English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Sporophile cici
Ang: Black-faced Grassquit
All: Jamaikagimpelfink
Esp: Semillero Biocolor - Gorrión negro (Puerto Rico)
Ita: Fringuello cantore faccianera
Nd: Maskergrondvink
Sd: Västindisk frösparv

Photographes:

Alfredo Colón
Puerto Rico Wildlife

Ken Havard
His Bird Pictures on IBC et Flickr gallery

Jean-Claude Jamoulle
A la rencontre des Oiseaux
 
Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 16 by Josep del Hoyo- Andrew Elliot-David Christie – Lynx Edicions – ISBN: 9788496553781

A GUIDE TO THE BIRDS OF COLOMBIA by Steven L. Hilty and William L. Brown - Princeton University Press – ISBN 069108372X

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

Neotropical Birds – Cornell Lab of Ornithology

Wikipedia, the free encyclopaedia

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

BREEDING THE BLACK-FACED GRASSQUIT Tiaris bicolor omissa, WITH SOME NOTES ON BEHAVIOUR - By Robin Restall

HBW Alive

 

Accueil

Page Passériformes

Sommaire fiches

 

Sporophile cici
Tiaris bicolor

Ordre des Passériformes – Famille des Thraupidés

INTRODUCTION :
Le Sporophile cici fait partie du groupe des « Thraupidés spécialisés » avec le Sucrier à ventre jaune et le Sporophile Grand-chanteur (entre autres). Ce groupe comprend plusieurs genres des Caraïbes et les Pinsons de Darwin.
Le Sporophile cici se nourrit principalement de graines d’herbes, et son petit bec épais mais court est bien adapté à ce type de nourriture.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 10-12 cm
Poids : 7-12 gr

Le mâle adulte de la race nominale a la tête, la gorge et la majeure partie des parties inférieures noires. L’arrière des flancs est verdâtre comme les parties supérieures, y compris les ailes et la queue.
Le bec court et épais est noirâtre. Pendant la saison de reproduction, la commissure devient rose vif ou rouge. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont couleur chair.

La femelle est vert-olive et plus terne dans l’ensemble, avec une teinte plus brune ou plus grise sur les parties inférieures. Son bec est de deux tons avec la mandibule supérieure sombre et l’inférieure plus claire.
Le juvénile ressemble à la femelle.

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Sporophile cici a 8 sous-espèces reconnues.
T.b. bicolor (décrit ci-dessus) se trouve aux Bahamas et au nord-ouest d’Isabela de Sagua au large du nord de Cuba.

T.b. marchii (représenté) se trouve en Jamaïque, à Hispaniola et sur les petites iles adjacentes.
Dans cette race, le mâle a juste la moitié supérieure du dessous noire.

T.b. marchii

T.b. omissus (représenté) se trouve à Porto Rico, aux Petites Antilles jusqu’à Tobago (mais pas Trinidad), et sur le continent depuis le nord de la Colombie et vers l’est sur la partie côtière du Venezuela.
Celui-ci ressemble à la race nominale mais il est plus petit.  

T.b. omissus

T.b. grandior est présent dans l’Archipel de San Andrés dans le sud-ouest des Caraïbes.
Cette race ressemble à « omissus » mais elle est beaucoup plus grande, et les parties supérieures sont vert-olive plus vif.   

T.b. sharpei se trouve dans les Antilles Néerlandaises.
Cette race est plus claire.

T.b. tortugensis se trouve sur l’Ile de la Tortue, au large du nord du Venezuela.
Cette race est plus pâle que « sharpei » avec les parties supérieures olive verdâtre.

T.b. johnstonei se trouve sur La Blanquilla et Los Hermanos, au large du nord du Venezuela.
Celui-ci est le plus foncé de tous, avec les parties supérieures d’un vert-olive plus vif que la race nominale.

T.b. huilae se trouve dans Magdalena Valley dans le centre de la Colombie.
Cette race a les parties supérieures plus pâles, plutôt olive brunâtre, avec les ailes et la queue plus vivement colorées que la race nominale.

HABITAT :         
Le Sporophile cici fréquente les zones ouvertes et semi-ouvertes, les hautes herbes et les broussailles, les bords des routes et même les rizières. Il est également présent dans les clairières, les zones plantées de cactus, les plantations, les jardins et les zones urbaines.
En fonction de la distribution, il est visible depuis le niveau de la mer jusqu’à 860 mètres d’altitude.

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO
Le Sporophile cici a pour cri un « tsip » doux. Le chant est un bourdonnement faible « tsee-tsee-tsee-seeseesee ». Ce chant est habituellement émis pendant les parades nuptiales.

T.b. omissus

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Sporophile cici se nourrit principalement de graines provenant de différentes espèces d’herbes. Il se nourrit souvent sur ou près du sol sur les pelouses et dans les champs. Mais il lui arrive aussi de se nourrir à la cime des arbres où il mordille les bourgeons et les fleurs. Il prend aussi les petits fruits des arbres du genre Cecropia, et à l’occasion, les fruits des cactus du genre Lemaireocereus.
Il est souvent vu seul ou en couples, mais des petits groupes peuvent se former autour d’abondantes sources de nourriture.

T.b. omissus

Femelle

Pendant la saison de reproduction, quelques parades sont observées. Le mâle laisse légèrement tomber ses ailes en face de la femelle. Le bec est grand ouvert et laisse échapper un chant bourdonnant explosif. Si le mâle est perché au-dessus de la femelle, cette parade est accompagnée d’un petit vol nuptial. Il se descend vers elle avec les ailes en parachute et vibrantes, tout en émettant une petite partie de son chant.
Ils sont monogames et deviennent territoriaux au début de la saison de reproduction, période à laquelle le territoire est défendu. Ils se reproduisent en petits colonies.

Le Sporophile cici est résident dans sa distribution. Seules quelques dispersions limitées sont observées.
Cette espèce a un vol flottant faible, avec des battements rapides alternant avec des moments où les ailes sont collées au corps.

T.b. omissus

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction varie en fonction de la distribution. Dans les iles des Caraïbes, le Sporophile cici se reproduit toute l’année, mais surtout entre avril et juin à Cuba et pendant la saison des pluies, entre juin et janvier à Tobago.
En général, le mâle choisit un site et commence à construire les bases du nid. Plus tard, si une femelle accepte ce site, elle prend part à la construction et c’est souvent elle qui achève le nid.
Le nid est une structure globulaire avec une entrée sur le devant. Il est fait avec des herbes et des brindilles, et l’intérieur est tapissé d’herbes plus douces. Il est placé sur le sol, souvent au milieu d’un cactus Opuntia, mais aussi parfois dans un buisson bas ou un petit arbre, entre deux et cinq mètres de hauteur.
Le Sporophile cici nidifie souvent en petites colonies.

T.b. omissus

Juvénile

La femelle dépose 2-5 œufs blancs avec des marques brunâtres. Elle incube seule pendant 12 jours. Les poussins sont nourris par les deux parents. Ils quittent le nid entre 9 et 12 jours après l’éclosion.
Les adultes peuvent produire une couvée de remplacement si la première est perdue. Mais en général, ils produisent deux couvées par saison.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Sporophile cici peut être commun dans un habitat adapté à ses besoins, sinon, il est assez commun ou rare (à Cuba) en fonction de la distribution.
La population semble en augmentation car elle bénéficie de la création de nouvelles zones habitables, suite à la dégradation générale de l’habitat.
Mais actuellement, le Sporophile cici est considéré comme non menacé.