English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Fr : Perruche des Chatham
Ang : Chatham Parakeet - Forbes's Parakeet
All : Chathamsittich
Esp : Perico de las Chatham
Ita : Parrocchetto delle Chatham
Nd : Chathamkarakiri
Sd : Chathamparakit

Photographe:

Don Merton,

Avec l’aimable concours du Department of Conservation Te Papa Atawhai, 2014
Department of Conservation

Texte de Nicole Bouglouan

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD vol 4 by Josep del Hoyo-Andrew Elliott-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334229

PARROTS OF THE WORLD – An Identification Guide – by Joseph M. Forshaw – Princeton University Press – ISBN 0691092516

Avibase (Lepage Denis)

BirdLife International (BirdLife International)

New Zealand bird status between 2008 and 2012

New Zealand Birds Online

Department of Conservation

Terra nature

Te Ara – The Encyclopedia of New Zealand

HBW Alive

 

Accueil

Page Psittaciformes

Sommaire fiches

 

Perruche des Chatham
Cyanoramphus forbesi

Ordre des Psittaciformes – Famille des Psittacidés

INTRODUCTION :
La Perruche des Chatham était auparavant une sous-espèce de la Perruche à tête d’or (C. auriceps), et les deux sont très semblables en apparence bien que la Perruche des Chatham soit plus grande. Mais elle est aussi très proche de la Perruche de Sparrman (C. novaezelandiae).
En fait, d’après des comparaisons génétiques, le Perruche des Chatham descend probablement d’une ancienne lignée présente sur ces îles avant que d’autres Psittacidés ne viennent coloniser cette région.
L’espèce est abondante sur deux îles, Mangere et Little Mangere, mais elle a souffert de l’hybridation avec la race des Chatham, Cyanoramphus novaezelandiae chathamensis. Aujourd’hui, le Department of Conservation gère ce problème, et l’on compte désormais moins de 10% d’oiseaux hybrides dans la distribution actuelle.

DESCRIPTION DE L’OISEAU :
Quelques mesures :
Longueur : 28 cm
Poids : 80 gr

L’adulte a le plumage vert émeraude avec les parties inférieures plus jaunâtres. Les ailes sont larges et arrondies, avec des  rémiges aux vexilles externes bleu verdâtre. La queue est longue et graduée. On peut voir une tache rouge vif de chaque côté du croupion.

Sur la tête, les côtés de la face sont vert émeraude vif. La bande frontale rouge ne s’étend pas jusqu’à l’œil comme chez C. auriceps. La partie antérieure de la calotte est jaune vif.
Le bec est gris argent avec l’extrémité noire. Les yeux sont rouges. Les pattes et les doigts sont gris.
 
Les deux sexes sont identiques par le plumage, mais le mâle est plus grand que la femelle.
Le juvénile est plus terne dans l’ensemble, surtout au niveau des dessins de la tête et de la couleur des yeux.  

Title: Forbes Parakeet
Photographer: Merton, Don
Date: 2009
Location: Chatham Islands Area
Description: Forbes Parakeet, Mangere Island, Chatham Islands, September 2009
Department of Conservation Te Papa Atawhai, 2014

DISTRIBUTION GEOGRAPHIQUE :
La Perruche des Chatham se trouve aujourd’hui dans les zones à végétation épaisse sur les Iles Mangere et Little Mangere dans le groupe des Chatham, Nouvelle Zélande. Quelques oiseaux vagabondent occasionnellement jusqu’aux Iles Pitt et Chatham.

HABITAT :
La Perruche des Chatham se trouve habituellement dans les zones à végétation dense et en forêt sur les deux îles. Mais auparavant, elle vivait dans les zones forestières des Iles Pitt et Mangere, avant la déforestation.

CRIS ET CHANTS :
La Perruche des Chatham émet des bavardages typiques et des cris plus doux « tur-tur-tur ». En vol, elle lance des « ki-ki-ki-ki » haut-perchés.

COMPORTEMENTS DANS LA VIE SAUVAGE :  
La Perruche des Chatham se nourrit surtout d’invertébrés, de fleurs et de graines en octobre/novembre, et plutôt de feuilles et d’autres graines en mars/mai.
Elle se nourrit beaucoup au sol, dans des espaces plus découverts que C. auriceps, parce qu’elle vit sur des îles débarrassées des prédateurs.

La Perruche des Chatham nidifie dans des cavités comme les autres Psittaciformes. Les deux adultes défendent le territoire de nidification de manière agressive contre les autres couples, en les poursuivant tout en criant fortement.  

Elle est sédentaire et les couples occupent leur territoire toute l’année. Cependant, la Perruche des Chatham atteint quelquefois les forêts du sud de l’Ile Chatham à environ 20 kilomètres de l’Ile Mangere, et on peut aussi la voir de temps en temps sur les Iles Pitt et Rangatira.
Elle a un vol puissant, rapide et légèrement ondulant. 

REPRODUCTION DE L’ESPECE :  
La saison de reproduction est assez étendue, et la ponte peut se produire d’octobre à mars.
La Perruche des Chatham nidifie dans des cavités comme un creux dans un arbre, une crevasse rocheuse, ou encore sous la végétation épaisse et elle accepte aussi les nichoirs artificiels. La femelle prépare le nid.

Elle dépose 5 œufs blancs et incube seule, couve et nourrit les poussins jusqu’à l’âge de deux semaines. Toute la nourriture est procurée par le mâle pendant cette période. Ensuite, les deux parents nourrissent les jeunes au nid jusqu’à leur envol.
Ils peuvent produire des couvées de remplacement en cas d’échec, en fonction des ressources alimentaires.

PROTECTION / MENACES / STATUTS :
La Perruche des Chatham était autrefois menacée par la déforestation, les changements dans l’habitat et les chats introduits sur les iles. En 1970, il y avait moins de 75 oiseaux.
Mais des efforts de conservation ont permis une reforestation intensive, la pose de nichoirs artificiels et la gestion des populations de la race C.n. chathamensis et des hybrides sur Mangere Island, entrainant une meilleure qualité de l’habitat et davantage d’oiseaux.
L’espèce est aujourd’hui commune sur Mangere Island, et les perruches seront introduites dans des zones débarrassées des prédateurs sur l’Ile Chatham.
Les nombres d’individus matures sont placés dans l’intervalle 50/249 oiseaux. La population est considérée comme stable et en augmentation, mais à cause de sa distribution restreinte, la Perruche des Chatham est actuellement considérée comme espèce en Danger d’Extinction.