English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Guillemot à lunettes
Ang: Spectacled Guillemot
All: Brillenteiste
Esp: Arao de Anteojos
Ita: Uria dagli occhiali
Nd: Brilzeekoet
Sd: Glasögontejst

Illustration et texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334202

OISEAUX DE MER – Guide d’identification de Peter Harrison – Editions Broquet (Canada) – ISBN-10 : 2890004090 – ISBN-13 : 978-2890004092

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive  

Ocean Wanderers "Ride the Wave"

Bird Research News by Yoshihiro FUKUDA - Shiretoko Seabird Society

Birds of East Asia by Mark Brazil

 

Accueil

Famille des Alcidés

Sommaire fiches

 

Guillemot à lunettes
Cepphus carbo

Ordre des Charadriiformes – Famille des Alcidés

INTRODUCTION :
Le Guillemot à lunettes est endémique du nord-est de l’Asie. Il est le plus grand guillemot du genre Cepphus qui comprend aussi le Guillemot colombin et le Guillemot à miroir.   
Il se reproduit sur les côtes rocheuses et hiverne dans les zones libres de glace au large de ses aires de reproduction, et quelquefois aussi dans les ports et les baies. Il se reproduit rarement en grandes colonies et préfère les petits groupes composés de quelques couples, ou nidifie même en couples isolés.
Le Guillemot à lunettes est menacé de prédation par les espèces invasives et par le manque de nourriture.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 38 cm
Envergure : 65-70 cm
Poids : 575-760 gr

Le Guillemot à lunettes en plumage nuptial a le plumage brun noirâtre dans l’ensemble. Mais sur la tête, on note la présence d’une tache blanche évidente autour de chaque œil finissant en pointe sur les couvertures auriculaires. C’est ce critère qui a donné son nom à l’espèce. Une petite zone blanche entoure aussi la base du bec.
Le bec robuste et pointu est noir. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts palmés sont rouges.

Le Guillemot à lunettes en hiver a les parties inférieures blanches. La face est noirâtre et la zone oculaire blanche est plus restreinte. La tête et les côtés du cou sont plutôt gris foncé, tandis que le front et la calotte sont noirs. Les ailes et la queue sont noires.  

Mâle et femelle sont identiques. Ce sont des oiseaux rondelets avec un long cou épais et une queue courte.
Le juvénile ressemble à l’adulte en hiver, mais il a la gorge plus blanche et les parties inférieures sont barrées de noir brunâtre.    

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Guillemot à lunettes se reproduit sur les côtes et sur plusieurs îles depuis le Kamtchatka et la Mer d’Okhotsk vers le sud jusqu’au nord-est de la Corée, les Iles Kuriles et le nord du Japon (Hokkaido).
Il hiverne souvent au large de ses aires de nidification ou plus loin au sud, et occasionnellement dans les baies et les ports et sur les promontoires.

HABITAT :  
Le Guillemot à lunettes se reproduit sur les côtes rocheuses, les falaises, les pentes et les éboulis, et sur des îles, généralement à proximité des eaux peu profondes où il peut pêcher. En hiver, il est plus pélagique et se trouve souvent le  long des côtes. Mais il reste au voisinage de ses aires de reproduction.  

CRIS ET CHANTS :
Le Guillemot à lunettes émet des sifflements doux et mélodieux typiques du genre Cepphus. Pendant la saison de reproduction, il émet des sifflements haut-perchés et tremblotants « piii piii » ou des « fi-fi-fee-fee » plus rapides. Ces cris sont émis depuis le sol, en mer ou même depuis l’intérieur de la cavité du nid.
Lorsque l’oiseau crie ou chante, on peut voir l’intérieur rouge vif de la bouche et des commissures.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Guillemot à lunettes se nourrit surtout de poissons, d’invertébrés marins et de crustacés. Le régime comprend une variété d’espèces benthiques. Les guillemots du genre Cepphus capturent et avalent les petites proies en nageant. Ils poursuivent aussi des poissons sur les fonds maritime sableux. Il capture aussi des sardines et des harengs, ainsi que quelques invertébrés.    

Le Guillemot à lunettes pêche le long des côtes aux alentours des aires de nidification. Pendant la période de reproduction, les adultes pêchent souvent dans des zones distantes de moins de 6 kilomètres des colonies, à des profondeurs de 15 à 20 mètres, et plus généralement à moins de 50 mètres de profondeur.

Le Guillemot à lunettes est probablement monogame. Il nidifie en groupes de 10-20 couples clairsemés, mais il lui arrive aussi de nidifier en couples isolés.
Il utilise des crevasses rocheuses, des trous et autres cavités naturelles dans un habitat rocheux et sur les falaises, les pentes caillouteuses et les éboulis, et sur des îles.
Les parades nuptiales sont inconnues. L’accouplement a lieu habituellement à découvert, au nid ou à proximité du site de nidification.

Le Guillemot à lunettes est plutôt sédentaire et hiverne aux alentours des colonies. Les oiseaux les plus au nord de la distribution et ceux de la Mer d’Okhotsk sont souvent obligés d’aller plus au sud à cause de la glace.
Les oiseaux nicheurs arrivent aux colonies vers fin avril, tandis que les immatures viennent un peu plus tard.

Le Guillemot à lunettes produit des sons vrombissants avec ses ailes au cours du vol rapide et direct.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction commence en mai, avec les naissances à mi-juin/début juillet. Les poussins s’envolent entre fin juillet et début août.
Le Guillemot à lunettes nidifie dans des cavités rocheuses, des trous et des crevasses dans les falaises, sur les pentes raides et les rochers en mer, généralement à une hauteur qui varie de 1,50 à 20 mètres au-dessus de la limite des marées hautes.

La femelle dépose 2 œufs, parfois un seul. L’incubation par les deux adultes dure de 27 à 29 jours. La période au nid dure 40-45 jours dans le nord-ouest d’Hokkaido, mais cette période peut varier de 43 à 53 jours.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Guillemot à lunettes est menacé par les prédateurs naturels comme les Corvidés, le Faucon pèlerin et le Grand-duc d’Europe, mais aussi par les mammifères introduits qui peuvent causer l’abandon des colonies.
D’autres menaces comme la réduction des ressources alimentaires à cause de la pêche intensive, les dérangements causés par les humains, la chasse illégale, la pollution aux hydrocarbures et les filets de pêche sont la cause de certains déclins.
La population globale est estimée à 140 000/148 000 individus et semble décliner.
Mais actuellement, le Guillemot à lunettes est considéré comme non menacé.

Cette illustration n'est que provisoire, en attendant une photo de cette espèce.

Elle montre néanmoins les dessins du plumage qui permettent de différencier cette espèce d'une autre.