English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang: Red-crowned Parakeet, Red-fronted Parakeet
All: Ziegensittich
Esp: Perico Maorí Rojo
Ita: Kakariki fronterossa
Nd: Roodvoorhoofdkarakiri
Sd: Rödpannad parakit
Maori: Kakariki

Photographes:

Ian McHenry
My New Zealand Birds 

Otto Plantema
Trips around the world

Simon Tan
PBase Bird galleries

Dick Veitch

Avec l’aimable concours du Department of Conservation Te Papa Atawhai, 2014
Department of Conservation

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 4 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334229

PARROTS OF THE WORLD – An Identification Guide – by Joseph M. Forshaw – Princeton University Press – ISBN 0691092516

KNOW YOUR NEW ZEALAND BIRDS by Lynnette Moon - New Holland Publishers – ISBN: 1869660897

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

New Zealand bird status between 2008 and 2012

New Zealand Birds Online

New Zealand birds and birding (Narena Olliver)

Department of Conservation

Terra nature

Tiritiri Matangi Open Sanctuary

 

Accueil

Page Psittaciformes

Sommaire fiches

 

Perruche de Sparrman
Cyanoramphus novaezelandiae

Ordre des Psittaciformes – Famille des Psittacidés

INTRODUCTION :  
La Perruche de Sparrman est présente dans les forêts natives des plaines, mais aujourd’hui, cette espèce est surtout visible dans les iles au large, bien que les forêts épaisses de l’Ile du Nord, ou du moins ce qu’il en reste, attirent encore ce beau Psittacidé. Son nom local en Maori est « Kakariki ».

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 25-28 cm
Poids : M : 63-113 gr – F : 50-90 gr

Chez l’adulte de la race nominale « novaezelandiae », le front, la calotte, la ligne oculaire qui s’étend jusqu’en arrière de l’œil, et une tache de chaque côté du croupion sont rouges.
Le plumage du corps est vert émeraude dans l’ensemble. Sur le dessus des ailes, les vexilles externes des primaires sont bleu-violet ou bleu clair. L’étendue de ces détails varie selon les sous-espèces.
Sur les parties inférieures, les couvertures sous-alaires sont vertes, alors que les rémiges et les rectrices sont noir grisâtre. La queue est graduée. Le plumage est en général plus jaunâtre que sur le dessus.
Le bec est gris argent avec l’extrémité plus sombre. Les yeux sont rouges. Les pattes et les doigts sont gris-brun.

Les deux sexes sont semblables mais la femelle est légèrement plus petite que le mâle.
Le juvénile ressemble aux adultes, mais les dessins rouges de la tête sont moins étendus. La queue est plus courte. Les yeux sont brun clair.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
C.n. novaezelandiae (ici décrite et représentée) se trouve en Nouvelle Zélande (Ile du Nord et Ile du Sud), et sur les Iles Stewart et Auckland, ainsi que plusieurs autres au large.  

C.n. cyanurus se trouve dans les Iles Kermadec, Nouvelle Zélande. Cette race ressemble à la précédente, mais avec une teinte bleue variable sur les parties supérieures et la queue. Les parties inférieures sont davantage vert bleuâtre. Les rémiges présentent des vexilles externes d’un bleu plus foncé.

C.n. chathamensis se trouve sur les Iles Chatham. Elle a la face vert émeraude vif. Les parties inférieures sont plus jaunâtres. Cette race est légèrement plus grande.

HABITAT :               
La Perruche de Sparrman peut s’adapter à divers types d’habitats, mais elle fréquente surtout les forêts et leurs lisières, les broussailles et les bois ouverts.
Sur les iles, elle se trouve souvent dans les zones herbeuses ouvertes ou les broussailles rabougries. Selon l’endroit, elle fréquente les zones très boisées lorsque ces habitats sont disponibles.
Elle est habituellement rare sur l’Ile du Nord et l’Ile du Sud à cause de la déforestation intensive.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Perruche de Sparrman émet des séries de notes répétées « kek-kek-kek-kek-kek » en vol ou si elle est menacée. Lorsqu’elle se nourrit, elle produit des « kek-kik…kek-kik » plus doux et des babillages musicaux.  
Elle émet également une note aigüe trissyllabique ou un « tur-tur-tur-tur » doux quand elle est posée.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Perruche de Sparrman se nourrit principalement de matières végétales telles que fleurs, bourgeons, fruits, feuilles, jeunes pousses, nectar et graines. Elle préfère les bourgeons, les fleurs et le nectar des plantes du genre Linum, mais elle consomme aussi les graines, les fleurs et les fruits de nombreuses autres espèces.
Pendant la saison de reproduction, elle capture aussi des invertébrés, en particulier des Hémiptères.
Elle se nourrit surtout sur le sol et dans les arbres. Comme les autres Psittacidés, elle tient souvent le fruit ou la fleur avec les doigts d’une patte tout en mastiquant.

La Perruche de Sparrman est souvent vue seule ou en couples, mais en automne et en hiver, des petits groupes peuvent se former. Ces bandes sont plus importantes autour d’abondantes sources de nourriture.
Elle est plus active tôt le matin et en fin d’après-midi. Son plumage vert la rend presqu’invisible lorsqu’elle se nourrit dans le feuillage des arbres.

La Perruche de Sparrman est territoriale et lance des cris sonores depuis des perchoirs exposés en guise d’avertissement du territoire. Elle peut se reproduire toute l’année. Elle nidifie dans des cavités diverses. Le couple a des liens qui durent longtemps, et les deux partenaires restent ensemble toute l’année.

Cette espèce ne migre pas, mais elle est capable de parcourir de longues distances lorsqu’elle cherche de la nourriture. Elles volent entre les iles et vagabondent de façon saisonnière.

La Perruche de Sparrman a un vol rapide et puissant, légèrement ondulant. Elle effectue des battements peu profonds alternés avec des glissés. C’est un oiseau robuste qui vole bien, capable de voler à travers la forêt ou au-dessus de la mer entre les iles. Lorsqu’elle se pose, elle déploie la queue en éventail.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction peut durer toute l’année, avec un pic entre octobre et janvier, et quelques variations saisonnières.
La Perruche de Sparrman nidifie dans des cavités et utilise des creux dans les branches et les troncs d’arbres, ou des trous dans le sol, dans les pentes des talus, également sur les façades des falaises, ou dans un terrier sous la végétation épaisse.
La femelle prépare le nid, mais elle ajoute peu de choses, juste quelques feuilles ou plumes pour tapisser le fond.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Perruche de Sparrman est vulnérable à la prédation par les chats et les hermines lorsqu’elle se nourrit au sol. Les compétitions pour les cavités de nidification avec les espèces introduites et la destruction de l’habitat avec la déforestation intensive ont affecté les populations de l’espèce.
La race nominale « novaezelandiae » a une population stable avec plus de 20 000 individus matures.
La race « cyanurus » a une population estimée à 5000/20 000 individus matures.
La race « chathamensis » a une population stable mais dans une distribution restreinte.
La Perruche de Sparrman est actuellement considérée comme étant Vulnérable.

Elle dépose 4-9 œufs blancs et incube pendant 20-23 jours. A la naissance, les poussins sont couverts de duvet gris. Ils sont couvés et nourris par la femelle pendant 10-14 jours, avec la nourriture procurée par le mâle. Ils restent au nid pendant 32 à 49 jours, en fonction de l’ordre des naissances. Ensuite, les deux parents les nourrissent jusqu’à leur premier envol et leur indépendance.

Title: Chatham Island Red-crowned Parakeet
Photographer: Veitch, Dick
Location: Chatham Islands Area

Description: Chatham Island Red-crowned Parakeet at nest hole, Chatham Islands

Avec l’aimable concours du Department of Conservation Te Papa Atawhai, 2014