English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Plus

de

photos

Ang : White Wagtail
All : Bachstelze
Esp : Lavandera Blanca
Ital: Ballerina bianca
Nd: Witte Kwikstaart
Sd: Sädesärla

Photographes:

Paul Guillet
Photos d’Oiseaux  
 
Nicole Bouglouan
PHOTOGRAPHIC RAMBLE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:   

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 9 - by Josep del Hoyo - Andrew Elliot - David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 8487334695

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C.Helm - ISBN: 0713639601

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

ENCYCLOPEDIE DES OISEAUX DE FRANCE ET D’EUROPE – de Peter Hayman et Rob Hume - Flammarion – ISBN : 2082009920
         
Avibase (Lepage Denis)

ARKive (Christopher Parsons)

BirdLife International (BirdLife International)

Pájaros de España (JL Beamonte)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Oiseaux du jardin

Page Passériformes

Sommaire fiches

Bergeronnette grise
Motacilla alba

Ordre des Passériformes – Famille des Motacillidés

QUELQUES MESURES :
L : 16,5 – 18 cm
Env : 25 cm
Poids : M : 20 - 24,5 gr – F : 17,5 – 22 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
La Bergeronnette grise est plutôt un oiseau aquatique, mais elle peut également être commune dans différentes types d’habitats, aussi bien près de l’eau pour chasser que dans les villes et les parcs urbains pour dormir dans les arbres.

Le mâle adulte de la race nominale en plumage nuptial a la tête noire et blanche. Le front, les joues, les lores, les couvertures auriculaires et les côtés de la tête sont blancs. Le menton et la gorge sont noirs, ainsi que l’arrière de la calotte, la nuque et l’arrière du cou.     

Sur les parties supérieures, le manteau et les scapulaires sont gris jusqu’aux couvertures sus-caudales. Le dessus des ailes présente un éventail de couleurs grisâtre, noir et blanc, d’où ressortent deux barres alaires blanches. La longue queue présente deux rectrices centrales noires finement bordées de blanc. Les deux paires de rectrices externes sont blanches. La queue et les ailes sont égales en longueur.

Sur les parties inférieures, suivant le menton et la gorge, la poitrine est noire et contraste fortement avec l’abdomen blanc. Les côtés de la poitrine et les flancs sont teintés de gris pâle.
Le bec pointu est noir. Les yeux sont brun noirâtre. Les pattes et les doigts sont noirs.

La femelle en plumage nuptial est plus terne sur la tête, avec parfois un peu de gris sur la calotte et la nuque. Elle a souvent des taches claires qui ressortent sur la couleur noire de la gorge.

En plumage d’hiver, les deux sexes ont une teinte gris-olive sur la calotte et la nuque. Le menton, la gorge et la poitrine sont blancs avec quelques taches noires.

L’immature a la tête gris brunâtre et présente une rayure malaire fine sombre. Le menton et la gorge sont blanc grisâtres avec une bavette étroite gris-brun. Les parties inférieures sont blanc grisâtre teinté de chamois.

Il existe plusieurs sous-espèces qui diffèrent par les couleurs des parties supérieures et les dessins de la tête. La plupart d’entre elles sont devenues aujourd’hui des espèces à part entière.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Bergeronnette grise en vol émet des « tslee-wee » ou « tslee-vit » haut- perchés et quelques variantes, le tout souvent répété. On peut aussi entendre un « tsit » court, un « chizzick » aigu et un « tzwerp » plus feutré.
Le chant est une série de phrases gazouillées entrecoupées de simples cris. Au dortoir, elles émettent des bavardages.

HABITAT :
La Bergeronnette grise fréquente une grande variété d’habitats humides ou secs mais ouverts comme les rives maritimes, les cours d’eau en altitude ou les rivières au cours lent en plaine, les bords des lacs. Mais cette espèce se trouve aussi dans les zones cultivées, les parcs urbains et les jardins, et près des villes et des grandes cités.
Cet oiseau est commun dans les jardins, près des habitations.
Pendant les migrations ou en hiver, elle fréquente aussi différentes zones humides comme les lisières des réservoirs, les lacs et les étangs, les rizières et les champs irrigués, les villes, les campings et les plages.
Cette espèce peut se reproduire depuis les basses terres jusqu’aux hautes montagnes (jusqu’à 5000 mètres d’altitude dans l’Himalaya).

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :   
La Bergeronnette grise se reproduit dans la majeure partie de l’Europe et de l’Asie, ainsi que dans quelques régions d’Afrique du Nord.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Bergeronnette grise se nourrit de nombreux invertébrés aquatiques et terrestres. Elle capture des insectes sur le sol après une courte poursuite, mais aussi en volant. Elle poursuit sa proie avec un vol ondulant rapide, ou en voletant brièvement avant de la capturer. Sur le sol, elle chasse en marchant, en exploitant toutes sortes de surfaces depuis les routes jusqu’aux toits des maisons et autres endroits découverts.
Elle peut capturer des proies en courant et en donnant un coup de bec pour la saisir. Il lui arrive aussi de sauter en l’air pour happer un insecte volant.

Mais cet oiseau aquatique chasse aussi dans les eaux peu profondes où elle trouve des invertébrés à la surface ou dans la vase. Elle voltige au-dessus de l’eau ou de la végétation.
Sur les côtes océaniques, elle fouille au milieu des algues le long de la limite des marées. Quand elle se nourrit dans les champs cultivés, elle suit souvent les charrues.

La Bergeronnette grise peut être vue seule ou en couple, mais pendant les migrations, les oiseaux se rassemblent souvent en groupes lâches, comme autour des sources de nourriture ou aux dortoirs. Elles dorment ensemble dans les arbres ou les roselières, et parfois dans les usines près des zones urbaines.

Pendant la saison de reproduction, la Bergeronnette grise est très territoriale et peut même devenir assez agressive envers ses congénères ou d’autres espèces. Elle est capable de chasser des oiseaux plus grands qu’elle comme les cincles ou les limicoles hors du territoire de nidification. Pendant ces parades de menaces, le plumage est en général gonflé et la queue relevée. La poitrine noire est bien dirigée vers l’intrus.

Des parades aériennes sont observées. Le mâle s’élève dans les airs et ensuite redescend avec les ailes et la queue relevées et vibrantes. Des chants accompagnent ces vols.
Quand le mâle arrive, la femelle effectue quelques parades de bienvenue, avec la tête et la queue relevées avec un angle de 45°. Elle adopte souvent une posture de soumission avec les ailes agitées de tremblements.

Au cours du cycle de reproduction, d’autres parades ont lieu, notamment quand les adultes prennent leur tour pour incuber, mais aussi des offrandes de nourriture du mâle à la femelle, y compris pendant la période de nidification quand elle est sur le nid.

La Bergeronnette grise est soit résidente soit migratrice selon la distribution géographique. Habituellement, les populations les plus au nord migrent vers le sud en hiver, en Afrique (dans les parties arides du nord bordant le Sahara) ou dans le sud de l’Asie (en Arabie et à travers la partie sud de l’Asie) depuis l’Inde jusqu’au sud-est de la Chine. Les races qui vivent dans les montagnes effectuent surtout des déplacements altitudinaux.

VOL :  
La Bergeronnette grise a un vol fortement ondulant effectué avec plusieurs battements rapides et peu profonds.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre avril et août selon la distribution. Cette espèce peut produire trois couvées par an.
Le nid est construit par les deux adultes dans un trou ou une crevasse dans la rive d’un cours d’eau, ou dans un mur ou un pont, mais aussi dans un immeuble. C’est une coupe rudimentaire faite de brindilles, de tiges d’herbes, de feuilles, de radicelles et de mousse. L’intérieur de la coupe est tapissé de matériaux doux comme des plumes, de la laine ou des poils.

La femelle dépose 3 à 8 œufs blanchâtres très peu marqués de sombre. L’incubation dure 12 à 15 jours partagée par les deux parents, mais la femelle fait la majeure partie du travail et plus particulièrement la nuit.
A la naissance, les poussins sont couverts de duvet gris. Ils sont nourris par les deux adultes pendant environ deux semaines, et ils dépendent encore d’eux pour une semaine de plus après avoir quitté le nid.

ALIMENTATION :  
La Bergeronnette grise se nourrit d’une grande variété d’invertébrés aussi bien aquatiques que terrestres, tels que coléoptères, odonates, diptères (adultes et larves), isoptères et hyménoptères, mais aussi d’araignées, d’escargots, de crustacés et de vers. Elle récupère aussi des restes autour des habitations.
Elle se nourrit en marchant sur le sol, ou en sautant dans les airs pour happer un insecte, ou en pataugeant dans l’eau peu profonde et la vase.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Bergeronnette grise est habituellement commune dans sa vaste distribution. Dans quelques régions, elle peut même être très commune ou abondante.
Les populations semblent stables, excepté après les hivers rudes qui entrainent quelques déclins.
Cette espèce n’est pas menacée actuellement, grâce à son adaptabilité à des habitats variés, y compris près des humains où elle récupère de la nourriture.