English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Les populations de la Cigogne maguari ne sont pas menacées actuellement, en dépit de déclins dans certaines parties de la distribution ces dernières années.
Le développement de l’agriculture et l’usage intensif des pesticides, ainsi que l’exploitation directe par la prise des jeunes au nid pour leur chair, sont des menaces qu’il ne faut pas négliger.    
Mais l’espèce est encore largement répandue et abondante dans la majeure partie de l’Argentine.

Ang : Maguari Stork
All : Maguaristorch
Esp : Cigüeña Maguari
Ital: Cicogna maguari
Nd : Magoeari
Sd : Maguaristork
Port: Maguari

Photographes :

Philippe et Aline Wolfer
OISEAUX D'ARGENTINE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:    

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

El Zoológico Electrónico (Damisela)

SORA Searchable Ornithological Research Archive (Blair O. Wolf)

Wikipedia, the free encyclopaedia

 

Accueil

Page Famille Ciconiidés

Sommaire fiches

 

Cigogne maguari
Ciconia maguari

Ordre des Ciconiiformes – Famille des Ciconiidés

QUELQUES MESURES :
Longueur : 97-102 cm
Hauteur : 85 cm
Envergure : 150-180 cm
Poids : M : 4200 gr – F : 3800 gr

DESCRIPTION DE L’ESPECE :
La Cigogne maguari est une espèce Sud-Américaine. Très semblable à la Cigogne Blanche (Ciconia ciconia), elle est néanmoins légèrement plus colorée au niveau de la tête. 

Les deux sexes sont semblables en plumage.
L’adulte a le plumage corporel blanc, excepté les rémiges et les premières couvertures alaires noires. La queue est courte et fourchue. Les couvertures sus-caudales sont noires alors que les rectrices sont blanches.
Les parties inférieures sont également blanches. Le dessous des ailes est similaire au dessus.

On peut voir une légère teinte chamois clair ou grisâtre sur la calotte, la nuque, le bas des joues, le cou et la poitrine. Les lores et la peau nue autour des yeux sont rouge vif.
Le long bec (légèrement plus long chez le mâle) est bleu clair à la base et rouge à l’extrémité. Les yeux sont jaune pâle. Les pattes et les doigts sont rouges. 
Pendant la saison de reproduction, les parties nues sont plus vives.

Le juvénile ressemble aux adultes, mais la zone nue autour des yeux est noire et le bec plutôt gris. Les pattes sont noires.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Cigogne maguari n’est pas silencieuse, mais comme de nombreuses espèces de Ciconiidés, elle communique plus souvent par des claquements du bec que par le biais de véritables cris ou sifflements. Cependant, elle peut produire quelques sons mécaniques.

HABITAT :
La Cigogne maguari se trouve surtout dans les zones humides avec de l’eau douce comme les marécages, les pâturages inondables, les roselières et les rizières. On la trouve également dans les savanes avec des étangs, les champs cultivés et les espaces herbeux.
En Bolivie, on peut la voir jusqu’à 2500 mètres d’altitude, mais elle vit habituellement autour de 900 mètres.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Cigogne maguari est une espèce Sud-Américaine qui se trouve à l’est des Andes, depuis le Venezuela jusqu’en Argentine.
Cette espèce effectue des dispersions postnuptiales, probablement en fonction des pluies. Elles voyagent habituellement en groupes d’une cinquantaine d’oiseaux ou plus, et il leur arrive de traverser les Andes entre l’Argentine et le Chili.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Cigogne maguari se nourrit surtout d’animaux aquatiques tels qu’amphibiens, anguilles et autres poissons, crustacés et insectes. Des reptiles et des petits rongeurs aquatiques peuvent être  ajoutés à ce régime.   
Cette cigogne se nourrit dans la végétation aquatique épaisse et à vue, picorant quelques proies au passage. Elle se nourrit seule ou en couples, mais le plus souvent en petits groupes. On peut aussi la voir près du bétail, comme le Héron garde-bœufs (Bubulcus ibis), profitant des insectes dérangés par les sabots des vaches.

La Cigogne maguari est un peu coloniale, et plusieurs couples peuvent se trouver près les uns des autres. Elles se reproduisent souvent en petits groupes de 5 à 15 couples. Mais l’espèce peut aussi se montrer solitaire dans les mêmes zones.

En général, le mâle arrive le premier sur le site de reproduction, et commence à défendre le petit territoire. Il le défend vigoureusement et peut même devenir très violent. Certains combats peuvent entraîner la mort de l’un des oiseaux. Ensuite, la femelle essaie de s’approcher, mais le premier contact est souvent agressif. La femelle reste soumise et tente d’apaiser le mâle qu’elle a choisi. Une fois que le mâle a accepté la femelle sur son territoire, des parades rituelles ont lieu, typiques du genre Ciconia.

VOL :  
La Cigogne maguari a des ailes longues et larges permettant un vol soutenu. Elle doit sauter en l’air deux ou trois fois pour arriver à s’élever à l’aide de battements puissants et bruyants.   

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
Elle se reproduit entre juin et novembre au Venezuela, et entre août et octobre au sud du Brésil. La saison varie selon la distribution, mais se situe entre mai et novembre et dure quatre mois.
Cette espèce nidifie en colonies lâches composées de quelques couples (5 à 15), souvent très proches les uns des autres, à peine 50 centimètres entre les nids.
Le nid peut être placé entre un et six mètres de hauteur sur un buisson ou un petit arbre, mais selon les disponibilités, la Cigogne maguari peut aussi s’installer sur le sol dans les roselières épaisses. Chez cette espèce, le site du nid est toujours entouré d’eau.
Le nid est fait de rameaux de bois et tapissé d’herbe. C’est une structure énorme d’environ deux mètres de large pour 70-80 centimètres de profondeur.

La femelle dépose 3-4 œufs relativement petits en comparaison de la taille de l’adulte. Ils sont ovales et d’un blanc terne qui peut foncer au fur et à mesure de l’incubation qui dure entre 29 et 32 jours.
A la naissance, les poussins ont du duvet blanc, très vite remplacé une semaine plus tard par du duvet gris noirâtre, et ce second duvet est très épais. Trois semaines plus tard, il devient brun-olive. A l’âge de cinq semaines, les jeunes cigognes sont couvertes d’un plumage juvénile noir.
Le duvet blanc apparaît à nouveau à sept semaines. Tandis que les plumes blanches poussent, les jeunes font leurs premiers vols. Et enfin à l’âge de trois mois, le premier plumage est semblable à celui des adultes.
Les poussins sont nourris par les deux parents qui régurgitent de la nourriture aquatique dans le nid où les jeunes picorent.
Ils quittent le nid 60-72 jours après la naissance, et sont nourris au nid ou dans les marais pendant encore cinq à six semaines.
Les mâles sont matures sexuellement vers trois ans et les femelles un an plus tard.

ALIMENTATION :
La Cigogne maguari se nourrit principalement de nourriture aquatique telle qu’insectes, grenouilles, têtards, poisson (anguilles), crustacés, rongeurs aquatiques et reptiles. Elle se nourrit dans les zones marécageuses en marchant lentement tout en cherchant ses victimes.