English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Nyctale de Tengmalm
Ang: Boreal Owl – Tengmalm’s Owl
All: Raufußkauz
Esp: Mochuelo Boreal
Ita: Civetta capogrosso
Nd: Ruigpootuil
Sd: Pärluggla

Photographes:

Yves Thonnerieux
NATUR’AILES

Ingo Waschkies
My bird pictures on Pbase

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 5 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334253

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C. Helm - ISBN: 0713639601

BIRDS OF THE MIDDLE EAST by R.F. Porter, S. Christensen, P Schiermacker-Ansen C.Helm - ISBN: 0713670169

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

Audubon

Bird Web (Seattle Audubon Society)

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Wikipedia, the free encyclopaedia

The Owl Pages (Deane P.Lewis)

Owling.com - The largest US website totally dedicated to owls

THE AVIANWEB (Sibylle Faye)

AVIBIRDS.COM

Owl Research Institute

 

Accueil

Page Strigiformes

Sommaire fiches  

 

Nyctale de Tengmalm
Aegolius funereus

Ordre des Strigiformes – Famille des Strigidés

INTRODUCTION :
La Nyctale de Tengmalm fait partie du groupe des nyctales du genre Aegolius.  Ces petits Strigidés ont une queue courte et pas de touffes auriculaires sur les côtés de la tête. Ce sont des oiseaux forestiers.
La Nyctale de Tengmalm est présente dans le Néarctique et le Paléarctique (Holarctique). Cette espèce timide et discrète chasse la nuit et se repose pendant la journée, souvent bien cachée sous l’épais couvert végétal.
La Nyctale de Tengmalm n’est pas considérée comme espèce menacée, mais ses populations sont étroitement associées à l’abondance et à la disponibilité des proies.
En Amérique du Nord, elle porte de nom  de Boreal Owl, en référence au dieu grec Boreas. Elle est connue sous le nom de Tengmalm’s Owl dans l’Ancien Monde, et ce nom rend hommage au naturaliste suédois Peter Gustaf Tengmalm.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : M : 21-25 cm – F : 25-28 cm
Poids : M : 90-115 gr – F : 120-195 gr

La Nyctale de Tengmalm adulte a les parties supérieures brun foncé très nettement tachetées de blanc sur les scapulaires, et avec des taches blanches plus petites sur le dos et le croupion. Sur le dessus des ailes, les primaires présentent cinq rangs de taches blanches. La queue courte est brune avec 4-5 barres blanches.
Les parties inférieures sont blanc-crème avec des stries brunes ou roussâtres, généralement plus denses sur la poitrine.

Sur la tête, la calotte est brune, finement et intensément tachetée de blanc. On peut voir un disque facial blanc très net, entouré d’une bordure sombre avec des petites taches blanches, et souligné par les sourcils blancs dressés. La tête paraît grande comparée au corps.
La Nyctale de Tengmalm est connue pour ses ouvertures auriculaires asymétriques. L’oreille droite est jusqu’à 50% plus grande que la gauche et dirigée vers le haut, alors que l’oreille gauche est dirigée vers le bas.
Le petit bec crochu est jaune ou couleur corne. Les yeux sont jaunes. Les pattes et les doigts sont couverts de plumes blanches épaisses jusqu’aux griffes sombres.
Mâle et femelle ont le même plumage, mais la femelle est plus grande.       
Le juvénile a les parties supérieures brun chocolat et le dessous brun. Le disque facial est brun et bordé de noir.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Nyctale de Tengmalm a six sous-espèces, quelquefois sept lorsque certains auteurs séparent la race « sibiricus » du centre de la Sibérie jusqu’à Sakhaline et au nord-est de la Chine, de la race « pallens ». Les races diffèrent surtout par la couleur du plumage.
A.f. funereus se trouve en Europe, depuis la Scandinavie vers le sud jusqu’aux Pyrénées, puis vers l’est jusqu’à l’Oural, mais en excluant le Caucase.
A.f. caucasius est dans le Caucase.
A.f. pallens se trouve dans l’ouest de la Sibérie jusqu’aux montagnes du Tien Shan, et dans le sud de la Sibérie et le nord de la Mongolie, vers l’est dans le nord-est de la Chine jusqu’à l’extrême est de la Russie, y compris Sakhaline.
A.f. magnus se trouve dans le nord-est de la Sibérie depuis Kolyma jusqu’au Kamtchatka.
A.f. beickianus se trouve dans le nord-ouest de l’Inde et le centre nord de la Chine.
A.f. richardsoni est en Amérique du Nord, depuis le centre de l’Alaska, vers le sud dans les Rocheuses jusqu’à l’ouest des Etats-Unis, et vers l’est au Canada jusqu’au Labrador.

Parme les races de l’Ancien Monde, A.f. magnus est la plus grande et celle dont le plumage est le plus éclatant. En Amérique du Nord, la race A.f. richardsoni est la plus foncée de toutes.

HABITAT :      
La Nyctale de Tengmalm se reproduit surtout dans les forêts plantées de différentes espèces comme des conifères (épicéas et sapins) et les feuillus (peupliers et bouleaux). On la trouve généralement dans la forêt boréale et les forêts de montagne.
En hiver, elle est plutôt visible dans les forêts matures ayant des accès faciles pour chasser dans la neige molle. Plus tard, elle peut être vue en train de chasser dans des zones plus ouvertes comme les champs cultivés, les percées dans la forêt et les lisières.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO     
La Nyctale de Tengmalm mâle émet un chant territorial au moment de la saison de reproduction, une série de cris rapides et profonds, des hululements qui portent loin « po po po po po po … » répétés à quelques secondes d’intervalle et pendant de longs moments. Elle émet aussi un « kuwake » nasillard, et un « chiak » claquant et court.  
La femelle émet des « kwahk » agressifs et peut parfois produire une sorte de miaulement. Les juvéniles qui réclament de la nourriture émettent des explosions de « psee » courts.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Comme beaucoup de Strigidés, la Nyctale de Tengmalm se nourrit d’une variété de vertébrées et invertébrés comprenant des petits rongeurs tels que musaraignes, campagnols, lemmings, souris et taupes. Mais elle capture aussi des oiseaux comme les pinsons et les grives, ainsi que des chauves-souris, des écureuils, des grenouilles et des scarabées.

La Nyctale de Tengmalm chasse depuis un perchoir, souvent une branche basse ou un tronc d’arbre. Grâce à son excellent sens de l’ouïe, elle écoute attentivement les déplacements des petits animaux en bougeant sa tête lentement d’un côté à l’autre tout en scrutant le sol. Une fois la proie détectée et localisée, elle fond sur elle et la capture avec ses griffes. Elle est capable de détecter ses proies même sous la neige. Elle chasse pendant la nuit.
Plus tard, elle rejette des pelotes grises et épaisses contenant les parties indigestes de ses proies. Ces pelotes sont visibles sous son perchoir de jour.

Afin de préparer la saison de reproduction, le mâle cherche des cavités de nidification dès la fin de l’hiver. Il dépose souvent une proie dans le trou avant de se mettre à chanter pour attirer une femelle. Si une femelle approche, le mâle gagne la cavité et chante encore. La femelle inspecte généralement les lieux, et si elle est intéressée, les deux oiseaux restent là. Le mâle lui offre de la nourriture tandis qu’elle reste dans la cavité.
La Nyctale de Tengmalm peut être monogame, polyandre ou polygame. Le système varie en fonction des ressources alimentaires. Les partenaires restent ensemble pour une seule saison.

La Nyctale de Tengmalm est habituellement résidente, mais des dispersions sont observées en fonction de la disponibilité des proies. Les femelles et les jeunes sont migrateurs tandis que les mâles sont résidents.

La Nyctale de Tengmalm a un vol rapide et direct, avec des séries de battements rapides alternant avec des glissés courts. Le vol est moins ondulant que chez la Chevêche d'Athéna, mais plus semblable à celui de la Chouette hulotte bien que plus agile.   

REPRODUCTION DE L’ESPECE :   
La saison de reproduction a lieu entre mars et juillet. La Nyctale de Tengmalm nidifie dans des cavités, souvent des loges abandonnées par des pics, mais aussi des cavités naturelles en forêt et même des nichoirs artificiels. Aucun matériau n’est ajouté dans la cavité. Le nid est très rarement réutilisé.

La femelle dépose 3-4, parfois 2-5 œufs blancs. En Europe, la couvée peut être plus importante. La femelle incube seule pendant 26-32 jours, mais elle est nourrie par le mâle. Les poussins niassent à intervalles de 24 heures. Ils sont couverts d’un duvet blanc court et leurs yeux sont clos, mais ils s’ouvrent au bout de 10 jours.
Au début, le mâle apporte de la nourriture au nid. Ensuite, les deux adultes chassent et nourrissent les jeunes. Ceux-ci quittent le nid un mois après l’éclosion, mais ils dépendront encore des parents pendant 4-6 semaines. Ils seront matures au bout de 9 mois environ.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Nyctale de Tengmalm a une vaste distribution dans laquelle elle est commune. Cette espèce peut parfois souffrir indirectement des effets de la déforestation et de l’exploitation des forêts entrainant la perte des cavités de nidification et des habitats adaptés à sa façon de chasser. L’installation de nichoirs artificiels permet de gérer les populations de ces oiseaux.  
La population globale était estimée à environ 1 700 000 individus en 2004. Cependant, la validation de ces chiffres est nécessaire. Actuellement, la population est placée dans l’intervalle 700 000/2 400 000 individus matures. Cette population varie en fonction des populations des proies.
Mais actuellement, la Nyctale de Tengmalm est considérée comme non menacée.