English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Fauvette des jardins
Ang: Garden Warbler
All: Gartengrasmücke
Esp: Curruca Mosquitera
Ita: Beccafico
Nd: Tuinfluiter
Sd: trädgårdssångare

Photographes:

José Luis Beamonte
Pájaros de España

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries & Flickr Rainbirder

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 11 by Josep del Hoyo, Andrew Elliott and David Christie - Lynx Edicions - ISBN: 849655306X

THE COMPLETE BOOK OF BRITISH BIRDS – Written by “Royal Society for the Protection of Birds” experts - Préface de Magnus Magnusson - Michael Cady- Rob Hume Editors - ISBN: 0749509112  

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C. Helm - ISBN: 0713639601

ENCYCLOPEDIE DES OISEAUX DE FRANCE ET D’EUROPE – de Peter Hayman et Rob Hume - Flammarion – ISBN : 2082009920

BIRDS OF AFRICA SOUTH OF THE SAHARA by Ian Sinclair and Peter Ryan - Princeton University Press Princeton and Oxford - ISBN: 0691118159

BIRDS OF THE MIDDLE EAST by R.F. Porter, S. Christensen, P Schiermacker-Ansen C.Helm - ISBN: 0713670169

Avibase (Denis Lepage)

Birdlife International

HBW Alive

Wikipedia, the free encyclopaedia

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

BirdWatchIreland

Pájaros de España (JL Beamonte)

Bird Field Guide

British Garden Birds

BTO Looking out for Birds

Biodiversity Explorer – The Web of Life in Southern Africa 

The British Birds Birds from Great Britain

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Fauvette des jardins
Sylvia borin

Ordre des Passériformes – Famille des Sylviidés

INTRODUCTION :
La Fauvette des jardins est un oiseau rondelet au plumage grisâtre ou brun olive sans critères distinctifs remarquables à part son chant agréable. Lorsqu’elle chante, elle a peu de concurrence. Le chant est mélodieux, doux et soutenu, très semblable à certains sons émis par la Fauvette à tête noire.   
La Fauvette des jardins se reproduit en Europe et hiverne en Afrique subsaharienne. Elle fréquente les zones à végétation dense et les bois, les broussailles et les landes buissonneuses. C’est un oiseau plutôt discret qui reste souvent bien caché dans le feuillage.
La Fauvette des jardins est commune dans les habitats adaptés à ses besoins. Elle est même largement répandue dans la majeure partie de ses aires de reproduction. Elle n’est pas menacée pour le moment.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 14 cm
Envergure : 20-24 cm
Poids : 16-22 gr

La Fauvette des jardins a les parties supérieures brun grisâtre ou olive, avec une teinte grise diffuse sur les côtés du cou formant un demi-collier gris indistinct.
Les parties inférieures sont blanchâtres avec une teinte chamois clair sur le menton et la gorge.
On peut voir un sourcil pâle et un cercle oculaire blanchâtre autour des yeux brun foncé. Le bec relativement court est brun avec la base claire. Les pattes et les doigts sont brun grisâtre.

La Fauvette des jardins est un passereau rondelet avec une tête assez arrondie et des ailes assez longues et pointues, tandis que la queue a une extrémité plutôt carrée. Mâle et femelle sont semblables.
Le juvénile ressemble aux adultes. En automne, le jeune oiseau en plumage frais a le plumage davantage olive et brun dans l’ensemble.   

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
La Fauvette des jardins a deux sous-espèces.
S.b. borin se reproduit en Europe, vers l’est jusqu’en Finlande, centre de la Pologne, ouest de la Hongrie et centre de l’ex Yougoslavie. En dehors de la reproduction, elle hiverne en Afrique subsaharienne.
 
S.b. woodwardi se reproduit depuis le centre de la Pologne, en ex Yougoslavie et en Bulgarie, vers l’est jusqu’au centre de la Sibérie (cours supérieur du fleuve Yenisey). Elle hiverne en Afrique de l’Est et du Sud.
Cette race est plus pâle et plus grise que la race nominale, et n’a aucune teinte crème ou chamois.

HABITAT :  
La Fauvette des jardins se reproduit dans les forêts de feuillus ou mixtes avec des sous-bois denses, dans les buissons épais, aux bordures des forêts, dans les landes buissonneuses, les parcs et les grands jardins. Elle évite généralement les bois exclusivement plantés de conifères.
Pendant l’hiver en Afrique, elle est présente aux lisières des forêts, dans les vergers et les jardins. Elle fréquente aussi les savanes et les zones sèches avec de la végétation épaisse et les bois. Elle préfère souvent les habitats à basse altitude.
La race « woodwardi » préfère les zones plus sèches en Afrique du Sud, tandis que la race nominale fréquente les zones plus humides et pluvieuses.        

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
La Fauvette des jardins chante depuis le couvert végétal, posée dans un arbre ou un buisson, et plus rarement en vol. Le cri habituel est un « chek-chek » dur et répété, et le cri d’alarme comprend un « wet » ou un « duij », plus ou moins répétés en fonction de l’importance  de la menace.
Le chant est doux, riche et mélodieux, très semblable à celui de la Fauvette à tête noire, mais il est plus long, plus rapide et plus monotone. C’est plutôt un bavardage musical avec une nette tonalité rappelant le chant des Turdidés, mais qui n’a pas la finition flûtée ascendante de celui de sa cousine. 

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
La Fauvette des jardins se nourrit de plusieurs sortes d’invertébrés comme les chenilles, les mouches, les larves, les araignées et les vers, consommés surtout pendant la reproduction. Elle se montre plus frugivore en automne et se nourrit souvent de fruits et de baies.
Sur les aires d’hivernage, elle consomme les fruits de plusieurs espèces de plantes, mais lorsque les baies commencent à manquer, elle se nourrit surtout d’insectes. Pendant la migration de printemps, elle consomme souvent du pollen et du nectar de plantes grasses des genres Aloe, Acer et Brassica.

Elle se nourrit en glanant des proies sur la végétation, dans le feuillage et sur les petites branches. Elle poursuit rarement des insectes en vol. Elle cherche sa nourriture le plus souvent à quelques mètres au-dessus du sol, mais il lui arrive à l’occasion d’aller dans la canopée des grands arbres si la nourriture y est abondante.

La Fauvette des jardins est généralement monogame pendant la saison de reproduction. Elle nidifie en couples isolés et se montre territoriale durant cette période. Au moment des parades nuptiales, le mâle commence par des battements d’ailes rapides au sol. Ensuite, il s’approche de la femelle est reste à côté d’elle. Il bat uniquement l’aile qui fait face à sa partenaire.
Le mâle construit souvent plusieurs nids et la femelle en choisit un et le termine. Mais il arrive aussi que les deux adultes en construisent un nouveau ensemble.

La Fauvette des jardins migre sur de longues distances. Les adultes quittent les aires de reproduction à partir de fin juillet, avant les jeunes. Il existe probablement différentes étapes dans la migration en Afrique, avec un premier afflux d’oiseaux à la mi-octobre et un second à partir de décembre.
La migration de retour a lieu à partir de fin février, avec un maximum de fin mars à fin avril. Cette espèce est très fidèle à ses sites d’hivernage mais aussi aux étapes pendant la migration.
En vol, la Fauvette des jardins alterne plusieurs battements avec des glissés courts.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :
La saison de reproduction a lieu entre avril et juillet. Le nid est sélectionné par la femelle parmi ceux que le mâle a construits, ou bien les deux partenaires en font un nouveau. C’est une structure en forme de coupe faite avec des herbes, des feuilles et des racines. L’intérieur est tapissé d’herbes plus douces et de poils. Il est souvent situé assez bas dans un petit arbre ou un buisson de ronces, ou encore au milieu de plantes hautes.

La femelle dépose 4-5 œufs blanchâtres avec des taches brun-olive. Les deux adultes incubent pendant 11-13 jours. Les jeunes sont nourris par les deux adultes. Ils quittent le nid 10 jours après la naissance, et sont indépendants environ 10-14 jours après l’envol. Cette espèce peut produire deux couvées par saison.
Quelques nids peuvent parfois être parasités par le Coucou gris.        

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Fauvette des jardins est généralement commune dans des habitats adaptés à ses besoins, et elle est largement répandue sur les aires de reproduction.
Une estimation très approximative de la taille de la population mondiale donne 54/124 millions d’individus, mais une estimation plus précise est nécessaire. La population nicheuse européenne est estimée à plus de 17 millions de couples. Elle est considérée stable dans quelques pays du centre et du nord de l’Europe. Cette espèce a su bénéficier de la fragmentation des forêts et des changements d’affectation des terres dans le nord de l’Europe.
La Fauvette des jardins est actuellement considérée comme non menacée.