English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Tchitrec d’Afrique
Terpsiphone viridis

Ordre des Passériformes – Famille des Monarchidés

QUELQUES MESURES :
L : 16-18 cm. Le mâle en nuptial mesure 28 à 35 cm avec la queue.
Poids : M : 13-14 gr – F : 12-13 gr

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Le Tchitrec d’Afrique est un bel oiseau porteur d’une très longue queue permettant parfois de le détecter au milieu de la végétation.
Le plumage est très variable, allant de la couleur fauve au blanc. Au total, cinq couleurs sont reconnues.

Le mâle adulte (de tous types) a les parties supérieures, les ailes et la queue de couleur fauve, avec une quantité variable de noir et de blanc.
Les parties inférieures sont grisâtres.
La tête est bleu-noir brillant avec une crête épaisse. Les rectrices centrales sont très longues.
En plumage nuptial, le bec mais surtout la mandibule supérieure et le cercle oculaire deviennent bleu électrique.

Ang : African Paradise-Flycatcher
All : Graubrust-Paradiesschnäpper
Esp: Monarca Paraíso Africano
Ital: Pigliamosche del Paradiso africano
Nd: Afrikaanse Paradijsmonarch
Sd: Afrikansk paradisflugsnappare

Photographes :

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries

Callie de Wet
WILD IMAGES

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:   

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 11 by Josep del Hoyo, Andrew Elliott and David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 849655306X

BIRDS OF THE GAMBIA AND SENEGAL by Clive Barlow and Tim Wacher – Helm Field guides – ISBN: 0713675497

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

Avibase (Lepage Denis)

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Le mâle de la race nominale a les parties supérieures d’une belle couleur  fauve. Les ailes présentent des liserés blancs évidents.
Les parties inférieures sont bleu-noir luisant sur la gorge et la poitrine, alors que l’abdomen est plus terne, plutôt gris foncé. Les couvertures sous-caudales et la queue sont de couleur fauve.
La tête est bleu-noir brillant avec une crête sombre et épaisse sur la calotte.
Le bec est bleu-cobalt foncé, avec l’extrémité noire. Les yeux sont brun foncé entouré d’un épais cercle oculaire bleu-cobalt. Les pattes et les doigts sont noir bleuâtre.

La femelle est semblable avec la crête plus courte. Elle n’a pas les très longues rectrices du mâle. Son plumage est plus terne, moins luisant, avec une teinte plus brune à la place de la couleur fauve, et des parties inférieures d’un gris plus clair.

L’immature ressemble à la femelle mais il n’a pas de crête ou bien elle est très courte.
Le juvénile est plus terne que l’immature. Sa tête est brun foncé, les parties supérieures sont plus brunes et les parties inférieures sont brun grisâtre ou brun-fauve clair.

On trouve dix races qui partagent la distribution subsaharienne. Elles diffèrent en couleur de plumage et intensité des couleurs.
La race T.v. plumbeiceps (ci-dessous) a la tête sombre et les parties supérieures et la queue de couleur fauve. Les parties inférieures sont blanches ou blanc-roux. Il n’y a pas les liserés blancs sur les ailes.

On trouve cinq types de couleurs, avec des parties supérieures variables, ainsi que la disposition de ces couleurs.
L’oiseau ci-dessous fait parties du « type 5 ». Il a les parties supérieures entièrement blanches, y compris les couvertures alaires et les larges liserés sur les secondaires et les tertiaires. Les rémiges primaires sont plutôt noires. La queue présente des rectrices centrales très longues et blanches. (5 à 12 cm de plus que les autres rectrices). L’abdomen, les flancs et les couvertures sous-caudales sont gris ardoisé foncé.
Le bec et le cercle oculaire sont plus clairs que dans les autres types de couleur, plutôt bleu-gris pâle.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO  
Le Tchitrec d’Afrique est un oiseau bruyant. Le cri de contact est un simple « zeet, zwayt » en Afrique du Sud, « ti-twit-tee-twit » au Gabon, et « zi,zk,zk » en Tanzanie. Ces cris discordants indiquent souvent sa  présence.  
Le mâle territorial émet des chants divers avec des variations locales et individuelles. Habituellement, il émet un gazouillement, une phrase sonore « twee-twee-twee-twee… », souvent répétée presque en continu. Ces chants varient avec la distribution géographique. 

HABITAT :        
Le Tchitrec d’Afrique fréquente surtout les habitats denses, mais évite quand même la forêt trop épaisse et les broussailles épineuses sèches.
On peut le voir dans les forêts ouvertes et les plantations, les broussailles, les zones boisées ouvertes de tous types, les champs cultivés, les lisières et les clairières des forêts humides.
Il fréquente aussi les jardins et les vergers, et peut être vu dans les grands arbres dans et autour des villes et des villages. Il est visible depuis les plaines jusqu’en montagne, à 1450 mètres d’altitude et davantage selon la région (2500 mètres au Kenya).

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Le Tchitrec d’Afrique se trouve en Afrique subsaharienne, et vers le sud jusqu’en Afrique du Sud excepté dans le sud-ouest.  

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
Le Tchitrec d’Afrique est avant tout insectivore, et se nourrit d’insectes et d’araignées. Il consomme aussi quelques baies. Il se nourrit d’insectes variés et de leurs œufs et larves. Les proies font environ 10 mm de long.

Il chasse en happant les insectes depuis un perchoir, effectuant des sorties rapides, ou en voltigeant. Il capture aussi les proies en se déplaçant dans le feuillage en sautillant de branche en branche. Il atteint les invertébrés cachés sous les feuilles en effectuant un court looping ou en voltigeant. Il volète parmi les feuilles comme un papillon, et tourne autour pour happer les insectes qui s’en échappent.
Il est capable de se nourrir en position horizontale avec la queue légèrement déployée et les ailes abaissées et partiellement ouvertes. Ensuite, il se déplace d’un côté à l’autre et de haut en bas, et capture les insectes ainsi dérangés.
Il se nourrit davantage dans la canopée qu’en dehors.

Le mâle effectue des parades nuptiales en approchant la femelle avec un vol ondulant, afin d’exposer les couleurs des parties supérieures et les longues rectrices. Ensuite, il se pose en se redressant, le plumage plaqué et la crête hérissée. Il balaie l’air avec sa queue et fait trembler les extrémités de ses ailes. Pendant cette parade, le mâle chante avec le bec largement ouvert pour exposer les couleurs de sa bouche.

Il lui arrive aussi de danser sur son perchoir. Enfin, il s’accroupit avec les ailes tombantes et la queue déployée et relevée tandis que ses ailes tremblent et qu’il chante doucement.
La femelle réceptive observe ces parades et ensuite, les deux oiseaux se penchent l’un vers l’autre.
Le mâle peut courtiser plusieurs femelles pendant la période de formation du couple.

Le Tchitrec d’Afrique semble être un migrateur intra-muros en Afrique. Quelques races effectuent des dispersions locales, et d’autres sont résidentes, comme le T.v. harterti d’Arabie Saoudite, du Yémen et d’Oman.
On peut observer des migrations après la reproduction chez la race T.v. plumbeiceps d’Afrique du Sud.
Les oiseaux retournent vers leurs zones de reproduction pendant la saison des pluies.

VOL :      
Le Tchitrec d’Afrique a un vol rapide et ondulant pendant lequel les longues rectrices flottantes font gracieusement des vagues en suivant le rythme du vol.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction peut varier selon la distribution, mais elle a lieu pendant la saison des pluies.
Les oiseaux sont territoriaux et le mâle chante pour défendre le territoire, mais si plusieurs nids se trouvent près les uns des autres, le territoire sera défendu de façon communautaire.
Le Tchitrec d’Afrique est monogame et les liens du couple durent environ une saison. 

Le nid est une jolie construction, une coupe peu profonde faite par les deux adultes avec des fibres végétales, des radicelles, de fines pièces d’écorce et de feuilles séchées. Il est couvert se toiles d’araignée et de lichens. L’intérieur est tapissé de crin de cheval ou d’herbes sèches. Le bord est raide et fait de fibres végétales robustes.
Les matériaux dépendent de la disponibilité aux alentours du site du nid.
Celui-ci est placé à une hauteur allant de 2 à 10 mètres, sur une fourche exposée ou dans un amas de brindilles mortes vers la fin d’une branche.

La femelle dépose 2 à 5 œufs. L’incubation dure environ 13-15 jours partagée par les deux adultes. Les poussins sont nourris par les parents et quittent le nid au bout de 11 à 16 jours selon la région. Les jeunes dépendent des parents pendant encore une semaine.    

ALIMENTATION :
Le Tchitrec d’Afrique se nourrit surtout d’insectes tels que scarabées, hyménoptères, diptères, cigales, phalènes et papillons, mantes, essaims de termites et de fourmis volantes. Il prend aussi des araignées et consomme quelques petites baies.

PROTECTION/MENACES/STATUTS
Le Tchitrec d’Afrique est commun et même localement abondant et largement répandu. Cette espèce n’est pas menacée actuellement.

SUBADULTE