English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Palmiste africain
Gypohierax angolensis

Ordre des Accipitriformes – Famille des Accipitridés

QUELQUES MESURES :
L : 60 cm
Env : 150 cm
Poids : 1360-1700 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Palmiste africain est le seul membre du genre Gypohierax, et fait partie des vautours de l’Ancien Monde.

L’adulte a le plumage blanc en général, excepté le dos, les secondaires et les extrémités des primaires qui sont noires. La courte queue est noire également, avec une bande terminale blanche très évidente en vol. 

Les parties inférieures sont blanches avec les mêmes parties noires sur le dessous des ailes que sur le dessus.

Ang : Palm-nut Vulture
All : Palmgeier
Esp: Buitre Palmero
Ital: Avvoltoio delle palme
Nd: Palmgier
Russe: Пальмовый гриф

Photographe:

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 2 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334156

BIRDS OF THE GAMBIA AND SENEGAL by Clive Barlow and Tim Wacher – Helm Field guides – ISBN: 0713675497

BIRDS OF PREY OF AFRICA AND ITS ISLANDS by Alan and Meg Kemp - Struik Publishers - ISBN: 1770073698

Avibase (Lepage Denis)

ARKive (Christopher Parsons)

BirdLife International (BirdLife International)

Wikipedia (Wikipedia, The Free Encyclopedia)

 

Accueil

Page rapaces

Autre lien: Les vautours de l'Ancien Monde

Sommaire fiches

 

La tête est blanche. La face présente une partie de peau nue de couleur rouge orangé autour des yeux et du bec.
Le bec est assez long et crochu à l’extrémité. Il est gris pâle avec la cire jaunâtre. Les yeux sont jaunes. Les pattes et les doigts sont rosâtres.

Les deux sexes sont semblables, mais la femelle est légèrement plus grande que le mâle.
Le juvénile a le plumage brun. Sur la tête, la peau nue est jaunâtre. Le bec est noir et les yeux sont bruns.
Le subadulte a le plumage brun sur le corps et les couvertures alaires. Les ailes et la queue sont semblables à celles des adultes. La peau nue de la face devient orangée et les yeux sont déjà jaunes. Le bec est plus clair.

CRIS ET CHANTS :
Le Palmiste africain est habituellement silencieux comme de nombreux vautours. Mais au cours des parades nuptiales et autres, il produit des grognements faibles et des glapissements haut-perchés.

HABITAT :
La Palmiste africain fréquente les lisières des forêts tropicales, les lacs, estuaires, grands fleuves et bords de mer, partout où il trouve des Palmiers à huile.
On peut également le trouver dans des zones plus sèches si des plantations de palmiers à huile ou de Raphia sont présentes. 

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Palmiste africain est sédentaire dans la majeure partie de son habitat en Afrique subsaharienne, depuis la Gambie jusqu’au Kenya, et vers le sud jusqu'au nord-est de l’Afrique du Sud.     

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :   
Le Palmiste africain, contrairement aux autres rapaces, se nourrit principalement de matières végétales comme les enveloppes charnues des fruits du Palmier à Huile et du Raphia. Il consomme aussi d’autres fruits et graines, et parfois de petits vertébrés et invertébrés comme le poisson, les crabes, les amphibiens et les mollusques.
On le voit rarement près des carcasses, bien que parfois il prenne des petits oiseaux ou mammifères blessés, ou à l’état de charognes.

Sa nourriture favorite est la noix du Palmier à huile, et le Palmiste africain passe beaucoup de temps suspendu sous le fruit. Il ôte le fruit avec le bec et ensuite, il le tient avec ses doigts et le déchire.
Quant aux autres sortes de nourriture, il lui arrive de pêcher du poisson à la surface de l’eau, ou de patauger au bord de l’eau pour trouver des mollusques ou des crabes, ou bien encore de marcher au hasard sur les plages et les rives des fleuves à la recherche de petites proies aquatiques.
Ces vautours se rassemblent en nombres si la source de nourriture est importante. Ils dorment aussi dans des dortoirs communautaires situés dans des grands arbres. 

Quand la saison de reproduction commence, les deux partenaires volent et planent ensemble, effectuant de beaux vols nuptiaux ondulants et des plongeons. Cette espèce a des parades plus acrobatiques que les autres vautours.   

Le Palmiste africain est sédentaire dans les régions où les Palmiers à huile sont nombreux. Il est également résident le long des côtes de l’Est de l’Afrique où il trouve crabes et poissons en supplément de son régime habituel.
Les adultes non nicheurs et les jeunes peuvent se disperser vers les zones plus sèches. 

VOL :
Le Palmiste africain a les ailes arrondies et la queue courte. Il est capable de soutenir un vol battu avec des battements rapides.
On le voit aussi en train de planer avec la queue déployée, montrant ainsi les couleurs des ailes et de la queue.
Bien qu’imposant, il plane pendant de longs moments et ne dépend pas des courants thermiques. Pour cette raison, il est souvent actif tôt le matin.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction varie selon la distribution.
Le Palmiste africain construit une grande plate-forme avec des rameaux de bois et des branches. L’intérieur est tapissé de feuilles fraîches et de palmes. Le nid est souvent situé au sommet d’un grand arbre, parfois dans une fourche ouverte, dans un palmier ou des euphorbes. Il reste dans le voisinage du site du nid toute l’année.

La femelle dépose un seul œuf blanc et brun. Les deux parents partagent l’incubation pendant six à sept semaines.
Le poussin duveteux est brun. Il est nourri et élevé par le couple.
Il quitte le nid au bout d’environ trois mois après la naissance.

ALIMENTATION :
Le palmiste africain se nourrit surtout des fruits du palmier à huile (Elaeis guineensis), et du Raphia qui représentent une constante à la base de son alimentation. Ces noix sont riches et huileuses, mais contiennent un gros noyau et peu de chair.

Il consomme aussi des poissons pris à la surface de l’eau, des petits invertébrés et vertébrés, des proies de petite taille souvent blessées ou malades, et parfois des charognes.

PROTECTION/MENACES/STATUTS :
Le Palmiste africain est commun dans sa distribution, probablement le plus commun dans de nombreuses plaines et forêts de l’ouest et du centre de l’Afrique.
Cette espèce n’est pas menacée actuellement.