English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr: Grèbe jougris
Ang: Red-necked Grebe
All: Rothalstaucher
Esp: Somormujo Cuellirrojo
Ita: Svasso collorosso
Nd: Roodhalsfuut
Sd: Gråhakedopping

Photographes:

John Anderson
John Anderson Photo Galleries

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures et Tom Grey's Bird Pictures 2

Otto Plantema
Trips around the world

Ingo Waschkies
My bird pictures on Pbase

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 1 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334105

THE COMPLETE BOOK OF BRITISH BIRDS – Written by “Royal Society for the Protection of Birds” experts - Préface de Magnus Magnusson - Michael Cady- Rob Hume Editors - ISBN: 0749509112  
 
THE HANDBOOK OF BIRD IDENTIFICATION FOR EUROPE AND THE WESTERN PALEARCTIC by Mark Beaman, Steve Madge - C. Helm - ISBN: 0713639601

ENCYCLOPEDIE DES OISEAUX DE FRANCE ET D’EUROPE – de Peter Hayman et Rob Hume - Flammarion – ISBN : 2082009920

Avibase (Denis Lepage)

BirdLife International

HBW Alive

Animal Diversity Web (University of Michigan Museum of Zoology)

ARKive (Christopher Parsons)

All About Birds (Cornell Lab of Ornithology)

Bird Web (Seattle Audubon Society)

Birding Information

Nature Works

What Bird-The ultimate Bird Guide (Mitchell Waite)

 

Accueil

Sommaire fiches

 

Grèbe jougris
Podiceps grisegena

Ordre des Podicipédiformes – Famille des Podicipédidés

INTRODUCTION :
Le Grèbe jougris est un oiseau coloré et bruyant pendant la saison de reproduction, période durant laquelle les parades complexes se succèdent, accompagnées de cris variés. En revanche, en hiver, il devient silencieux et solitaire, revêtu d’un plumage gris beaucoup plus terne.
Deux sous-espèces se partagent la vaste distribution dans l’hémisphère nord. Elles se reproduisent dans les régions les plus au nord et hivernent dans la partie située plus au sud.
Le Grèbe jougris est un nageur robuste et un excellent plongeur, capable de rester un moment sous l’eau lorsqu’il cherche des proies. Il vole rarement en dehors des migrations effectuées de nuit au-dessus des terres, mais plutôt de jour le long des côtes.
L’espèce n’est pas spécialement menacée, mais subit les problèmes habituels tels que la pollution à terre et en mer, la dégradation des zones humides, les dérangements causés par les humains et la prédation naturelle.

P.g. grisegena

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :  
Longueur : 40-50 cm
Poids race grisegena : 550-1000 gr
Poids race holbollii : 640-1616 gr

Le mâle adulte en plumage nuptial a les parties supérieures noir brunâtre avec les ailes sombres présentant deux taches alaires blanches. La plus grande se trouve sur les secondaires et la plus petite sur les petites couvertures à la base du bord d’attaque. Elles sont plus nettes en vol.
Sur les parties inférieures, la partie antérieure du cou et le haut de la poitrine sont châtains, l’abdomen est plus clair, plutôt blanc, les côtés du corps et les flancs sont gris-brun avec quelques marques châtain/blanc. Le dessous des ailes est plus pâle avec les couvertures gris pâle ou blanchâtres.

La tête est noire jusqu’en dessous du niveau de l’œil et des lores. Sur la nuque, les plumes sont plus longues et érectiles et forment deux légères huppes latérales. Le centre de la face postérieure du cou est d’un brun très foncé, devenant plus doux en se fondant dans le noir brunâtre des parties supérieures.
Sur les joues, une tache grise soulignée de blanc s’étend vers le haut jusqu’à l’arrière de l’œil et aux couvertures auriculaires.
Le bec robuste est noir, avec une quantité variable de jaune vif à la base. Les yeux sont brun foncé. Les pattes et les doigts sont gris foncé.   
Mâle et femelle sont identiques, mais le mâle est légèrement plus grand.

P.g. grisegena

Le Grèbe jougris adulte en plumage hivernal est moins noirâtre, plutôt gris foncé sur le dessus. Les joues et les couvertures auriculaires sont teintées de gris brunâtre, formant un contraste moins accentué avec la calotte noire. Le menton, la gorge et la poitrine sont blanchâtres. Les côtés de la nuque sont clairs. La majeure partie du cou est grise ou brunâtre, mais la partie antérieure est plus pâle. Les côtés du corps et les flancs sont plus gris, plus blanchâtres sur le haut des flancs. La base jaune du bec est plus terne.

P.g. grisegena

Juvénile et adulte

SOUS-ESPECES ET DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
Le Grèbe jougris a deux sous-espèces, toutes deux représentées sur cette page.  
P.g. grisegena (décrite plus haut) se reproduit dans l’est de l’Europe et dans l’ouest et le centre ouest de l’Asie. Elle hiverne depuis la Mer du Nord vers l’est jusqu’à la Mer Caspienne et la Mer d’Aral. 

P.g. holbollii se reproduit dans l’est de la Russie, vers le sud jusqu’à la Mandchourie et le nord du Japon, et vers l’est jusqu’à l’ouest et au centre du Canada et au nord-ouest des Etats-Unis. Il hiverne depuis l’est de la Chine, en Corée et au Japon, dans les Iles Aléoutiennes jusqu’à l’ouest du Canada et l’ouest des Etats-Unis, vers le sud jusqu’en Californie, mais aussi dans l’est du Canada et l’est des Etats-Unis, et vers le sud jusqu’en Floride.
Cette race est plus grande, avec un bec plus long que chez la race nominale. Les parties supérieures sont plus claires et plus grises, et les taches jaunes sont plus étendues à la base du bec. Le 1er hiver a la face d’un gris plus sombre.  

P.g. holbollii
P.g. holbollii
Le juvénile ressemble à l’adulte en hiver, mais il a le cou roux brunâtre et deux bandes noires très nettes de chaque côté de la tête. 
L’immature a le plumage plus gris que l’adulte en hiver, et une légère teinte brunâtre sur la partie antérieure du cou. Ses yeux sont jaunes.

P.g. grisegena

Immature (yeux jaunes)

HABITAT :  
Le Grèbe jougris se reproduit sur les petites iles au centre des lacs d’eau douce, dans les zones marécageuses peu profondes avec une importante végétation émergente, parfois sur des cours d’eau au cours très lent ou des mares isolées de la mer.
La race nominale préfère les étendues d’eau plus petites et moins profondes avec de la végétation autour ou de la forêt, et la toundra arbustive dans le nord de la distribution.
En dehors de la reproduction, et particulièrement pendant les migrations, le Grèbe jougris fait des haltes migratoires au bord des fleuves, des grands lacs et des côtes océanes qu’il trouve le long de sa route.
En hiver, les deux sous-espèces peuvent fréquenter les eaux côtières, mais aussi les grandes mers intérieures et les lacs. Ces oiseaux hivernent dans les baies, les anses ou les estuaires des fleuves, et s’aventurent quelquefois loin des terres vers le large dans l’océan.  

P.g. holbollii

CRIS ET CHANTS : SONS PAR XENO-CANTO   
Le Grèbe jougris est très bruyant sur ses aires de reproduction, et son répertoire est vaste. Il émet des sons forts et répétés, des sortes de hululements plaintifs ainsi décrits « uoooh, uoooh, uoooh » finissant souvent en braiements aigus « whaa-whaa-whaa-chiterrrrrrr » qui rappellent les cris du Râle d’eau.
Ces cris sont émis au cours de la défense du territoire. Le cri d’alarme est un « cherk » dur parfois répété à des intervalles irréguliers. 
Le Grèbe jougris émet habituellement ces cris depuis le couvert végétal et les couples font souvent des duos. 

P.g. holbollii

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :
Le Grèbe jougris se nourrit principalement d’insectes pendant la reproduction, et il cherche ses proies dans les marais et les étangs. Mais crustacés, mollusques, têtards, vers et quelques matières végétales font également partie de son régime.
Pendant l’hiver dans les eaux côtières, il se nourrit surtout de petits poissons.
En Amérique, la race P.g. holbollii consomme davantage de poisson (environ 55% du régime) et entre 22 et 92% pendant la saison de reproduction, en fonction de la disponibilité des proies. Il se nourrit aussi d’insectes, crustacés et sangsues quand le poisson vient à manquer.

P.g. holbollii

Le Grèbe jougris est habituellement très actif et reste peu de temps à la surface de l’eau. Il cherche ses proies en nageant sous l’eau, ou les prend à la surface avec la tête submergée, généralement en eau peu profonde. Il plonge et poursuit sa proie sous l’eau, ou la capture au fond ou dans la végétation aquatique. Les insectes sont pris à la surface de l’eau et sur la végétation émergente, et quelques insectes au vol bas sont happés au passage.
La proie est généralement avalée sous l’eau, mais celles qui sont plus grandes sont ramenées à la surface pour être manipulées. La proie est avalée la tête la première une fois tuée par pincement ou en la secouant dans le bec.

P.g. holbollii

Comme les autres grèbes, le Grèbe jougris ingère une grande quantité de ses propres plumes qui restent dans l’estomac, probablement en guise de protection contre les parties indigestes de certaines proies.
Les parents donnent aussi des plumes aux poussins très vite après la naissance, avant même de les nourrir pour la première fois. Les plumes s’accumulent et se décomposent dans le principal compartiment de l’estomac, et se mélangent avec la nourriture (principalement du poisson) pour former une boule de plumes. Cette boule est régurgitée sous forme de pelotes contenant les parties indigestes des proies. Les grèbes qui se nourrissent surtout de poisson avalent une plus grande quantité de plumes que les autres.                  

Le Grèbe jougris devient territorial pendant la reproduction. Le territoire est vigoureusement défendu contre les autres grèbes avec des menaces et des attaques en plongeant sous l’eau pour éloigner les intrus.
Il devient très loquace et crie fortement pendant les comportements de défense du territoire et les parades nuptiales. Le couple se forme sur les aires d’hivernage et les deux partenaires sont déjà prêts à se reproduire dès leur arrivée sur les aires de reproduction en avril.

P.g. holbollii

Les parades sont complexes. Les grèbes crient et dressent leur crête. Les deux partenaires se font face tout en dressant partiellement le corps hors de l’eau, poitrine contre poitrine, en émettant des sortes de cliquetis. Ils plongent aussi jusqu’au fond de l’eau où ils arrachent de la végétation avec le bec pour se l’offrir mutuellement. L’accouplement a lieu en général sur le site du nid.    
Ces duos « chantés et dansés » entre deux partenaires potentiels sont une part importante des parades nuptiales, avec les déplacements parallèles sur l’eau en position dressée.
Ils sont monogames pour une saison. Ils se reproduisent soit en couples isolés soit en colonies. Ils ne produisent qu’une seule couvée par saison, mais des couvées de remplacement sont déposées en cas de destruction de la précédente.

P.g. holbollii

Le Grèbe jougris est migrateur et vole pendant la nuit au-dessus des terres, et pendant la journée le long des côtes. Il migre seul ou en petits groupe. Cette espèce effectue aussi des dispersions vers la côte après la reproduction. Ces oiseaux passent en général l’hiver sur les côtes maritimes, souvent dans des baies et des estuaires, mais aussi bien au large près des iles.

Le Grèbe jougris a un vol direct avec des battements rapides. Les taches alaires blanches sont bien visibles lorsque l’oiseau est en vol.

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction a lieu entre avril/mai et août/septembre, mais souvent plus tard plus au nord. Le Grèbe jougris se reproduit souvent en solitaire, mais parfois aussi en colonies lâches.
Le nid est construit par les deux adultes. C’est une plateforme flottante faite avec des plantes aquatiques  et souvent accrochée à la végétation du bord, dans des eaux peu profondes le long des rives des marais.  

P.g. holbollii

La femelle dépose 3-4 œufs blanchâtres et les deux adultes incubent pendant 21-24 jours pour la race grisegena, et un peu plus longtemps, jusqu’à 29 jours en Amérique du Nord pour la race holbollii. Les poussins duveteux sont gris brunâtre sur le dessus avec quelques marques indistinctes, tandis que la tête et le cou sont nettement rayés obliquement de noirâtre et de blanc ou chamois.  
Ils quittent le nid très tôt après l’éclosion, bien souvent sur le dos des parents et se laissent ainsi porter pendant 10 à 17 jours. Ils commencent à nager seuls mais ils sont toujours nourris par les adultes pendant 6-7 semaines avec des larves d’insectes, des plumes et d’autres petites proies. Ils sont capables de voler à l’âge de 9-10 semaines, période à laquelle ils sont complètement indépendants.

P.g. grisegena

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
Le Grèbe jougris est menacé par les pesticides qui réduisent le succès de la reproduction avec des œufs infertiles ou des coquilles trop fines et cassantes. La dégradation des lacs est causée par les dérangements humains et les activités sportives diverses. La pollution aux hydrocarbures en mer en hiver peut aussi menacer l’espèce, bien que les oiseaux restent surtout le long des côtes.
Quelques prédateurs naturels parmi lesquels les Corvidés, les goélands, le Pygargue à tête blanche, les ratons-laveurs, les visons et les rats musqués attaquent les œufs  et les poussins, tandis que les adultes sont la proie du Grand-duc d’Amérique.  
La population globale est estimée à 190 000/290 000 individus (2006) et elle est en déclin. Mais actuellement, le Grèbe jougris est considéré comme non menacé.

P.g. grisegena

P.g. holbollii

Plumage d'hiver