English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Grand Pingouin
Ang: Great Auk
All: Riesenalk
Esp: Alca Gigante
Ita: Alca impenne
Nd: Reuzenalk
Sd: Garfågel

Illustrations :

John Gerrard Keulemans (1842-1912)
1- Great Auk (extinct) in summer and winter plumage by John Gerrard Keulemans
2- Nesting ground with juveniles and eggs. The Great Auks at Home, oil on canvas by John Gerrard Keulemans

John Gould (1804-1881)
Great auk eating a fish, by John Gould
John Gould: The Birds of Europe, vol. 5 pl. 55 lithograph by Edward Lear with hand coloring. 30.2 x 44 cm (image); 38.3 x 55.5 cm (sheet) Achenbach Foundation for Graphic Arts

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol. 7 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal – Lynx Edicions – ISBN: 8487334377
Foreword – Extinct Birds by Errol Fuller pour le HBW.

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

Animal Diversity Web (University of Michigan Museum of Zoology)

Wikipedia, the free encyclopaedia

When the Last of the Great Auks Died, It Was by the Crush of a Fisherman's Boot

The extinction of The Great Auk

Recently Extinct Animals Species Info Great Auk PeterMaas.nl

ScienceNordic - The giant that perished

The Icelandic Web of Science

 

Accueil

Famille des Alcidés

Sommaire fiches

 

Grand Pingouin
Pinguinus impennis (espèce éteinte)

Ordre des Charadriiformes – Famille des Alcidés

INTRODUCTION :
Le Grand Pingouin est une espèce éteinte et le seul Alcidé récent incapable de voler. Il avait le plumage typique de ces oiseaux, noir dessus et blanc en dessous. L’espèce vivante la plus proche est le Petit Pingouin ou Pingouin torda (Alca torda). Ceci a été confirmé par des analyses ADN, mais également par des études morphologiques et biogéographiques.
Le Grand Pingouin occupait les régions boréales dans l’Atlantique Nord. Il ne quittait l’océan que pour aller se reproduire sur des îles rocheuses isolées où des pentes descendaient doucement jusqu’à la mer pour faciliter les déplacements de ces oiseaux maladroits à terre. Les sites de nidification étaient habituellement proches de riches zones de nourrissage, mais assez loin des continents pour éviter les hommes et les ours polaires.

Le Grand Pingouin était très vulnérable aux prédateurs impitoyables et inventifs qu’étaient les hommes. Les oiseaux furent repoussés de leurs îles les plus accessibles et durent repartir vers des zones plus éloignées. Au début du 18ème siècle, ils ne se reproduisaient plus que sur quelques îles où il leur était difficile d’accoster et de se déplacer.
Le Grand Pingouin établit alors ses colonies sur d’autres îles, mais qui étaient aussi accessibles aux navigateurs affamés qui se nourrissaient de ces animaux et prenaient aussi leurs plumes et leur graisse pour d’autres usages.
Vers la fin du 18ème siècle, l’espèce se reproduisait uniquement sur quelques iles au large des côtes Islandaises. Mais leur principale île de reproduction, Geirfuglasker ou Great Auk Rock près de l’Islande, disparut entièrement à la suite d’une explosion volcanique sous-marine pendant l’hiver 1830.

Les Grands Pingouins survivants atteignirent finalement l’Ile Eldey au sud-ouest de l’Islande, qui présentait un accès très difficile pour ces oiseaux. Cependant, les hommes effectuèrent leur première incursion sur l’île et prirent vingt-quatre pingouins. Une année plus tard, treize oiseaux furent encore capturés, et encore davantage au cours des incursions suivantes, jusqu’en juillet 1844 lorsque les deux derniers oiseaux, un mâle et une femelle, furent tués sur l’Ile Eldey. Ils furent tués par strangulation, et l’œuf qui était au nid fut écrasé par les bottes des hommes.
Aucun Grand Pingouin ne fut jamais revu depuis cet épisode.

Source: Foreword – Extinct Birds by Errol Fuller pour le HBW (volume 7)

John Gerrard Keulemans (1842-1912)

Grand Pingouin en plumage d'été (à gauche) et d'hiver (à droite)

DESCRIPTION OF THE BIRD:
Quelques mesures:
Longueur: 75-85 cm
Poids: 5 - 8 kg environ
Longueur du bec: 11 cm
Longueur de l’aile : 15 cm

Le Grand Pingouin en plumage nuptial avait les parties supérieures noires, y compris la tête, la gorge, les ailes et la queue. Les parties inférieures étaient blanches sur la poitrine, l’abdomen et les couvertures sous-caudales. Les ailes courtes présentaient un bord de fuite blanc visible même sur les ailes fermées.  
Sur la tête, une grande zone blanche se trouvait en avant de chaque œil.
Le grand bec robuste était noir et strié transversalement sur les deux mandibules. La commissure du bec était jaune vif. Les yeux étaient bruns. Les pattes robustes et les doigts palmés étaient noirs. Les pattes étaient placées loin en arrière du corps.

Le Grand Pingouin en hiver n’avait plus les taches oculaires blanches. Elles étaient remplacées par une large bande blanche et une rangée de plumes grises qui s’étendait de l’œil à la zone auriculaire.
La tête et la gorge étaient largement blanches, sauf sur la partie centrale de la calotte et de la nuque, et autour de la base du bec.
Mâle et femelle étaient semblables, peut-être avec une légère différence de taille.

Le poussin était couvert de duvet gris. Le juvénile avait le bec moins strié que les adultes. Le cou noir était tacheté de blanc. La zone oculaire blanche était absente, mais il avait une ligne oculaire grise qui s’étendait jusqu’en dessous de la zone auriculaire.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Grand Pingouin se reproduisait sur des îles rocheuses au large dans l’Atlantique Nord. Il était présent depuis le Canada, au Groenland et en Islande, jusqu’aux Iles Britanniques, en France et dans le nord de l’Espagne.
Après la reproduction, il migrait et atteignait les régions plus au sud à la fin de l’automne et en hiver, jusqu’aux Grands Bancs de Terre-Neuve. Des ossements ont été trouvés jusqu’en Floride, mais en général, sa distribution la plus au sud en hiver était la Baie du Massachusetts.         

HABITAT :  
Le Grand Pingouin se reproduisait sur des iles rocheuses avec des pentes douces qui descendait jusqu’à la mer pour un meilleur accès. Les zones de nourrissage étaient en plein océan et dans des eaux froides.

CRIS ET CHANTS :
Le Grand Pingouin produisant des faibles croassements et des cris rauques, d’une voix généralement plus forte et plus profonde que le Petit Pingouin. Ces oiseaux pouvaient aussi utiliser des signaux visuels pour communiquer entre eux.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Grand Pingouin était un piscivore hautement spécialisé. Les proies habituelles étaient des poissons qui mesuraient de 140 à 190 millimètres de long, si l’on tient compte des mesures du bec de cette espèce.
Il se nourrissait probablement dans des eaux peu profondes, jusqu’à 18 mètres de profondeur, et relativement près des côtes, à moins de 2 kilomètres. Il préférait les poissons gras.
Mais d’après un examen du système digestif des oiseaux collectés dans le sud-ouest du Groenland, les proies comprenaient différentes espèces de poissons comme Myoxocepahlus scorpius (chaboisseau à épines courtes) et Cyclopterus lumpus (lompe) qui se trouvent au fond de l’océan.
Cela revient à dire qu’il pêchait des poissons benthiques dans des eaux d’une profondeur maximum de 75 mètres, mais il était capable de plonger à de grandes profondeurs, propulsé par ses ailes courtes mais puissantes.
Le Grand Pingouin semblait donc adapter sa façon de pêcher en fonction des ressources locales.

John Gould (1804-1881)

Grand Pingouin avec un poisson

C’était une espèce grégaire qui pêchait en petits groupes et nidifiait en colonies. Les deux partenaires étaient monogames, apparemment pour une durée assez longue.
Les signaux visuels au cours desquels les oiseaux secouaient la tête et faisaient des courbettes au moment des parades nuptiales, avaient certainement pour but de mettre en valeur les dessins du plumage noir et blanc de la tête, mais aussi le jaune vif des commissures et de la bouche. Une fois le couple formé, les deux partenaires s’accouplaient sur le site de nidification au pied des falaises où la colonie était établie.

Le Grand Pingouin quittait les îles où il se reproduisait vers fin août/septembre, après la période de nidification, et le retour vers ces îles s’effectuait au début du printemps.

Le Grand Pingouin ne pouvait pas voler, mais il était un excellent plongeur et nageur grâce à ses ailes courtes mais puissantes. Sur le sol, il marchait en se tenant très droit car ses pattes étaient placées loin en arrière du corps, et sa démarche paraissait maladroite.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :   
La saison de reproduction avait lieu de mai à juin/août.
Le Grand Pingouin se reproduisait en colonies sur des iles rocheuses isolées. Les colonies étaient denses avec les couples très proches les uns des autres.

La femelle déposait un seul œuf de forme allongée, blanc jaunâtre avec des marques (taches ou lignes) plus sombres. L’œuf était pondu directement sur le sol nu. Les deux adultes partageaient l’incubation à tour de rôle pendant 39 à 44 jours. Les naissances avaient généralement lieu en juin, parfois plus tard. Le poussin duveteux était nourri par ses deux parents. Il quittait le site du nid seulement 2-3 semaines après l’éclosion et gagnait l’océan vers la mi-juillet. Il dépendait encore des adultes pendant un certain temps. Il était sexuellement mature entre 4 et 7 ans.

John Gerrard Keulemans (1842-1912)

Aires de nidification avec juvéniles et œufs

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Grand Pingouin est éteint depuis 1844, et la chasse excessive a été la cause de cette extinction. Cependant, il ne faut pas négliger la possibilité que cette population et sa distribution aient décliné à cause des changements dans l’environnement et des conditions climatiques entrainant la réduction des ressources alimentaires et le manque d’îles adaptées à la nidification de cette espèce.

De nombreux spécimens font partie des collections des musées avec 78 peaux, environ 75 œufs et 24 squelettes complets. Mais il n’y a plus que ces restes, car le Grand Pingouin est aujourd’hui définitivement éteint, les deux  derniers ayant été tués le 3 juillet 1844 pour un marchant qui voulait des spécimens. Les adultes ont été étranglés et l’œuf qu’ils incubaient a été piétiné et détruit.