English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Mouette de Franklin
Ang: Franklin’s Gull
All: Präriemöwe
Esp: Gaviota Pipizcan
Ita: Gabbiano di Franklin
Nd: Franklins Meeuw
Sd: präriemås

Photographes

Roger Ahlman 
Pbase Galleries Peru and Ecuador

Ken Havard 
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

Alan & Ann Tate
AA Bird Photography

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

BIRDS OF THE GREAT BASIN – by Fred A. Ryser - Univ of Nevada Pr -ISBN: 0874170796

A GUIDE TO THE BIRDS OF MEXICO AND NORTHERN CENTRAL AMERICA by  Steve N. G. Howell, Sophie Webb - Oxford University Press - ISBN: 0198540124

FIELD GUIDE TO THE BIRDS OF NORTH AMERICA - National Geographic Society -ISBN: 0792274512

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C. Helm - ISBN: 0713639601

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

Audubon

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

Bird Web (Seattle Audubon Society)

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

New Zealand Birds Online

South Dakota Birds and Birding – (Terry L. Sohl)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia, the free encyclopaedia

Franklin's Gull

 

Accueil

Page Laridés

Sommaire fiches

 

Mouette de Franklin
Leucophaeus pipixcan

Ordre des Charadriiformes – Famille des Laridés

INTRODUCTION :
La première Mouette de Franklin a été capturée au cours d’une expédition menée par Sir John Franklin en 1823. Il a donné son nom à l’espèce. Le premier nom de cette mouette fut Franklin’s Rosy Gull, à cause de la couleur rose pâle de la poitrine et de l’abdomen. Elle a aussi reçu le nom de « Prairie Dove » en relation avec sa petite taille semblable à celle d’une tourterelle.
La Mouette de Franklin se reproduit à l’intérieur de l’Amérique du Nord et hiverne au large de la côte ouest de l’Amérique du Sud.

Elle a étendu son aire de reproduction au cours des récentes décades. On compte aujourd’hui plusieurs colonies dans le Grand Bassin des Etats Unis, ce qui représente une extension des zones de nidification vers l’ouest. La première colonie du Grand Bassin fut découverte par F.A. Wetmore dans les marais de Bear River en 1916. Une seconde colonie apparut dans le Grand Bassin à Malheur Lake aux alentours de 1957. Aujourd’hui, la Mouette de Franklin est devenue un nicheur commun dans cette région, et l’espèce est considérée comme un nouveau membre de l’avifaune locale.

La population est légèrement et lentement en augmentation en Amérique du Nord, mais elle est menacée par les fluctuations des niveaux des eaux et le drainage des zones humides. Elle est également sensible aux dérangements causés par les humains pendant le cycle de reproduction, pouvant mener à l’abandon de la colonie.
Mais l’espèce ne semble pas globalement menacée pour le moment.    

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 32-38 cm
Envergure : 87-91 cm
Poids : 203-371 gr

La Mouette de Franklin est une petite mouette de la taille d’une tourterelle. L’adulte en plumage nuptial a le plumage blanc avec les parties inférieures légèrement teintées de rose pâle. Le dessus des ailes est gris ardoisé, avec des extrémités blanches aux secondaires et aux primaires internes. Les cinq primaires externes ont une bande subterminale noire et des extrémités blanches, formant un dessin noir et blanc à l’extrémité de l’aile. Le bord de fuite est blanc et assez large. La queue est gris pâle avec les rectrices externes blanches. Le dessous des ailes est grisâtre pâle.

Sur la tête noire, on note la présence d’un large cercle oculaire blanc. La couleur noire s’étend sur la tête, la nuque, le menton et la gorge et forme un capuchon.
Le bec est rouge terne. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts palmés sont rouge orangé ou brun noirâtre.
Mâle et femelle sont identiques.

L’adulte en hiver a un demi capuchon sombre sur l’arrière de la calotte et la nuque et jusqu’en dessous des yeux. Le cercle oculaire blanc est toujours présent. Le bec, les pattes et les doigts sont noirâtres.

Le 1er hiver a le manteau brunâtre et les primaires entièrement noires. Le capuchon est plutôt brun grisâtre et s’étend sur les côtés de la face, jusqu’au sommet de la tête et l’arrière de la calotte. Le front, le menton et la gorge sont blancs. Le cercle oculaire blanc est présent en tous plumages.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Mouette de Franklin se reproduit à l’intérieur de l’Amérique du Nord, au Canada et aux Etats Unis. Au Canada, elle se reproduit depuis l’est de l’Alberta jusqu’au sud-ouest du Manitoba, et aux Etats Unis depuis le Montana jusqu’au Minnesota. Il y a des populations clairsemées dans le nord des Montagnes Rocheuses et dans le Grand Bassin des Etats Unis. Elle hiverne au large de la côte ouest de l’Amérique du Sud, vers le sud jusqu’au Chili.  

HABITAT :
La Mouette de Franklin se reproduit dans les grandes étendues marécageuses intérieures où l’eau est assez profonde, sur les lacs intérieurs avec de la végétation émergente et dans les épais buissons de massettes du genre Typha.
Elle hiverne le long des côtes, dans les baies et les estuaires.
Pendant l’été en en migration, elle se nourrit dans les champs cultivés, les prairies inondées, les pâturages, les marais et les estuaires.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Mouette de Franklin a pour cri habituel un doux « kruk » lorsqu’elle se nourrit. Elle émet aussi des cris stridents « ha-ha-ha-ha-ha-ha-ha » semblables mais plus hauts que ceux de la Mouette atricille. Elle produit des « po-lee » sonores, musicaux et plaintifs sur les aires de reproduction. Le long cri accélère en descendant.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
La Mouette de Franklin se nourrit surtout d’invertébrés aquatiques et d’insectes comme les sauterelles, et aussi des sangsues, des vers de terre, des escargots, des écrevisses et des graines pendant l’été. En hiver, elle capture de nombreux petits poissons et des crustacés en plus des insectes.

Elle se nourrit le long des côtes en pêchant dans les vagues, mais elle récupère aussi des poissons dans les conserveries et ne dédaigne pas les décharges. Il lui arrive également de suivre les bateaux de pêche. Pendant la saison de reproduction, elle se nourrit près des colonies, souvent dans les cultures.
Elle cherche sa nourriture en marchant sur le sol, en pataugeant et en nageant, et il lui arrive aussi de happer des insectes en vol et de suivre les charrues.  

La Mouette de Franklin nidifie en colonies. Les couples se forment juste avant l’arrivée aux colonies. Quelques parades nuptiales peuvent être observées, avec les deux adultes debout bien droits, tournant alternativement la tête vers le ou la partenaire ou du côté opposé. Le mâle fait aussi des offrandes de nourriture à la femelle.
Ils sont très grégaires et forment des colonies comprenant des centaines de couples, parfois plus de 10 000 couples. Quelques colonies comprennent d’autres espèces d’oiseaux comme des hérons, des ibis, des grèbes, des sternes et d’autres mouettes. Les sites des colonies sont souvent menacés par la montée des eaux ou la sècheresse.

La Mouette de Franklin est migratrice et se déplace vers le sud après la reproduction. Elles migrent en troupes à travers les Grandes Plaines et le long de la plaine côtière du Mexique. Elles traversent le Pacifique par l’Isthme de Tehuantepec.  
On note des observations de l’espèce en Australie et en Nouvelle-Zélande, et même jusqu’aux Philippines. Elle vagabonde dans de nombreux pays Européens comme les Iles Britanniques, la France et la Péninsule Ibérique, et aussi les iles de l’Atlantique. Elle atteint aussi les Caraïbes, Trinidad, les Malouines, la Géorgie du sud et Tristan da Cunha, mais aussi bien d’autres endroits, y compris l’Ile Marion dans le sud-ouest de l’Océan Indien.  
Elles arrivent au Pérou et au Chili en septembre/octobre où elles restent jusqu’à début mai.
La Mouette de Franklin a un vol puissant et direct, avec des battements profonds et rapides.  

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu au printemps, avec la ponte pendant la seconde moitié de mai, parfois plus tard en fonction de la distribution.
La Mouette de Franklin nidifie dans les marais où l’eau est assez profonde (50/180 cm). Les deux adultes construisent un grand nid flottant, une masse de plantes aquatiques comprenant des laîches et des joncs. La structure est généralement attachée à la végétation émergente. Elle nécessite cependant une maintenance journalière parce que les matériaux qui sont sous la surface pourrissent. Les adultes ajoutent régulièrement des matériaux, et mêmes les jeunes récupèrent de la végétation autour du nid et l’ajoutent aussi. Ils arrêtent une ou deux semaines avant d’abandonner la colonie pour migrer.

La femelle dépose 2-3 œufs chamoisés, vert-olive ou bruns avec des marques sombres. Les deux adultes incubent pendant 23-26 jours. Les poussins sont nourris et couvés par les parents. Ils restent au nid pendant au moins 20 jours, mais s’ils sont menacés, ils sont capables de nager jusqu’à la végétation pour s’y cacher. Ils sont emplumés au bout de 32-35 jours et restent en famille pendant encore 8-10 jours, avant de quitter la colonie.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :   
La Mouette de Franklin est menacée aux colonies par les fluctuations du niveau des eaux, par le drainage des zones humides mais aussi par la sécheresse. Ces mouettes sont vulnérables aux dérangements humains pendant le cycle de reproduction et au moment de la naissance des poussins. Elles peuvent alors déserter la colonie. L’espèce est vulnérable aux effets d’El Niño sur les aires d’hivernage.
La population est estimée à 1-1,5 millions d’individus et semble augmenter lentement.
La Mouette de Franklin est actuellement considérée comme non menacée.