English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Rouge-gorge familier
Erithacus rubecula

Ordre des Passériformes – Famille des Muscicapidés

Espèce très commune et familière (comme son nom l’indique), le rouge-gorge familier reste le roi des jardins. Plutôt solitaire en dehors de la période de reproduction, il est très proche de nous en hiver, quémandant quelques miettes de pain à la porte de la cuisine. Il consommera aussi des insectes, des vers, des fruits, des graines, et chantera pour nous au petit matin dès le début du printemps. Son chant mélodieux nous ravit même s’il nous réveille! Selon les régions, il est sédentaire ou migrateur. Au printemps, il installe son nid à l’abri dans la végétation, bien caché dans le lierre, une haie ou le feuillage serré d’un arbuste. C’est un oiseau territorial qui défendra son espace contre les autres espèces, ou même contre d’autres rouges-gorges. Ces disputes peuvent même parfois devenir violentes.

BIOMETRIE:
L: 14cm: Env: 20-22 cm; Poids: 15-20 g

LONGEVITE: environ 10 ans

DESCRIPTION DE L’OISEAU:

Le rouge-gorge familier est un oiseau particulièrement territorial et sa présence au jardin est source de joies et d’observations intéressantes.
Mâle et femelle sont semblables. La calotte, la nuque, et les parties supérieures, y compris les ailes et la queue sont d’un brun doux et uni. On distingue une barre alaire chamoisée très fine et pas toujours distincte.

La face, la gorge et la poitrine sont d’un rouge orangé éclatant et bordé de gris sauf sur le front. Les parties inférieures sont plutôt blanchâtres avec les flancs brun-roux pâle.
Le bec fin est de couleur sombre. Les yeux sont brun foncé. Les pattes très fines sont brun rosâtre.
Le juvénile est entièrement brun, avec le plumage tacheté de brun plus clair. Les parties inférieures sont plus claires et mouchetées de beige ou de brun clair. La tache rouge orangé est absente, et n’apparaîtra qu’après la première mue, deux mois plus tard environ.   

CRIS ET CHANTS: SONS PAR XENO-CANTO
Le rouge-gorge a pour cri le plus typique un sec « tic », répété et lancé en séries courtes, « tic-tic-tic… » autant par les jeunes que par les adultes. Il émet aussi un petit cri ténu, aigu et plaintif « siiih » quand il est anxieux ou en alerte.
Le chant est une série de phrases gazouillées, de sons doux et clairs et de trilles courts s’interrompant brusquement.
Le rouge-gorge chante principalement pour attirer la femelle et marquer son territoire, plutôt de bonne heure le matin, posé sur un perchoir exposé. Parfois, il chante la nuit s’il se trouve près d’un réverbère allumé. Il chante toute l’année, excepté à la fin de l’été quand il mue. A l’automne, ses chants se font plus doux, même un peu mélancoliques. 

HABITAT :
Le rouge-gorge vit dans les forêts, les zones boisées naturelles, les haies, les parcs et les jardins. On le trouve aussi dans diverses sortes de couvertures arbustives dans des zones plus ouvertes. En général, le mâle est plus sédentaire que la femelle qui pourra effectuer quelques  dispersions après la reproduction. 

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE:
Le rouge-gorge vit en Europe et en Grande Bretagne. Les oiseaux vivant dans le nord de l’habitat migrent vers le sud en hiver. On le trouve aussi en Afrique du Nord et jusqu’à l’Est de la Sibérie et en Iran. Il est également présent sur les îles de l’Atlantique telles que Madère, les Canaries et les Açores.
Des tentatives d’introduction de l’espèce sur d’autres continents ont échoué.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE:
Le rouge-gorge se pose souvent à découvert quand il chasse. Il regarde le sol avec attention afin de débusquer une proie. Il sautille çà et là en picorant dans les pierres ou dans l’herbe.
Son attitude classique permet de le reconnaître aisément. Il agite sa queue de haut en bas, ses ailes un peu arquées sont abaissées et sa tête est enfoncée dans les épaules.
S’il se sent menacé, il agite les ailes et la queue et scrute les alentours avec soin, avant de s’envoler sous le couvert végétal.
Le rouge-gorge peut se montrer très agressif quand il défend son territoire. Ces disputes peuvent dégénérer en combats violents, plus ou moins longs, où les oiseaux donnent coups de becs et coups de griffes. Les mâles face à face gonflent la poitrine afin de mettre les plumes rouge orangé en évidence. Ces démonstrations de force ont pour but de clouer l’adversaire au sol, ce qui signe sa défaite. Certaines luttes entrainent parfois la mort de l’un des combattants.
Le rouge-gorge peut même poursuivre un oiseau plus grand que lui hors de son territoire. Il peut aussi s’attaquer à son propre reflet dans une vitre s’il voit des plumes rouges.  Il gonfle alors ses plumes et abaisse ses ailes, prêt au combat.

Les couples peuvent se former dès le mois de janvier. Mâle et femelle cohabitent sur le même territoire jusqu’en mars, mais aucune parade n’est encore observée. Le territoire est défendu, le mâle chante avec vigueur et vient près de la femelle qui construit le nid. Il lui offre régulièrement de la nourriture pendant cette période. Mais elle le chasse vite en le poursuivant. En effet, la femelle rouge-gorge est très discrète lorsqu’elle construit le nid, et la présence du mâle chantant à ses côtés ferait repérer le site de nidification.
Cependant, le rouge-gorge reste un oiseau très apprécié des humains à cause de ses chants mélodieux et de sa familiarité au jardin et près des maisons.

OBSERVATION PERSONNELLE
J’ai assisté à un combat entre deux rouges-gorges dans mon jardin il y a trois ans, en 2005. Il y avait un jeune mâle de l’année, très familier avec nous, qui venait régulièrement se poser sur      le dossier d’un fauteuil quand nous étions sur la terrasse. C’est de cette façon que j’ai remarqué qu’il avait un doigt de travers à une patte. Ce signe m’a toujours aidée à le reconnaître, aussi bien que s’il avait été bagué !
La scène s’est passée en août, lorsque ce jeune a mué, et que la tache rouge du plastron est apparue. Un soir, il est venu comme d’habitude sur la terrasse, et son père est arrivé comme une tornade et l’a attaqué pour le chasser du territoire parental. Normalement, ce genre de semonce suffit à décourager les jeunes qui partent s’installer ailleurs.
C’était mal connaître ce jeune rebelle qui a résisté. Les deux oiseaux se sont affrontés en voletant face à face à quelques centimètres du sol, becs et griffes en avant en lançant des cris aigus. A un moment, à notre grande surprise, c’est l’adulte qui a capitulé, sachant que ce genre de lutte pouvait tuer l’un d’entre eux. Le père s’est couché sur le sol, sur le dos avec les pattes tendues vers son fils pour se protéger des coups de bec. Le jeune a aussitôt cessé ses attaques et a laissé partir son père que nous n’avons pas revu.
Le jeune est venu près de nous, et j’ai bien vu que c’était lui grâce à son doigt de travers.
Cette année, en 2008, il est toujours le roi de notre jardin où il se reproduit avec bonheur. Il est très familier, surtout en hiver où il entre dans la cuisine ou par n’importe quelle fenêtre ouverte, nous laissant à chaque fois une « trace » de son passage, en une petite fiente discrète mais bien présente quand même !     

VOL:
Le rouge-gorge vole sur de courtes distances, en effectuant de larges ondulations dans les airs. En dehors de la période de migration, il vole peu. 

REPRODUCTION DE L’ESPECE:
Le rouge-gorge installe son nid à faible hauteur, bien caché dans la végétation. Il peut aussi se trouver dans une cavité ou une crevasse dans un vieux mur de pierres, mais également dans des endroits insolites tels qu’une boite à lettres à la campagne, ou un pot de terre !
La femelle commence la construction aux environs de la fin mars. La base est faite de feuilles sèches et de mousse. Herbes sèches et radicelles, poils et petites plumes tapissent l’intérieur de la coupe.

La ponte comprend en général 5 œufs blanchâtres avec des taches sombres. L’incubation est assurée par la femelle seule, et dure environ 13 jours. Pendant cette période, elle quitte le nid régulièrement pour être nourrie par le mâle. A la naissance et durant la première semaine, les poussins sont couvés par la femelle, alors que le mâle apporte de la nourriture au nid à fréquence élevée. A partir de la seconde semaine, les deux parents nourrissent activement les jeunes. Ceux-ci quittent le nid au bout de deux semaines, et les adultes les nourrissent encore pendant 15 jours.
La femelle peut démarrer une seconde couvée tandis que le mâle s’occupe de la précédente, parfois dans le même nid, mais souvent dans un nouveau.    

ALIMENTATION:
Le rouge-gorge se nourrit principalement d’insectes et d’araignées, mais aussi de fruits, baies et graines pendant les hivers froids. Il consomme aussi des vers de terre.

PROTECTION / MENACES / STATUTS:
Les populations de rouges-gorges ne sont pas menacées et leur nombre a augmenté de 20% depuis les 25 dernières années.
Il a cependant des prédateurs tels que les chats domestiques et parfois les jeunes rapaces qui s’entrainent ainsi à la chasse avant de s’attaquer à des oiseaux plus gros.

Ang : European Robin
All : Rotkehlchen
Esp : Petirrojo Europeo
Ital :  Pettirosso europeo
Nd: Roodborst
Russe:  Зарянка
Sd: Rödhake

Texte et photos de Nicole Bouglouan

D'autres photos: PHOTOGRAPHIC RAMBLE

Sources:

THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIQUE by Mark Beaman, Steve Madge - C.Helm -ISBN: 0713639601

THE COMPLETE BOOK OF BRITISH BIRDS – Préface de Magnus Magnusson – Editeurs: Michael Cady- Rob Hume - ISBN: 0749509112

Avibase (Lepage Denis)

Pájaros de España (JL Beamonte)

Wikipedia (Wikipedia, The Free Encyclopaedia)


Accueil

Page oiseaux jardins

Page Muscicapidés

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Haut de page
Haut de page

Plus

de

Photos