English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr : Conure d’Orcès
Ang : El Oro Parakeet
All : Orcessittich
Esp : Cotorra de El Oro
Ita : Parrocchetto di El Oro
Nd : El-Oroparkiet
Sd : eloroparakit

Photographe :

Roger Ahlman
Pbase Galleries Peru and Ecuador & My bird pictures on IBC

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 4 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334229

PARROTS OF THE WORLD – An Identification Guide – by Joseph M. Forshaw – Princeton University Press – ISBN 0691092516

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Mascotas

American Bird Conservancy

Rainforest Trust - Saving the El Oro Parakeet

Reproductive success depends on the quality of helpers in the endangered, cooperative El Oro parakeet (Pyrrhura orcesi)

World Land Trust Buenaventura Reserve

Jocotoco foundation

ARKive (Christopher Parsons)

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

Wikipedia, la enciclopedia libre

 

Accueil

Page Psittaciformes

Sommaire fiches

 

Conure d’Orcès
Pyrrhura orcesi

Ordre des Psittaciformes – Famille des Psittacidés

INTRODUCTION :
La Conure d’Orcès fait partie de la tribu Arini qui regroupe les perroquets néo-tropicaux dans la grande famille des Psittacidés. Ils diffèrent des perroquets de l’Ancien Monde par certains critères morphologiques et par leurs comportements.
Cette espèce est endémique d’Equateur. Elle a été découverte récemment, en 1980, et décrite seulement en 1988.
Elle vit dans les forêts tropicales humides, mais elle est menacée par la déforestation et la fragmentation des forêts pour l’expansion de l’élevage du bétail. Son habitat est désormais restreint à l’ouest des Andes d’Equateur et dans des réserves protégées où des nichoirs artificiels ont été installés et acceptés par cette conure.
La Conure d’Orcès est actuellement considérée comme espèce En Danger d’Extinction.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 22 cm
Poids : 65-75 gr

La Conure d’Orcès adulte a le plumage plutôt vert dans l’ensemble, avec des zones bleues et rouges.
Le mâle a les lores et le front rouges. Sur les ailes, la pliure de l’aile, le bord carpien et les couvertures primaires sont rouges, tandis que les rémiges sont bleues. La queue graduée est verte à la base, avec les recrtices centrales et l'extrémité châtain-brunâtre.
Sur les parties inférieures vertes, l’abdomen présente une légère teinte rougeâtre terne. Les sous-caudales paraissent plus rouges. Les rémiges sont blanchâtres.   
Le bec est couleur corne. Les yeux sont brun foncé, entourés d’un cercle oculaire de peau nue blanc-rosâtre pâle. Les pattes et les doigts sont gris noirâtre.
La femelle ressemble au mâle, mais elle a les lores verts et moins de rouge sur le front.  
Le juvénile est plus terne que la femelle, avec moins de rouge sur le front et la pliure de l’aile. L’abdomen est vert uni.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
La Conure d’Orcès est endémique d’Equateur où elle est présente sur le versant des Andes côté Pacifique, dans le sud-ouest de l’Equateur, depuis Manta Real jusqu’à la Réserve Buenaventura (El Oro).

HABITAT :
La Conure d’Orcès est généralement rare, mais elle peut être commune localement dans des parcelles de forêt humide tropicale, entre 800 et 1200 mètres d’altitude. Elle fréquente également les zones cultivées et les vergers adjacents à environ 300 mètres d’altitude.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Conure d’Orcès est très bruyante et se fait remarquer en vol, pendant lequel elle émet des sons durs et des trilles « tchreeet… tchreeet ». Lorsqu’elle est posée, elle produit des notes plus calmes et des stridulations « krrrr ». Les groupes en vol émettent des bavardages bruyants.   

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Conure d’Orcès se nourrit de divers fruits, notamment ceux des plantes du genre Ficus, et de fruits et de fleurs de Cecropia. Elle consomme aussi des baies.
Elle se nourrit discrètement dans la partie haute des arbres et dans la canopée, et revient souvent sur le même arbre fruitier.

La Conure d’Orcès est souvent en petits groupes de 4 à 15 individus, occasionnellement en bandes de 40 à 60 oiseaux en dehors de la saison de reproduction.
Elles dorment dans des cavités naturelles dans des arbres et des grosses branches, à plusieurs mètres de hauteur, mais ces sites changent fréquemment.

Pendant la saison de reproduction, elle est souvent en couples ou en groupes familiaux. Mais ses comportements sont encore peu connus.
Le couple émet des cris territoriaux au début de la période nuptiale, souvent des vocalises sonores émises depuis un perchoir élevé.
La reproduction semble se faire en groupe, avec plusieurs individus partageant les tâches liées à la nidification.  

La Conure d’Orcès est résidente dans sa distribution restreinte. Il lui arrive d’effectuer des déplacements saisonniers et altitudinaux pour atteindre des habitats forestiers adaptés à ses besoins à une altitude moindre.
Le vol est rapide à travers ou au-dessus de la canopée de la forêt.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu surtout entre novembre et mars. Cependant, pendant la période d’El Niño, elle peut se reproduire en décembre/janvier.
A cause de la déforestation intensive, la Conure d’Orcès nidifie dans des nichoirs artificiels installés à son intention dans la Réserve Buenaventura. En 2006, 39 nichoirs ont été installés et très surveillés. Cependant, cette espèce nidifie aussi dans des cavités naturelles dans les arbres de diverses espèces, entre 2 et 24 mètres de hauteur.

La femelle dépose 3-4 œufs blancs. L’incubation dure environ un mois. D’après une observation, des jeunes ayant quitté le nid étaient nourris par des adultes en juin et en août, ce qui veut dire que la saison pourrait s’étendre jusqu’en juin.  
Tous les membres du groupe (3-9 individus) partagent les tâches liées à la nidification. Plusieurs oiseaux incubent, et même les jeunes de la saison précédente. Chaque membre du groupe incube pendant 3-4 heures. Les poussins semblent être nourris par régurgitation à raison de 3-4 fois par jour.  
Quelques prédateurs, en particulier le Toucanet à croupion rouge, peuvent voler les œufs et effrayer les oiseaux.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :   
La Conure d’Orcès a une distribution très restreinte en Equateur. L’espèce est menacée par la dégradation de son habitat, à cause de la déforestation et de la fragmentation des forêts pour l’élevage du bétail.
La Conure d’Orcès se trouve principalement dans la Réserve Buenaventura, établie en 1999 par la Fondation Jocotoco. C’est aujourd’hui une zone de 2353 hectares (5816 acres). L’installation de nichoirs artificiels a aidé ces oiseaux qui ont très vite accepté ces structures. Les bons résultats de la reproduction ont permis d’atténuer légèrement la courbe du déclin de la population.  
Cette population est estimée à moins de 1000 individus, avec seulement 300-400 oiseaux en 2014.
La Conure d’Orcès est actuellement considérée comme espèce En Danger d’Extinction.