English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Ang : Emu
All : Emu
Esp : Emú
Ital : Emù
Nd: Emoe
Sd: Emu

Photographes:

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Nicole Bouglouan
PHOTOGRAPHIC RAMBLE

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

BIRDS OF ASIA AND AUSTRALIA  by David AldertonSouthwater - ISBN : 184215978X

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Animal Diversity Web (University of Michigan Museum of Zoology)

Birds in backyards (Birds Australia and Australian Museum)

SAN DIEGO ZOO - Birds

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Emeu d’Australie
Dromaius novaehollandiae

Ordre des Struthioniformes –Famille des Dromaiidés

QUELQUES MESURES :
L : 150-190 cm
Poids : 30-55 kg

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
L’Emeu d’Australie est un oiseau qui ne vole pas. Mais se longues pattes puissantes sont bien adaptées à la marche et à la course dans les vastes étendues de son habitat. Côté taille, c’est le second oiseau après l’Autruche d’Afrique qui est la plus grande. 

L’adulte a le plumage doux et broussailleux, brun à gris-brun sur l’ensemble du corps. Ce plumage épais se partage très nettement au milieu du dos pour retomber de chaque côté du corps. Les plumes ont les extrémités noires.
Comme le Casoar à casque, l’Emeu a des plumes doubles ayant chacune deux rachis partant de la même base et portant des barbes.
Il a des petites ailes d’environ 20 centimètres de long.
Le long cou est partiellement emplumé, mais le haut du cou est couvert de peau nue bleu pâle jusqu’aux couvertures auriculaires.
La tête, le menton, la gorge et les joues sont couverts de plumes noires. La peau bleu clair forme un sourcil qui rejoint la zone des couvertures auriculaires. L’arrière du cou est également noir.
Le bec est noir. Les yeux sont d’un rouge profond. Les pattes longues et robustes sont gris-brun, et se terminent par trois puissants orteils. Les pattes et les doigts sont couverts de peau épaisse.

La femelle est plus lourde et paraît plus foncée que le mâle. Elle a la peau nue de la face d’un bleu plus vif et la partie antérieure du cou est noire.

Les poussins sont blanc-crème avec des rayures brunes sur le dessus. Ensuite, ces rayures passent et des plumes d’un brun terne remplacent le duvet. Il leur faudra un an pour achever leur croissance.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO  
L’Emeu d’Australie est habituellement silencieux, mais pendant la saison de reproduction et les confrontations, les deux sexes produisent des grognements et des mugissements qui portent loin.
Les grognements sont émis par les mâles pour accompagner des comportements menaçants, en défense du territoire ou pendant les parades nuptiales.
Les femelles produisent plutôt des mugissements dans le même genre de situations. Ces sons peuvent être entendus jusqu’ à deux kilomètres de distance. Ils sont créés par le passage de l’air dans les sacs gonflables du cou.
Le cri le plus typique de l’Emeu d’Australie est un mugissement unique et résonnant décrit comme « e-moo, e-moo » et seulement émis par les femelles sans doute pour attirer d’autres mâles, et particulièrement tandis que leur partenaire commence à incuber les œufs.

HABITAT :
L’Emeu d’Australie fréquente plusieurs types d’habitats tels que bois et broussailles jusqu’aux zones découvertes. Il est visible aussi bien dans les régions côtières qu’intérieures, et à n’importe quelle altitude. Il se reproduit dans les zones herbeuses, les landes de bruyères ou les bois.
Il évite généralement les forêts humides et les zones très arides.

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
L’Emeu d’Australie se trouve en Australie, en dehors des zones désertiques et de quelques régions du sud-ouest du continent.
L’espèce a été introduite sur l’Ile Kangourou et Maria Island, au large des côtes du sud de l’Australie.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE : 
L’Emeu d’Australie est omnivore, et consomme une grande variété de graines, fruits, jeunes pousses, herbes, grands insectes et chenilles.
Il se nourrit pendant presque toute la journée. La nourriture végétale est prise sur des plantes vivantes, ou picorée sur le sol. Il boit en milieu de matinée et à la mi-journée, ainsi qu’en fin d’après-midi en été. Il marche lentement vers les points d’eau tout en se nourrissant au passage.

L’Emeu d’Australie est un oiseau terrestre. Ses longues pattes et ses doigts puissants lui permettent de marcher avec peu d’efforts. Il peut atteindre une vitesse de 7 km/heure. Un simple pas couvre plus de 2,70 mètres. Mais il court vite aussi pour échapper à un danger. Sa vitesse peut alors atteindre 48 km/heure sur de courtes distances.

Lorsque les températures sont très hautes, il relève ses courtes ailes afin d’aérer les veines superficielles présentes dans cette zone, et entrainer ainsi une perte de température grâce à l’évaporation.  
Ils dorment sur le sol, bien que pendant les hivers froids, ils préfèrent l’abri de la végétation. Ces oiseaux ont un dortoir dans chaque aire de nourrissage.
Quand il se repose, il se couche sur le sol à découvert. Le plumage cryptique se fond dans la couleur des herbes sèches.

L’Emeu d’Australie est en général vu seul ou en couples, ou parfois en groupes d’une dizaine d’oiseaux. Ils sont grégaires quand ils se déplacent et lorsque les sources de nourriture sont abondantes. Mais habituellement, il y a peu de relations sociales entre eux.
Si cela s’avère nécessaire, le mâle dominant émet un seul grognement avec le cou tendu vers l’avant et le bec pointé vers le sol. Il peut aussi donner des coups de bec et poursuivre les rivaux et les intrus.

Les mêmes comportements sont observés pendant la période nuptiale et avant la ponte. Une autre parade de menace est effectuée par les deux adultes, mais surtout par la femelle en face d’une situation ou d’un objet étrange. Elle émet des mugissements répétés avec le cou arqué et les sacs à air du cou gonflés tandis qu’elle décrit des cercles autour de l’objet en question. Les émeus peuvent devenir agressifs pendant la saison de reproduction, et il leur arrive même de poursuivre les humains !

Les émeus sont sédentaires mais nomades en fonction des ressources d’eau et de nourriture. Des mouvements saisonniers nord-sud sont observés dans l’ouest de l’Australie car les oiseaux suivent les pluies.

DEPLACEMENTS :   
L’Emeu d’Australie ne vole pas, mais il marche facilement et peut courir très vite.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction démarre en décembre-janvier, avec la ponte en avril-mai.
La reproduction de l’Emeu d’Australie est basée sur les accouplements successifs des femelles polyandres, tandis que le mâle s’acquitte de toutes les tâches liées à la nidification.
Après l’accouplement en décembre-janvier, le mâle construit le nid, une dépression peu profonde sur le sol, faite de brindilles, feuilles et herbes, à l’abri de la végétation mais avec une bonne vue sur les alentours.

La femelle dépose 5-15 œufs vert foncé à raison d’un œuf tous les 2 ou 4 jours. Chaque œuf pèse entre 450 et 650 grammes. Le mâle incube pendant environ huit semaines pendant lesquelles il ne se nourrit pas, ne boit pas et ne défèque pas. Pour cette raison, avant de commencer l’incubation, il fait des réserves de graisse considérables. Pendant qu’il incube, il tombe dans une sorte de torpeur afin de réduire les pertes en eau pendant toute la période. Mais il tourne les œufs chaque jour et reste près ou sur le nid, et lisse ses plumes. Il rejette systématiquement la femelle pour éviter la ponte d’œufs supplémentaires.

A la naissance, les poussins sont nidifuges et capables de marcher dans les 24 heures suivantes. Leur plumage cryptique rayé les protège. Ils abandonnent le nid dans le courant de la première semaine, entre 2 et 7 jours après la naissance. Ils peuvent courir et nager très vite.

Le mâle les accompagne et s’occupe d’eux pendant cinq mois, mais parfois jusqu’à 18 mois. Il est très agressif envers la femelle, les intrus et les prédateurs tels que rapaces, renards et chiens sauvages.
Les jeunes sont sexuellement matures vers l’âge de 2 ou 3 ans.  

ALIMENTATION :
L’Emeu d’Australie est omnivore mais il consomme régulièrement de la nourriture assez riche. Il se nourrit de graines, de fruits, de fleurs et de racines tendres. En été, de grandes quantités d’insectes sont consommées, en particulier les chenilles, les sauterelles et les scarabées. Quelques petits vertébrés peuvent faire partie du menu.
La coprophagie est aussi observée afin d’éviter la déshydratation dans les zones sèches où les sources de nourriture sont rares. Dans un habitat adapté, il boit deux à trois fois par jour.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
L’Emeu d’Australie a des populations stables. Cette espèce a su bénéficier des altérations causées par les humains dans son environnement, tels que les réserves d’eau et les clôtures qui les protègent des prédateurs.
L’espèce n’est pas menacée actuellement.