English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Chevalier bargette
Ang: Terek Sandpiper
All: Terekwasserläufer
Esp: Andarríos del Terek
Ita: Piro-piro terek
Nd: Terekruiter
Sd: Tereksnäppa

Photographe:

Ingo Waschkies
My bird pictures on Pbase

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

SHOREBIRDS by Peter Hayman, John Marchant and Tony Prater – Christopher Helm – 1986 – ISBN: 0747014035

BIRDS OF THE MIDDLE EAST by R.F. Porter, S. Christensen, P Schiermacker-Ansen C.Helm - ISBN: 0713670169

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C. Helm - ISBN: 0713639601

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International

Department of Sustainability, Environment, Water, Population and Communities

New Zealand Birds Online

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia, the free encyclopaedia

Birds in backyards (Birds Australia and Australian Museum)

NatureGate LuontoPortti

HBW Alive  

 

Accueil

Page Scolopacidés

Sommaire fiches

 

Chevalier bargette
Xenus cinereus

Ordre des Charadriiformes – Famille des Scolopacidés

INTRODUCTION :
Le Chevalier bargette est l’unique membre du genre Xenus. Des pattes plutôt courtes et un long bec recourbé font de ce Scolopacidé un oiseau un peu différent des autres. Il se montre très actif lorsqu’il cherche sa nourriture, et court fréquemment en portant sa proie vers l’eau pour la laver avant de l’avaler.
L’espèce est menacée par la dégradation et la perte de l’habitat, les dérangements causés par les hommes et la pollution, mais la population reste cependant assez stable.
Le premier individu a été trouvé sur le Fleuve Terek  à la limite nord-est du Caucase. Le nom anglais de l’espèce, Terek Sandpiper, est associé à cette découverte.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 22-25 cm
Envergure : 57-59 cm
Poids : 50-126 gr

L’adulte en plumage nuptial a les parties supérieures gris-brun avec des plumes finement striées de noir. Cet effet est plus net sur les scapulaires où elles forment de longues lignes noires. Le croupion, les couvertures sus-caudales et la queue sont en général d’un gris plus pâle. En plumage frais, les plumes ont des extrémités blanchâtres.
Sur le dessus des ailes, les couvertures varient du gris-brun au brun noirâtre, avec les rémiges secondaires largement terminées de blanc formant un bord de fuite bien net.

Les parties inférieures sont blanches avec une teinte grise sur la poitrine, légèrement plus sombre et striée de brun sur les côtés, formant presque deux taches pectorales. Le dessous de l’aile est blanc mais les petites couvertures ont des centres foncés.

Sur la tête, les lores sont foncés et on peut voir une fine ligne brun noirâtre en arrière de l’œil.
Le long bec recourbé est noirâtre avec une zone orange terne à la base. Les yeux sont brun foncé, entourés d’un cercle oculaire blanc. Les pattes et les doigts partiellement palmés sont orange vif ou jaune verdâtre.
Le bec peut varier au niveau de la taille et de la courbure selon les individus, mais les femelles ont un bec légèrement plus grand que les mâles.

L’adulte non-nicheur est plus terne et plus uniforme, avec des plumes aux liserés clairs sur les parties supérieures et la tête plus pâle.

Le juvénile ressemble à l’adulte nuptial mais le dessus est plus foncé et plus brun avec des plumes aux liserés chamoisés. Les scapulaires ont des lignes noires moins marquées que les adultes.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Le Chevalier bargette se reproduit depuis le sud de la Finlande, le nord-ouest de la Russie et l’Ukraine, vers l’est en Sibérie jusque dans la région du fleuve Anadyr. Il se reproduit dans la zone de la taïga boréale, jusque dans la toundra subarctique vers le nord, et jusqu’à la lisière des steppes vers le sud.  
Il hiverne dans le sud-ouest, le sud et l’est de l’Afrique, au Moyen Orient, dans le sud de l’Asie et en Indonésie jusqu’en Australie.

HABITAT :
Le Chevalier bargette nidifie sur les rives sablonneuses ou boueuses des fleuves et sur des ilots, au bord des larges cours d’eau marécageux, dans les prairies humides de la taïga, dans les vallées des basses terres, souvent dans des plaines inondables où poussent des hautes herbes et des bouquets de saules.
Ses lieux d’hivernage sont variés et comprennent les vasières et les bancs de sable laissés par les marées, les mares saumâtres, les lits des rivières et des fleuves, les estuaires, les lagunes côtières, les récifs, les marais côtiers et même les lacs à l’intérieur des terres pendant les migrations.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Chevalier bargette émet des cris en vol, des « tjiy-tjiy » ou « dwitt-dwitt » clairs et flûtés, plus doux que ceux du Chevalier gambette. On peut aussi entendre des trilles « du-du-du-du-du… » et des « hu-hu-hu » plus doux.
Pendant les parades, il émet des séries de phrases mélodieuses sifflées « klueeu » ou des « prerrr » longs et musicaux. Le cri d’alarme est un « tu-li » aigu.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Chevalier bargette se nourrit principalement de larves et de moucherons adultes, mais il consomme également des graines, d’autres insectes, des petits mollusques, des crustacés, des araignées et des annélides.
Il cherche sa nourriture en se déplaçant rapidement et poursuit les proies qui s’échappent à la surface de l’eau. Il sonde profondément le sable ou la vase grâce à son long bec. Il donne des coups de bec dans le sable et utilise la méthode du balayage latéral avec le bec dans les eaux peu profondes, un peu à la manière des avocettes. Il court souvent avec sa proie jusqu’à l’eau afin de laver sa nourriture avant de l’avaler.  

Ils se nourrissent en groupes pouvant compter de 5 à 25 individus, mais les oiseaux sont souvent clairsemés.
Cependant, ils dorment en bandes dans des dortoirs communs, posés sur les branches dans les mangroves ou sur des perchoirs partiellement submergés.

Pendant la saison de reproduction, le mâle effectue des parades aériennes, mais il parade également sur le sol avec les ailes frémissantes et la queue relevée tandis qu’il chante fortement. Ces oiseaux sont monogames.

Le Chevalier bargette est migrateur et se déplace vers le sud entre juillet et octobre, et vers le nord en avril-mai. De nombreux oiseaux migrent en suivant les côtes dans la partie est de la distribution. Un grand nombre de non-nicheurs reste sur les aires d’hivernage toute l’année.

Le Chevalier bargette a un vol rapide et direct avec des battements actifs. Il vole souvent assez bas au-dessus de l’eau.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu entre mai et juillet. Le Chevalier bargette nidifie sur le sol à découvert ou dans la végétation basse près de l’eau. Les œufs sont déposés dans une légère dépression tapissée d’herbes et de divers débris.

La femelle dépose 4 œufs gris pâle mouchetés de brun. Elle effectue la majeure partie de l’incubation qui dure 23-24 jours. A la naissance, les poussins sont couverts de duvet brun grisâtre sur le dessus avec des marques étroites et sombres. Le dessous est blanc. Ils sont emplumés environ deux semaines après l’éclosion. Ils sont élevés par leurs deux parents.
Cette espèce ne produit qu’une seule couvée par saison.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Chevalier bargette est affecté par l’augmentation de la pollution, la dégradation de l’habitat à cause de la réduction du flux des fleuves, et par les dérangements causés par les hommes.
Cependant, la population globale semble stable et est estimée à 160 000/1 200 000 individus. Mais quelques populations ne sont pas encore chiffrées.  
Actuellement, le Chevalier bargette est considéré comme non-menacé.