait par les deux adultes avec de la boue molle. Si des pierres et des débris de végétaux sont disponibles, ils sont ajoutés à la boue. La construction est en général commencée par le mâle, et la femelle continue ensuite de manière plus active.
Une fois que l’œuf est déposé, la construction continue en s’accélérant pour surélever le nid. De tels nids peuvent ensuite être utilisés à nouveau après quelques réparations et une autre surélévation.  
Sur les iles rocheuses où il n’y a pas de boue molle, le flamant construit une bordure circulaire avec des débris et des petites pierres. Ce genre de nid ne se trouve que dans des sites où il n’y a pas de danger d’inondation.

 

La famille des Anhimidés comprend trois espèces Sud-américaines. Les kamichis sont de grands oiseaux marcheurs assez semblables aux oies. Cette morphologie semble bien adaptée à la marche dans et sur la végétation flottante des marais. Ce sont des oiseaux qui volent bien grâce aux longues ailes larges, mais l’envol nécessite des battements laborieux.

Les trois espèces fréquentent les savanes ouvertes, les marais, les prairies et les lacs avec de la végétation dense. Ils restent dans ce type d’habitat toute l’année, mais au moment de la reproduction, ils s’installent plus près de l’eau. Cette situation permet aux poussins d’échapper plus facilement aux prédateurs terrestres.
Les kamichis sont monogames et les liens du couple durent longtemps. Ils peuvent se reproduire à n’importe quelle période de l’année mais surtout entre octobre et décembre. Ils nidifient en couples isolés. Ils maintiennent un territoire de reproduction qui est défendu contre les intrus de toutes les espèces.

Kamichi à collier

Les deux adultes construisent le nid, un tas d’herbes grossières, de roseaux et de rameaux de bois placé sur le sol sec mais près de l’eau, ou dans une eau peu profonde. Dans ce cas, la structure est alors partiellement attachée à des buissons ou des herbes dans l’eau.
Cette structure est souvent importante. Les matériaux sont collectés aux alentours du nid, mais aussi plus loin. Comme il est construit au milieu de la végétation et fait avec des matières végétales, le nid est pratiquement invisible.  

 

La Canaroie semipalmée de la famille des Anséranatidés est en général plus terrestre que les autres Ansériformes. Cet oiseau est un mélange de canard et d’oie comme son nom l’indique, à cause de son apparence.

Elle fréquente les marais d’eau douce ou saumâtre avec une végétation dense, et les zones herbeuses des plaines inondables le long des fleuves tropicaux, habituellement soumises à de grandes variations du niveau des eaux. Cette espèce n’est jamais loin des côtes.

La Canaroie semipalmée est régulièrement polygame et son système de reproduction est particulier. Un seul mâle est en général accompagné de deux femelles qui pondent dans le même nid. Les trois adultes partagent les tâches liées à la reproduction. Cette espèce se reproduit en colonies relativement importantes. Le nid est construit par les deux sexes. C’est une grande pile de joncs et de végétation flottante. Les tiges sont piétinées dans l’eau avant d’être utilisées. Les adultes nourrissent les jeunes bec à bec. Plus tard, les parents courbent les tiges des herbes avec leurs pattes, afin que les petits aient accès aux graines.

Canaroie semipalmée

La majeure partie des Ansériformes comprend les canards, les oies et les cygnes. Certaines espèces peuvent être légèrement différentes au niveau de l’apparence et des comportements, mais dans l’ensemble, elles partagent aussi plusieurs critères avec les espèces principales.  

Habituellement, le nid est une structure simple, et consiste souvent en une dépression ou un creux gratté dans le sol et tapissé de végétation plus fine, des herbes, de la mousse ou des lichens. Mais il arrive souvent que la femelle arrache des plumes sur sa poitrine pour en tapisser le nid. Elle crée alors sur elle une plaque incubatrice assez étendue.
Ce comportement est surtout celui des espèces qui se reproduisent à haute altitude, en particulier les Eiders.    

Eider à duvet
Oie à bec court
Canard à queue pointue
Bernache du Canada

Mais quelques espèces comme les dendrocygnes, la majorité des canards de la sous-famille des Cairinini, les canards du genre Bucephala (garrots) et les harles nidifient dans des cavités d’arbres. Ils utilisent souvent les loges abandonnées par les grandes espèces de pics. Il leur arrive aussi de s’installer au milieu des éboulis ou sous la végétation, en fonction des disponibilités de l’habitat.   

Les oies comme la Bernache cravant et la Bernache à cou roux qui se reproduisent sur le sol nu de la toundra ont tendance à nidifier au sommet des collines, dans les escarpements rocheux ou même sur les façades des falaises, afin d’éviter la prédation par les mammifères terrestres.    

Le nid de la Bernache nonnette est souvent une dépression peu profonde tapissée d’herbes, mousse, lichens et duvet. Mais de nombreuses bernaches s’installent sur les corniches des falaises pour éviter les prédateurs. La structure du nid est alors formée avec des feuilles mortes et de la boue, et tapissée de duvet avant la ponte. Sur les îles côtières, elles nidifient aussi sur le sol.  

Bernache nonnette

Les cygnes font leur nid sur le sol. Dans le cas du Cygne tuberculé, le nid est construit par les deux adultes. Le mâle apporte les matériaux à la femelle. C’est un grand monticule de végétation au milieu des roseaux ou une structure flottante sur l’eau.  

Cygne tuberculé

Le Cygne noir nidifie dans la végétation proche de l’eau ou sur un ilot. Lorsqu’il se reproduit en colonies, les nids sont très près les uns des autres.
Le grand nid est un monticule de végétation flottante, ou bien placé sur le sol. Il peut atteindre un diamètre de deux mètres, pour une hauteur de 40 centimètres. Il est fait avec des brindilles, des tiges, des rameaux de bois et des herbes, souvent maintenus avec de la boue.  

Cygne noir

Chez la majorité des espèces, le nid est construit par la femelle avec quelques exceptions comme les cygnes, les dendrocygnes et la Canaroie semipalmée. Chez ces espèces, le mâle aide la femelle pour la construction. Cependant, chez le Coscoroba blanc et la Céréopse cendrée, le nid est fait uniquement par le mâle.

D’autres espèces peuvent utiliser un nid abandonné par d’autres oiseaux. L’Ouette d’Egypte utilise les nids vides des hérons mais aussi parfois l’énorme nid de l’Ombrette africaine.

Les macreuses du genre Melanitta nidifient sur le sol, dans un nid bien caché dans la végétation épaisse. Il est souvent situé près des lacs peu profonds. La dépression est tapissée d’herbes et de quelques plumes.

Il existe un cas unique chez les Ansériformes : l’Hétéronette à tête noire est un parasite des nids. La femelle dépose ses œufs dans d’autres nids qui vivent dans les marais comme les gallinules et la Nette demi-deuil.    

Hétéronette à tête noire

Nette demi-deuil

Le mâle, à droite, protège la femelle au nid et dont on ne voit que la tête.

Plusieurs femelles peuvent pondre dans un même nid, mais en général, une seule femelle dépose entre 4 et 12 œufs. La durée de l’incubation varie selon l’espèce, mais dure habituellement entre trois semaines et 45 jours. Les poussins sont nidifuges et se nourrissent seuls très tôt après la naissance. Ils obtiennent leur plumage complet à l’âge de 5 à 10 semaines, et peuvent se reproduire à partir de un an.