English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Les différentes formes de becs - Page 4

Montre-moi ton bec, je saurai ce que tu manges !

Une fois encore, la nature a bien fait les choses ! A chacun son outil !

 

Photographes:

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

Bob Moul
Nature Photography

Callie de Wet
Flickr Galleries

Tom Grey
Tom Grey's Bird Pictures

Marc Chrétien
MURINUS

Maxime Dechelle
LEPAPARRAZO

Texte et autres photos de Nicole Bouglouan

Sources:

L’ENCYCLOPEDIE MONDIALE DES OISEAUX - Dr Christopher M. Perrins -  BORDAS - ISBN: 2040185607

 

Voir dossier: Description de l'oiseau et de son plumage

Accueil

Sommaire dossiers

 

HAUT DE PAGE

 

Introduction

Page 1

Page 2

Page 3

Page 5

Page 6

Nous continuons cette étude avec des becs encore bien différents, les becs fins des consommateurs de nectar de fleur.

Les colibris, ermites, souimangas, méliphages et autres amateurs de sucre sont munis d’un bec spécialement adapté qui leur permet d’aller au fond du calice des fleurs récupérer le précieux nectar leur donnant l’énergie nécessaire à leurs activités diurnes.

Souimanga améthyste

Chalcomitra amethystina

Colibri d'Anna

Calypte anna

Certains colibris ont un bec fin et droit, de taille moyenne ou longue, alors que les souimangas ont un bec robuste et recourbé vers le bas, rendant plus facile la collecte du nectar.

Les ermites ont également le bec assez long et recourbé vers le bas, ce qui leur permet de se nourrir du nectar de fleurs plus grandes. 

Ermite à brins blancs

Phaethornis superciliosus

Méliphage à oreillons bleus

Entomyzon cyanotis

Les méliphages ont un bec fort et pointu, légèrement recourbé vers le bas. Ces oiseaux consomment du nectar, mais aussi des insectes et surtout des fruits, à tel point qu’ils sont considérés comme parasites des vergers. 

Les pics ont un bec robuste à l’extrémité en forme de ciseaux.
Ils utilisent ce bec pour creuser la cavité de nidification dans le bois des troncs d’arbres. Ils se nourrissent d’insectes térébrants, en utilisant leur longue langue collante pour les atteindre dans les crevasses du bois et de l’écorce.
Le bec est aussi l’instrument du tambourinage si souvent entendu dans la forêt.   

Pic à ventre roux

Melanerpes carolinus

Grand pic

Dryocopus pileatus

Pic mineur

Picoides pubescens

Les picumnes creusent aussi une petite cavité dans la partie tendre du bois pour nidifier, en dépit de leur bec plus petit. 

Picumne de Buffon

Picumnus exilis

Picumne frangé

Picumnus cirratus

La huppe a un bec long et courbé vers le bas qu’elle utilise pour trouver et extraire les insectes, leurs larves et les cocons du sol, à l’aide de brefs coups de bec çà et là.
De temps en temps, l’oiseau s’arrête et enfonce le bec dans le sol afin de capturer les proies senties grâce à l’extrémité sensible du bec. Il lui arrive aussi de creuser vigoureusement quand il poursuit une proie dans son terrier.

Huppe fasciée

Upupa eppops

Huppe d'Afrique

Upupa africana

Les martins pêcheurs qui plongent pour se nourrir ont un bec fort et droit en forme de dague à l’extrémité. La majorité des espèces a le bec compressé latéralement, et assez long par rapport à la taille du corps.
Ces oiseaux creusent un tunnel dans les rives sablonneuses pour nidifier. Ils capturent les petits poissons grâce à leur bec puissant.

Martin-pêcheur nain

Chloroceryle aenea

Martin-pêcheur géant

Megaceryla maxima

D’un autre côté, les martins chasseurs qui se nourrissent davantage sur le sol et capturent plus de proies terrestres qu’aquatiques, ont un bec plus court, plus lourd et plus large. Ils creusent aussi pour nidifier, mais le plus souvent ils arrangent un vieux nid dans un tronc d’arbre, ou bien ils creusent une cavité dans une termitière arboricole.

Martin chasseur à ailes bleues

Dacelo leachii

Martin chasseur forestier

Todiramphus macleayii

HAUT DE PAGE