English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Irrisor moqueur
Ang: Green Wood Hoopoe
All: Baumhopf
Esp: Abubilla arbórea verde
Ita: Upupa boschereccia verde
Nd: Groene Kakelaar
Sd: grön skratthärfågel

Photographes:

Callie de Wet 
Flickr Galleries

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries & Flickr Rainbirder

Yves Thonnérieux  
NATUR’AILES

Texte de Nicole Bouglouan

Sources :

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 6 by  Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions, 2001 - ISBN: 848733430X

BIRDS OF THE GAMBIA AND SENEGAL by Clive Barlow and Tim Wacher – Helm Field guides – ISBN: 0713675497

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Biodiversity Explorer – The Web of Life in Southern Africa 

Birdlife Botswana Bird of the Month The Green Wood Hoopoe

Coraciiformes Taxon Advisory Group

ScienceBlogs - Hoopoes and Woodhoopoes

Territorial vocal rallying in the green woodhoopoe: influence of rival group size and composition

Animalia Life

THE AVIANWEB - Beauty of Birds (Sibylle Faye)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Irrisor moqueur
 Phoeniculus purpureus

Ordre des Bucérotiformes – Famille des Phoeniculidés

INTRODUCTION :
L’Irrisor moqueur est un oiseau très spécialisé qui sait exploiter sa position unique dans la nature.
La femelle se nourrit en cherchant des invertébrés dans les arbres et sur les branches, tandis que le mâle sonde les crevasses de l’écorce à la recherche de proies plus grandes. Mâle et femelle ont des becs différents au niveau de la forme et de la longueur, et se nourrissent donc séparément. Comme ces oiseaux vivent généralement en groupes, ces comportements alimentaires liés aux sexes évitent les compétitions pour la nourriture ou les sites de nourrissage au sein du groupe.
Les membres d’un groupe défendent ensemble et vigoureusement leur territoire contre d’autres groupes. Les disputes territoriales sont accompagnées de cris sonores et de postures d’intimidation.
Pendant la saison de reproduction, la nidification en groupe avec des aides est courante. Le couple monogame reçoit de l’aide de la part de plusieurs membres de la collectivité pendant cette période.
L’Irrisor moqueur est largement répandu dans sa vaste distribution africaine, et l’espèce n’est pas globalement menacée pour le moment. 

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 33-44cm – poids : M : 54-99 gr – F : 52-75 gr

L’adulte de la race nominale a le plumage vert foncé dans l’ensemble, avec des reflets noirs, verts, violets et bleus. La tête et la gorge sont d’un bleu plus soutenu. La nuque est violette et le haut du manteau est bleu. Sur le dessus des ailes, une barre blanche traverse le milieu des rémiges primaires, tandis que les couvertures primaires ont seulement les extrémités blanches. La longue queue graduée a des taches subterminales blanches.
Le long bec courbé vers le bas est rouge et mesure de 49 à 63 millimètres de longueur. Les yeux sont brun foncé. Les pattes courtes et les doigts robustes sont rougeâtres.
La femelle a le même plumage mais elle est plus petite et son bec est plus court (37-60 mm).

Le juvénile a le plumage plus terne et le bec plus sombre et plus droit. Les pattes et les doigts sont aussi plus foncés que chez les adultes. La majeure partie des juvéniles a la gorge brune ou chamois, et les taches blanches de la queue sont plus petites.

P.p. senegalensis

Juvénile

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
L’Irrisor moqueur a six sous-espèces qui sont difficiles à séparer dans la nature. Les différences sont basées sur l’étendue de blanc sur les ailes et la queue. Toutes les races sont plus grandes que la race nominale.

P.p. guineensis se trouve dans le sud de la Mauritanie, le nord du Sénégal et au Mali, jusqu’au nord du Ghana, au Nigeria, dans le sud du Tchad et en République Centrafricaine.
Cette race a la calotte et la face plutôt bleu-vert, les ailes plus courtes et la queue plus longue.

P.p. senegalensis se trouve dans le sud du Sénégal et en Gambie, et vers l’est jusqu’au Ghana.        
Cette race a la calotte, la nuque et le manteau plus ternes, ce dernier étant plus violet. Le bec est partiellement ou entièrement noir.

P.p. senegalensis

P.p. niloticus se trouve dans le sud du Soudan, dans l’ouest de l’Ethiopie et dans la république du Sud-Soudan, ainsi qu’en République Démocratique du Congo.
Cette race est plus terne et plus foncée que la précédente « marwitzi ».

P.p. angolensis se trouve en Angola et en Namibie, vers l’est jusqu’à l’ouest de la Zambie et l’ouest du Zimbabwe, et vers le sud jusqu’au nord de l’Afrique du Sud.
Cette race a davantage de bleu sur la nuque et la gorge, et les taches blanches de la queue sont plus grandes que chez la race nominale. 

P.p. purpureus (décrite plus haut) se trouve dans le sud-est de l’Afrique du Sud, depuis l’est du Cap occidental vers l’est jusqu’au Kwazulu-Natal.   

HABITAT :
L’Irrisor moqueur fréquente une grande variété de zones boisées, bosquets et lisières de forêts, mais on le trouve aussi dans les savanes, les plantations de palmiers et les jardins boisés, depuis (presque) le niveau de la mer jusqu’à 2000 mètres d’altitude. Il évite généralement les zones et les forêts arides. Il a besoin en priorité de cavités pour nidifier et dormir.   

CRIS ET CHANTS: SONS PAR XENO-CANTO
L’Irrisor moqueur est un oiseau bruyant, et les vocalises jouent un grand rôle dans la vie sociale de l’espèce. De plus, le cri composé d’une seule note permet d’identifier le sexe de l’oiseau.
Le mâle émet des séries de « kuk » lorsqu’il se sent menacé « kuk-uk-uk-uk » qui à leur maximum, deviennent une cacophonie frénétique. Ce « chant » est également émis pendant les parades et les disputes territoriales. En revanche, lorsque les femelles du groupe se sentent menacées, elles produisent des « keek » plus haut- perchés.
Pendant les parades au sein du groupe, des vocalises prolongées, gloussements et grognements, sont émises « kak-kak-kkkkk ». Les cris émis par chaque sexe sont alors bien distincts.

P.p. marwitzi se trouve en Ouganda et au Kenya, vers le sud jusqu’au nord-est de l’Afrique du Sud. Il y a quelques observations de cette sous-espèce dans l’extrême sud de la Somalie.
Cette race est irisée, avec la face, le menton, la nuque et la calotte bleus, le cou bleu-vert, et le manteau, les scapulaires, la gorge et la poitrine verts. 

P.p. marwitzi

A l'entrée du nid

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
L’Irrisor moqueur se nourrit principalement d’arthropodes, adultes et larves, tels que scarabées, phalènes et papillons, termites, punaises, sauterelles et criquets, guêpes, abeilles, fourmis et libellules. Il consomme également des araignées, et les œufs d’araignées et d’insectes divers. Il capture aussi des lézards en Afrique de l’ouest. Des baies et des graines d’acacia viennent s’ajouter à la nourriture animale.

L’Irrisor moqueur cherche ses proies sur les troncs d’arbres et les branches, grâce à ses pattes courtes et à ses doigts puissants. Il sonde les crevasses du bois et utilise son bec robuste pour marteler l’écorce et faire voler des éclats pour dénicher des insectes. 
Il passe la majeure partie de son temps à chasser dans les arbres, mais lorsque les termites commencent à affluer, il devient un excellent prédateur aérien. Le mâle chasse quelquefois sur le sol. Cette espèce sait exploiter toutes les situations pour obtenir de la nourriture.        

P.p. senegalensis

Juvénile

L’Irrisor moqueur est un oiseau grégaire qui vit en groupes de 12-15 individus. Ils effectuent des parades connues sous le nom de « rally » au cours desquelles ils se posent les uns près des autres tout en se balançant d’avant en arrière avec les ailes à moitié étendues et en relevant ou abaissant leur longue queue. Ils émettent alors leurs « kuk-uk-uk-uk » sonores.
Ces parades sont surtout effectuées pendant les disputes territoriales entre deux groupes voisins, mais aussi lorsque les membres du groupes se retrouvent. Elles sont utilisées pour célébrer l’unité et la cohésion de la troupe, en particulier pendant les rencontres agressives pour la défense du territoire. Les comportements sociaux occupent une place importante dans la vie de ces oiseaux.
Les plus grands groupes dominent les plus petits, et lorsque deux ou trois oiseaux veulent défendre un territoire, ils n’ont aucune chance face à des rassemblements plus importants.

P.p. marwitzi

A l'entrée du nid

L’Irrisor moqueur est plutôt résident, et n’effectue que des déplacements saisonniers en Afrique de l’ouest. Il se reproduit souvent dans le territoire qui l’a vu naître. Les sites de nidification sont également utilisés pour dormir à l’abri pendant la nuit et toute l’année.
S’il est attaqué, l’Irrisor moqueur envoie sur l’intrus une sécrétion glandulaire dont l’odeur forte et désagréable fait parfois fuir les prédateurs les plus acharnés. 

L’Irrisor moqueur vole tranquillement d’un arbre à l’autre, mais il est capable d’effectuer un vol puissant et rapide pendant une période prolongée, en particulier lorsqu’un individu ou tous les membres d’un groupe se mesurent en pratiquant des vols tourbillonnants.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction est souvent associée aux pluies dans les régions tropicales, mais l’activité nuptiale est observée pendant toute l’année dans la vaste distribution. L’espèce produit en principe une couvée par an, mais si les ressources alimentaires sont convenables, deux ou trois couvées peuvent être produites.
L’Irrisor moqueur se reproduit en groupes avec des aides qui participent au nourrissage de la femelle et des jeunes.

Il nidifie dans une cavité d’arbre ou quelquefois sous le toit d’une habitation. Il ne construit pas de nid mais il peut enlever les matériaux placés dans la cavité par une autre espèce, souvent un pic ou un barbican. La cavité se trouve entre 1 et plus de 20 mètres au-dessus du sol. Elle peut être utilisée plusieurs fois et pendant plusieurs années.  

L’Irrisor moqueur est monogame. A l’intérieur du groupe, seuls le mâle alpha et la femelle alpha se reproduisent. Les autres membres de la troupe assistent le couple, nourrissant la femelle pendant l’incubation et les jeunes après l’éclosion des œufs.
Avant la nidification, les deux partenaires du couple reproducteur quittent le groupe plusieurs fois par jour, afin de passer du temps posés l’un près de l’autre, sur ou près de l’arbre choisi pour y déposer les œufs. Ils se lissent mutuellement les plumes et s’accouplent périodiquement.   
Avant la ponte, la femelle sollicite tous les membres du groupe pour se faire nourrir, en émettant des bavardages intenses. Elle choisit le site du nid en fonction de la qualité des zones de nourrissage adjacentes.
P.p. senegalensis

P.p. marwitzi

Adulte et poussin au nid

La femelle dépose 3-4 œufs bleu verdâtre pâle avec des traces crayeuses sur la coquille. Elle incube seule pendant 17-18 jours. Elle est nourrie par son partenaire et les autres membres du groupe. A la naissance, les poussins ont un long duvet blanc et sont nidicoles.
La femelle les nourrit avec la nourriture apportée au nid par le mâle et les aides. Les jeunes quittent le nid 28-30 jours après l’éclosion. Ils peuvent bien voler 3-4 mois plus tard. Ils sont encore nourris par le groupe pendant plusieurs semaines. Ils pourront rester au sein de la troupe pendant environ cinq ans.
Les nids sont attaqués par le Gymnogène d’Afrique et la Chevêchette perlée.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
L’Irrisor moqueur est commun ou localement abondant à travers sa vaste distribution et dans des habitats adaptés à ses besoins, généralement de grands arbres au bord d’un cours d’eau. L’espèce est présente dans de nombreux parcs nationaux et zones protégées. Il lui arrive d’entrer en compétition avec l’Etourneau sansonnet pour les cavités de nidification dans les zones urbaines.  Quelques déclins sont observés à cause de la destruction de l’habitat dans certaines parties de la distribution, mais actuellement, l’Irrisor moqueur est considéré comme non menacé.

P.p. purpureus
P.p. purpureus

P.p. purpureus

Immature (bec noir)

P.p. purpureus

P.p. purpureus

Immature (bec noir)

Plumage plus terne

© Callie de Wet