English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Goéland à ailes grises
Ang: Glaucous-winged Gull
All: Beringmöwe
Esp: Gaviota de Bering
Ita: Gabbiano di Bering
Nd: Beringmeeuw
Sd: gråvingad trut

Photographes:

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures & Tom Grey's Bird Pictures 2

Ken Havard 
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

William Price
PBase-tereksandpiper & Flickr William Price

Simon Tan
PBase Bird galleries

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 3 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN : 8487334202

FIELD GUIDE TO THE BIRDS OF NORTH AMERICA - National Geographic Society - ISBN: 0792274512

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife international

HBW Alive

Audubon

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

Animal Diversity Web (University of Michigan Museum of Zoology)

Bird Web (Seattle Audubon Society)

Wikipedia, the free encyclopaedia

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

Identification and ageing of Glaucous-winged Gull and hybrids
By Enno B Ebels, Peter Adriaens & Jon R King

Alaska Seabird Information Series

Eastside Audubon - Pink-legged Gulls: Glaucous-winged, Western, and Herring

Interbreeding of the Glaucous-winged Gull and Western Gull in the Pacific Northwest
By J. Michael Scott

 

Accueil

Page Laridés

Sommaire fiches

 

Goéland à ailes grises
Larus glaucescens

Ordre des Charadriiformes – Famille des Laridés

INTRODUCTION :
Le Goéland à ailes grises est un grand Laridé du nord de l’Océan pacifique. Il se reproduit dans l’extrême nord-est de l’Eurasie et le nord-ouest de l’Amérique du Nord. Il hiverne vers le sud jusqu’au nord du Japon et au nord-ouest du Mexique. Il se trouve rarement loin des eaux salées ou saumâtres, et fréquente les côtes maritimes, y compris les villes côtières.
Le Goéland à ailes grises s’hybride couramment avec le Goéland d’Audubon dans le nord-ouest de l’Amérique du Nord. Les adultes en plumage nuptial et le 1er hiver sont plus clairs que le Goéland d’Audubon, mais plus foncés que le Goéland à ailes grises. En plumage nuptial, l’adulte hybride a les extrémités des ailes noires et les yeux sombres.
Cette espèce a des populations stables ou en augmentation et n’est pas menacée actuellement.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 61-68 cm
Envergure : 132-137 cm
Poids : 900-1250 gr

Le Goéland à ailes grises adulte en plumage nuptial a la tête, le corps et la queue blancs. Le manteau et le dessus des ailes sont gris pâle, bien que quelques populations paraissent plus foncées (populations du nord et de l’est, de l’Alaska au Japon). Les extrémités des ailes sont d’un gris moyen avec des taches blanches près de l’extrémité de l’aile. On peut voir un bord de fuite blanc très net.  
Le bec épais est jaune avec le gonys rouge.  Les yeux sont brun foncé entourés d’un cercle oculaire rouge. Les pattes et les doigts palmés sont roses.

Les deux adultes sont identiques. En plumage d’hiver, ils ont la tête, le cou et la poitrine intensément striés de brun grisâtre, formant une sorte de capuchon. Le gonys rouge devient moins net. 

Le juvénile et le 1er hiver ont un plumage brun ou gris-brun finement tacheté. La tête et le cou deviennent plus clairs au cours du 1er hiver. Le bec est noirâtre.

Le 2ème hiver a le manteau et les scapulaires plutôt gris pâle et le croupion plus clair.  
Le 3ème hiver ressemble à l’adulte mais il a les couvertures alaires teintées de brun et l’extrémité blanche des ailes est plus réduite. La queue présente quelquefois une bande sombre partielle. Le bec est rosâtre avec l’extrémité noire.

Avec un Huîtrier de Bachman

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :  
Le Goéland à ailes grises se reproduit au Kamtchatka et sur les Iles du Commandeur, vers l’est aux Iles Aléoutiennes et Pribilof, et dans le sud de la Mer de Béring jusqu’au sud de l’Alaska, et ensuite au sud-est  jusqu’en Oregon.
Il hiverne depuis la Mer de Béring jusqu’au nord du Japon et au nord-ouest du Mexique (basse Californie).     

HABITAT :
Le Goéland à ailes grises fréquente surtout les eaux salées et saumâtres le long des côtes. Il est visible dans les baies, les estuaires, sur les plages, les îles, les vasières et les eaux proches de la côte. Il est également attiré par les ports en général, et les ports de pêche en particulier.
Il se reproduit sur des îles dont le sol est nu, rocheux ou couvert de végétation. Il préfère les îles plus petites, plus plates et moins boisées, avec des zones rocheuses nues et un couvert végétal herbeux plutôt bas. Il nidifie aussi dans les baies et les estuaires, sur des falaises ou dans des prairies herbeuses. En Alaska, il nidifie au bord des lacs intérieurs et fréquente souvent les parcs urbains, les brise-lames et les toits.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Les cris du Goéland à ailes grises sont semblables à ceux du Goéland argenté,  une variété de vagissements prolongés, de gloussements et de sifflements. Le long cri est une série de « haaaw » espacés et sonores. Il émet également un gémissement profond « aah-aah-aah ». Le cri d’alarme est un « ga-ga-ga » doux émis à l’approche d’un intrus.

COMPOPRTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :   
Le Goéland à ailes grises se nourrit d’une grande variété de proies marines comme les poissons, les patelles (Patella vulgata), les coquillages, les moules, les oursins, les crabes et autres crustacés et les calmars. Cependant, il consomme aussi des charognes et des débris variés, des œufs d’autres espèces d’oiseaux, des petits mammifères et quelques matières végétales. Son régime varie en fonction de l’endroit. Lorsqu’il nage sur les fleuves, il prend souvent les restes de poisson laissés par les ours, ou profite des saumons agonisants. Il lui arrive de voler de la nourriture aux rapaces qui se nourrissent près de lui aux mêmes sources. Les goélands sont très opportunistes.      

Le Goéland à ailes grises se nourrit en marchant et en nageant, mais il plonge aussi depuis les airs pour saisir une proie dans l’eau. Les coquillages durs et les crabes sont projetés sur les rochers pour les casser et les ouvrir.

Il se reproduit en colonies denses. Il est territorial sur ses aires de nidification, et des disputes fréquentes peuvent se produire entre mâles. Cependant, il devient très grégaire en dehors de la période de reproduction, même avec d’autres espèces de Laridés.
Le Goéland à ailes grises revient souvent à la même colonie chaque année, et il renoue souvent les liens avec la femelle de l’année précédente. Ils restent généralement en couple pour la vie.

Le Goéland à ailes grises s’hybride souvent avec le Goéland d’Audubon lorsque leurs distributions se chevauchent dans l’Etat de Washington et en Oregon. L’apparence des oiseaux hybrides varie considérablement, mais ils ont habituellement le manteau clair, les extrémités des ailes noires et les yeux sombres.

Le Goéland à ailes grises est sédentaire ou migrateur en fonction de l’endroit, mais en général, un grand nombre d’oiseaux se déplace vers le sud après la reproduction. Quelques adultes atteignent le centre de la Californie à partir de la fin août, avec un maximum au milieu de l’hiver. Ils repartent vers le nord début avril.
Ils sont communs dans le nord du Japon et à Hokkaido en hiver, avec quelques individus pouvant atteindre Tokyo, et vers l’est et le sud, les côtes de la Chine. Des vagabonds sont observés à Hong Kong, à Hawaï, dans l’Illinois aux Etats-Unis, et à Terre-Neuve au Canada. Certains individus ont même été vus au Maroc et aux Iles Canaries.  
Le vol est puissant et direct, avec des battements lents et mesurés.  

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
Le Goéland à ailes grises arrive aux colonies en février-mars, mais la ponte n’a lieu que plus tard, entre début mai et début juin en Alaska.
Ils se reproduisent en colonies denses pouvant compoter jusqu’à 2000 couples, mais cette espèce peut également nidifier en solitaire.
Le nid peut se trouver sur le sol, sur des falaises, des toits et autres structures artificielles. Les deux adultes participent à sa construction, en général une dépression peu profonde tapissée d’herbes, algues et débris divers. Plusieurs nids peuvent être commencés par un seul couple, mais un seul sera achevé et occupé.  

La femelle dépose 2-3 œufs vert-olive ou jaune verdâtre avec des marques brunes et grises. Les deux adultes partagent l’incubation qui dure de 26 à 29 jours. A la naissance, les poussins sont brun grisâtre avec des taches noirâtres sur le dessus, tandis que le dessous est teinté de jaunâtre. Ils quittent souvent le nid deux jours après l’éclosion et restent aux alentours où les parents les nourrissent. Ils sont capables de voler entre 37 et 53 jours après la naissance, en général à l’âge de 45 jours. Ils quittent la colonie deux semaines plus tard.
Les adultes et les jeunes sont souvent tués par le Pygargue à tête blanche aux colonies.  

PROTECTION / MENACES / STATUTS :  
Le Goéland à ailes grises a étendu sa distribution au sud et au nord, ce qui a engendré davantage d’hybridation avec le Goéland d’Audubon dans l’Etat de Washington aux USA, mais aussi avec le Goéland bourgmestre en Alaska et aux Iles du Commandeur, et avec le Goéland à manteau ardoisé sur les côtes du Kamtchatka et des Iles du Commandeur.
La population globale a été estimée à plus de 570 000 individus en 2006, et elle a tendance à augmenter, mais quelques populations sont stables.
Le Goéland à ailes grises est actuellement considéré comme non menacé.