English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Woolly-necked Stork
All : Wollhalsstorch
Esp: Cigüeña Lanuda
Ital: Cicogna collolanoso
Nd: Bisschopooievaar
Sd: Ullhalsstork

Photographes:

Didier Buysse
Vision d’Oiseaux

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries

Ingo Waschkies
Bird Photography

Callie de Wet
Flickr Galleries

Nicole Bouglouan
PHOTOGRAPHIC RAMBLE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

A photographic guide to Birds of the Philippines by Tim Fisher and Nigel Hicks. New Holland Publishers. ISBN: 9781847738301

A photographic guide to Birds of Vietnam, Cambodia and Laos by Peter Davidson. New Holland Publishers. ISBN: 9781847731418

A Field Guide to the Birds of South-East Asia by Craig Robson. New Holland Publishers. ISBN: 9781780090498

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

ROBERTS BIRDS OF SOUTH AFRICA by G. R. Mc Lachlan and R.  Liversidge – The Trustees of the John Voelcker Bird Book Fuund – ISBN: 0620031182

BIRDS OF THE GAMBIA AND SENEGAL by Clive Barlow and Tim Wacher – Helm Field guides – ISBN: 0713675497

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

PLANETOFBIRDS.COM

 

Accueil

Page famille Ciconiidés

Sommaire fiches

 

Cigogne épiscopale
Ciconia episcopus

Ordre des Ciconiiformes – Famille des Ciconiidés

QUELQUES MESURES : 
L : 86-95 cm

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
La Cigogne épiscopale est un oiseau élégant de l’Afrique subsaharienne, de l’Inde et de l’Asie du sud-est.

L’adulte a le plumage noir brillant avec des reflets bleus, verts et violets. Les ailes et la queue sont également noires.
Le cou laineux, l’abdomen et les couvertures sous-caudales sont blancs, tout comme le bas du dos et le croupion.
La queue fourchue noire est cachée par les longues couvertures sous-caudales blanches, et lorsque l’on voit l’oiseau en vol, la queue semble toute blanche vue d’en dessous.

Chez la race « microscelis » d’Afrique tropicale, la face est noire avec l’arrière de la calotte et la nuque blanches.
Le long bec est noir avec l’extrémité rouge sur la dernière moitié. Les yeux sont rouges. Les pattes et les doigts sont noirâtres.

Chez la race nominale « episcopus » que l’on trouve de l’Inde à l’Indochine, au nord de la Péninsule Malaise et aux Philippines, la face nue est grise. Le front et la calotte sont noirs et bien définis.
Le grand bec est gris avec l’extrémité rougeâtre. Les yeux sont d’un rouge profond. Les pattes et les doigts sont rouges.

Chez la race « neglecta » qui vit de Java à Wallacea, la tête est semblable à « episcopus » mais le bec est plutôt rouge avec la base grise.
La validité de cette sous-espèce est cependant contestée.   

Les deux sexes sont semblables.
Le juvénile est plus terne et plus brun, et n’a pas les reflets bleus et violets des adultes. Le front noir s’étend plus en arrière sur la calotte.
Le bec est grisâtre pâle. Les yeux sont sombres. Les pattes et les doigts sont plus ternes.

CRIS ET CHANTS :
La Cigogne épiscopale est habituellement silencieuse, bien qu’il lui arrive d’émettre des croassements rauques « honk », mais rarement. En revanche, comme la majorité des Ciconiidés, les deux adultes claquent du bec au nid.

Race  episcopus
Race microscelis
Race microscelis

HABITAT :
La Cigogne épiscopale se trouve souvent près, ou dans, une grande variété de zones humides comme fleuves, marais, lacs, rizières, plaines et pâturages inondables, marécages boisés…
En Inde, elle préfère les sols imprégnés d’eau.
En Afrique de l’Est, on la trouve dans les zones côtières, les vasières et les récifs coralliens, mais également dans les savanes, les surfaces herbeuses et les cultures.
Cette espèce fréquente aussi les clairières, les bois clairs et les mangroves, mais en général, elle évite la vraie forêt.
Elle est visible de 1200/1400 mètres d’altitude jusqu’à 3000 mètres en Afrique de l’Est.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Cigogne épiscopale se trouve en Afrique subsaharienne excepté l’extrême sud, en Inde excepté la côte ouest, et en Asie du Sud-est.

Race microscelis

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Cigogne épiscopale se nourrit de poisson, amphibiens, serpents et lézards, crustacés, mollusques et invertébrés marins. Elle est attirée par les feux de brousse où elle capture de grandes quantités d’insectes, surtout des criquets et des sauterelles.
Elle est souvent vue seule, marchant lentement sur le sol ou le long de l’eau. Elle picore les proies de son long bec. Elle apprécie aussi les termitières.

Race microscelis

Bien que peu grégaire, elle est parfois en couples ou en petits groupes près de l’eau où ils pataugent rarement.
On la voit souvent debout immobile ou se reposant « assise » sur ses tarses.

Race  episcopus
Race  episcopus. La façon de se coucher sur le sol, d'abord la poitrine et ensuite le reste!

La Cigogne épiscopale se reproduit généralement en couple isolé et les deux partenaires restent probablement ensemble toute l’année. Comme les autres Ciconiidés, les parades rituelles ont lieu. Des claquements de bec sont pratiqués au nid, avec la tête qui repose en arrière sur le haut du dos.
Mais les nicheurs solitaires ont parfois des parades moins élaborées. Les couples sont plus ou moins permanents et le même nid est souvent réutilisé d’année en année.

La Cigogne épiscopale est principalement résidente dans sa distribution. Elle se déplace à l’intérieur du continent africain en pratiquant des migrations nord-sud, quelquefois en vols énormes. En Inde, seuls des déplacements locaux ont été observés. Elle est aussi résidente en Asie du sud-est avec aussi quelques déplacements.

Race microscelis

VOL :
La Cigogne épiscopale plane souvent haut dans le ciel grâce à ses grandes ailes. Elles se rassemblent occasionnellement en grands nombres et planent dans les courants thermiques, parfois en compagnie des grands rapaces.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction varie avec la distribution, en juillet-septembre au nord de l’Inde et en décembre-mars au sud. En Afrique, elle a généralement lieu pendant la saison sèche. En Asie du sud-est, c’est entre février et mai, et aussi entre août et novembre, mais elles se reproduisent probablement toute l’année.
La Cigogne épiscopale nidifie en couple isolé, mais il arrive que quelques couples soient proches les uns des autres en Afrique de l’Est. Le nid se trouve dans un arbre. C’est une grande plateforme faite de rameaux de bois, et dont la dépression intérieure est tapissée d’herbes et de détritus. Elle est située haut dans un grand arbre, à environ 20-30 mètres au-dessus du sol.

Race microscelis

La femelle dépose 2-4 œufs blancs qui se colorent de brun petit à petit. L’incubation dure un mois, partagée entre les deux parents. A la naissance, les poussins sont couverts de duvet gris avec le cou chamoisé. Ils sont nourris par régurgitation au fond du nid où chacun prend son dû. Ils quittent le nid lorsqu’ils sont capables de voler, au bout de 55-65 jours après la naissance. Ils dépendront encore des adultes pendant quelques semaines.

ALIMENTATION :  
La Cigogne épiscopale se nourrit d’invertébrés marins, de poissons, amphibiens, reptiles, crustacés, mollusques et grands insectes capturés aux limites des feux de brousse et en marchant lentement.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Cigogne épiscopale est peu commune à travers sa distribution, bien que l’espèce soit largement répandue.
Elle est menacée localement en Asie du sud-est à cause de la fragmentation et de la destruction de son habitat, des persécutions et de la chasse. Elle est en danger critique d’extinction aux Philippines. En Afrique, l’espèce est peu commune ou rare, mais probablement avec des nombres stables. Elle est encore assez commune dans la majorité de l’Inde et les populations semblent aussi assez stables.
L’espèce est actuellement considérée comme n’étant pas menacée.  

Race  episcopus
Race  episcopus