English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Chevêchette d’Europe
Ang: Eurasian Pygmy Owl
All: Sperlingskauz
Esp: Mochuelo Alpino
Ita: Civetta nana
Nd: Dwerguil
Sd: sparvuggla

Photographes:

Aurélien Audevard
OUESSANT DIGISCOPING

Otto Plantema
Trips around the world

Ingo Waschkies
Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 5 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334253

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C. Helm - ISBN: 0713639601

OWLS OF THE   WORLD – By Claus König, Friedhelm Weick and Jan-Hendrik Becking - IBSN 978-0-7136-6548-2

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

The Owl Pages (Deane P.Lewis)

EOL Encyclopedia of Life Glaucidium passerinum

Birds in Bulgaria

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Strigidés

Sommaire fiches

 

Chevêchette d’Europe
Glaucidium passerinum

Ordre des Strigiformes – Famille des Strigidés

INTRODUCTION :
La Chevêchette d’Europe est le plus petit Strigidé d’Europe. Cette espèce est sédentaire et reste dans les forêts boréales depuis le nord et le centre de l’Europe jusqu’en Sibérie. Elle nidifie de manière typique dans des trous d’arbres ou même des nichoirs artificiels, et le même territoire de nidification est souvent utilisé pendant plusieurs années consécutives.
C’est un oiseau plutôt crépusculaire, surtout visible durant les heures proches du coucher du soleil et du lever du jour.
La Chevêchette d’Europe a une vaste distribution et sa population est actuellement stable.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 16-17 cm
Envergure : 34-36 cm
Poids : M : 50-65 gr – F : 67-77 gr

La Chevêchette d’Europe a les parties supérieures d’un brun-roux sombre ou brun grisâtre, avec des taches blanc chamoisé. Sur le dessus des ailes, les rémiges sont brun foncé avec des barres étroites blanc chamoisé. La queue est brun foncé avec environ cinq barres étroites blanc chamoisé.
Les parties inférieures sont plutôt blanches. On peut voir des barres brunes sur les côtés de la poitrine et sur les flancs, et des stries brunes depuis la gorge jusqu’à l’abdomen. Les couvertures sous-alaires sont blanches et contrastent avec les rémiges sombres et barrées.

Sur la tête ronde, le disque facial est indistinct, brun grisâtre pâle avec plusieurs lignes concentriques plus foncées formées par de nombreuses petites taches sombres. Le sourcil court et les lores sont blanchâtres. La calotte est finement tachetée de blanchâtre. On note la présence de deux taches noirâtres entourées de blanchâtre sur la nuque, semblables à des faux yeux.  
Le bec est corne jaunâtre avec la cire grise. Les yeux sont jaunes. Sur les pattes, les tarses et la base des doigts jaunâtres sont couverts de plumes blanchâtres ou blanc brunâtre.

Mâle et femelle sont identiques. La femelle est légèrement plus grande que le mâle.    
Il existe deux formes de plumage, une brune et une grise, avec des marques différentes. La forme brune se trouve dans la majeure partie de la distribution, tandis que la forme grise n’est visible que dans le centre et l’est de la Sibérie.

Le juvénile ressemble à l’adulte mais il a la tête, les parties supérieures et les couvertures alaires plus foncées, avec des taches claires indistinctes. Le disque facial est plus foncé. Le haut de la poitrine est uniformément sombre tandis que le bas de la poitrine et les flancs ne sont pas barrés. Les parties inférieures ont des stries foncées moins nettes que les adultes.
L’immature n’a pas les taches sur la nuque et il est légèrement plus clair, avec des barres indistinctes sur la poitrine, une teinte plus chaude sur le dessus et la calotte très légèrement marquée avec des mouchetures chamoisées.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
La Chevêchette d’Europe a deux sous-espèces.
G.p. passerinum se trouve en Scandinavie et dans les montagnes du sud, du centre et de l’est de l’Europe, vers l’est dans le nord-ouest et le centre de la Russie jusqu’au centre de la Sibérie.
G.p. orientale se trouve dans le centre et l’est de la Sibérie jusqu’à Sakhaline et au nord-est de la Chine.
Cette race est plus claire sur le dessus avec des taches nettement définies et d’un blanc pur. La poitrine et les flancs sont plus nettement marqués de brun.

HABITAT :
La Chevêchette d’Europe fréquente les forêts de conifères de la taïga, et les forêts de conifères et mixtes à plus haute altitude, entre 500 et 800 mètres en montagne. Elle préfère les habitats avec des arbres matures, des clairières, des parcelles épaisses plantées de jeunes épicéas pour chasser. En hiver, elle peut fréquenter les bois de feuillus, les cultures et même les jardins.
Les sites de nidification sont souvent proches des zones marécageuses avec des petits étangs, des criques et des étendues d’eau découvertes, et des parcelles de jeunes épicéas à proximité.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Chevêchette d’Europe émet des cris territoriaux à l’aube et au crépuscule. Ce cri peut aussi être entendu pendant la journée mais rarement pendant la nuit. C’est un cri doux mais qui porte loin, un sifflement flûté répété toutes les 1-2 secondes « hyew » ou « hyewk ». Le cri de la femelle est plus nasillard « hyeelk ».
Quand l’oiseau est excité, ce cri alterne avec des hululements plus courts, plus bas et vibrants « hyew…huhuhu…hyew…huhuhu…hyew… » 
Lorsque les deux partenaires établissent le territoire en automne, ils émettent une série de notes flûtées aiguës « cheek-cheek-cheek-cheek-cheek » dont la tonalité monte et la vitesse augmente au fur et à mesure.
La femelle et les jeunes émettent des petits cris, des « tseeeeeh » ténus et de tonalité descendante vers la fin.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Chevêchette d’Europe se nourrit surtout de petits vertébrés, des mammifères (campagnols, souris et musaraignes), des petits oiseaux comme le Grosbec casse-noyaux, les jeunes Turdidés et le Bec-croisé des sapins. Il capture aussi quelques reptiles comme les lézards et les petits serpents, ainsi que quelques insectes, mais rarement.
Cette espèce stocke le surplus de nourriture dans des trous d’arbres ou même des nichoirs, et cette nourriture est utilisée en hiver pour survivre. Pendant la saison de reproduction, la nourriture est stockée près du nid.
Elle chasse depuis un perchoir, en regardant attentivement pendant un moment, courbée vers l’avant, avec les ailes agitées de soubresauts et la queue dressée avant de se laisser tomber sur la proie au sol. Mais les petits oiseaux sont capturés en vol en s’élançant depuis un buisson.

La Chevêchette d’Europe est monogame. Les liens du couple peuvent durer juste une saison mais quelquefois plus longtemps. Le mâle est très territorial et occupe généralement le même territoire pendant plusieurs années consécutives. Il est habituellement plus actif envers les nouveaux voisins, alors qu’il montre peut d’agressivité envers ses voisins habituels.

Le mâle chante depuis des perchoirs différents à l’intérieur de son territoire. Si le couple est déjà formé, la femelle se joint au mâle pour chanter. En revanche, les oiseaux qui ne sont pas en couple font souvent des duos.
Une fois le couple formé, la femelle émet des petits cris « seeht » au lieu du chant habituel. Le mâle la conduit autour du territoire et ils s’accouplent dans différents endroits, quelquefois loin de leur futur site de nidification. Ils visitent la cavité de l’année précédente qui pourra être utilisée plus tard. Le mâle entre dans la cavité et chante depuis l’entrée ou même à l’intérieur. La femelle inspecte les lieux. Si elle l’accepte, elle reste à côté ou viendra la visiter au crépuscule. Elle est nourrie par le mâle au voisinage de cette cavité.
Si le nid de l’année précédente est utilisé à nouveau, la femelle le nettoie et enlève les débris laissés par la dernière couvée. Les deux partenaires s’accouplent plusieurs fois excepté la nuit.

La Chevêchette d’Europe adopte de nombreuses postures expressives en fonction de la situation. Elle relève la queue et l’agite d’un côté à l’autre. Les plumes du corps et de la tête sont dressées lorsque l’oiseau est en colère, mais lorsqu’il est effrayé, il se fait très mince et adopte une posture droite tandis que les plumes sont collées au corps. Dans cette position, des petites touffes de plumes se forment de chaque côté du front.

La Chevêchette d’Europe est principalement résidente. Il lui arrive de se disperser, surtout dans le nord de la distribution, en fonction des conditions climatiques et de la disponibilité des proies.

Elle a un vol ondulant sur de longues distances. Pendant les disputes agressives, elle glisse d’un perchoir à l’autre avec les ailes complètement étendues, ou elle attaque en piqué.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :   
La saison de reproduction a lieu d’avril à juillet. La Chevêchette d’Europe nidifie dans des cavités, soit une cavité naturelle, un trou d’arbre ou une loge abandonnée par un pic, ou un nichoir artificiel. La cavité est nettoyée mais aucun autre matériau n’est ajouté.

La femelle dépose 3-7 (ou plus) œufs blancs à deux jours d’intervalle. Elle incube seule pendant 28-29 jours et commence dès que le dernier œuf est pondu. Elle est nourrie par le mâle à l’extérieur du nid. Il l’appelle quand il apporte de la nourriture, souvent le matin ou le soir.
Les jeunes naissent de manière presque synchronisée, et la femelle les couve pendant 9-10 jours. Le mâle apporte la nourriture et appelle la femelle qui prend la proie et la ramène dans le nid pour nourrir les petits. A l’âge de 3 semaines, ils commencent à se montrer à l’entrée de la cavité. Plus tard, la femelle dormira à l’extérieur et n’entrera que pour nourrir les jeunes et nettoyer le nid.
Les pelotes de réjection s’accumulent au pied de l’arbre qui abrite le nid. Elles sont composées des matières indigestes comme les poils, les plumes, les os et autres restes.

Les jeunes quittent le nid à l’âge de 28-34 jours, et sont alors capables de voler sur une certaine distance. Ils ne retournent pas au nid mais dorment souvent les uns près des autres, collés les uns contre les autres pour garder la chaleur. Après 3-4 jours, les adultes les conduisent dans une autre partie du territoire. Ils sont alors nourris par la femelle pendant une semaine, avant qu’elle quitte les lieux pour muer. Le mâle s’occupe d’eux pendant encore 4-6 semaines, jusqu’à leur indépendance. Ils pourront se reproduire dès le prochain printemps, à l’âge de 9-10 mois.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Chevêchette d’Europe n’est pas menacée actuellement et sa population est stable. Les nombres peuvent varier en fonction du climat et de la disponibilité de la nourriture.
La déforestation dans l’ouest de l’Allemagne a entrainé la disparition de l’espèce dans une grande partie de la distribution. L’espèce a été réintroduite dans la Forêt Noire. Cependant, la population germanique a augmenté et s’est étendue pendant les dernières décades, y compris dans le nord-est de la France.
Une estimation grossière de la population globale donne 300 000/1 500 000 individus, mais cette estimation aura besoin d’être revue pour être validée.
La Chevêchette d’Europe est actuellement considérée comme non menacée.