English version

Accueil

Présentation

Fiches

Dossiers

Voyages
 
Galeries

Poésie

Liens

Nouveautés

Contact

Mentions légales

Pattes et doigts : les différentes formes

 Page 5

Montre-moi tes pattes, je saurai où tu vis !

Texte de Nicole Bouglouan

Photographes

Marc Chrétien
MURINUS

Maxime Dechelle
LEPAPARRAZO

Steve Garvie
RAINBIRDER Photo galleries

Patrick Ingremeau
TAMANDUA

René Lortie
http://rlortie.ca

Tom Merigan
Tom Meriganís Photo Galleries

Niraj V. Mistry
Photo Galleries

Bob Moul
Nature Photography

Yves Thonnérieux
NATURíAILES

Philippe Wolfer
OISEAUX D’ARGENTINE

Nicole Bouglouan
PHOTOGRAPHIC RAMBLE

Sources:

HANDBOOK OF THE BIRDS OF THE WORLD Vol 2 by Josep del Hoyo-Andrew Elliot-Jordi Sargatal - Lynx Edicions - ISBN: 8487334156

Delaware Valley Raptor Center

Stanford University - Birds of Stanford

 

Accueil

Sommaire dossiers

 

Les rapaces sont des oiseaux puissants qui tuent pour se nourrir en adoptant diverses méthodes. Le bec sert à dévorer, mais les pattes et les doigts sont utilisés pour capturer les proies et les tuer. 

Ils ont des doigts anisodactyles, avec trois doigts vers l’avant et un vers l’arrière. Les doigts sont très puissants et armés de griffes courbes, longues et acérées. Cet outil complet porte le nom de « serres ». Les serres servent à capturer et à tenir la proie, mais aussi à la tuer. 
Le dessous des doigts présente des coussinets rugueux qui aident le rapace à agripper la proie. De plus, le tendon d’Achille recourbe les orteils et les garde bien fermés, ce qui permet de bien serrer et de tenir la proie. 

Pygargue de Steller
Pygargue à tête blanche

Les oiseaux de proie du genre “Accipiter” se nourrissent principalement d’oiseaux. Ils ont des doigts longs et minces, fait pour capturer les oiseaux en glissant dans le plumage afin de sécuriser la prise.
Les longues pattes permettent au rapace d’entrer le pied dans un trou ou un terrier afin de capturer quelque écureuil ou petit mammifère après une poursuite.  

Epervier brun
Epervier de Cooper

Les rapaces du genre “Buteo” sont différents. Ils enfoncent les serres dans le corps de la proie (en général des rongeurs) avec un pied ou les deux, selon la taille de la victime. Habituellement, un pied tient la tête alors que l’autre tient le corps.

Buse à épaulettes
Buse à queue rousse

D’autres oiseaux de proie du genre « Buteogallus » ont des pattes bien plus longues. Ces rapaces chassent souvent en marchant dans les herbes, les cailloux ou les pierres.

Buse roussâtre
Buse urubu

Dans la même famille, on trouve la Buse buson. Celle-ci se nourrit uniquement de crabes qu’elle capture à l’entrée du terrier grâce à ses longues pattes. Ensuite, elle le transporte sur une souche, une branche basse ou le sol sec pour le déguster après l’avoir décortiqué.

Buse buson

Le Balbuzard pêcheur est un mangeur de poissons qui présente un critère particulier (qu’il partage avec les rapaces nocturnes), le doigt opposable. La majorité des rapaces présente trois doigts vers l’avant et un vers l’arrière, mais bien que le Balbuzard ait la même configuration, il est capable de la changer pour avoir une meilleure prise. 
Le doigt extérieur (le plus petit) se positionne avec le doigt postérieur, donnant l’arrangement suivant, deux doigts vers l’avant et deux autres vers l’arrière.  
De plus, le Balbuzard est capable d’agripper des poissons glissants grâce aux coussinets couverts d’épines qui se trouvent sous la plante de ses pieds, et aux serres courbes et acérées ressemblant à des hameçons. Il peut ainsi saisir le poisson très fermement.

Balbuzard pêcheur

Le Milan des marais a des griffes longues et très recourbées. Il se nourrit d’une façon spéciale et presque uniquement de grands escargots d’eau douce. Quand il chasse, il vole lentement ou voltige au-dessus du marais, et tend ses serres vers l’eau afin de capturer les escargots accrochés à la végétation. Ensuite, l’escargot est tenu avec les griffes tandis que le bec extrait la chair de la coquille.

Milan des marais

Voici un autre rapace avec des comportements différents, le Messager sagittaire. Il a de très longues pattes non emplumées mais couvertes d’écailles, afin de le protéger lorsqu’il marche au milieu de la végétation ou quand il attaque des serpents. Les doigts sont courts mais robustes, armés d’une griffe postérieure puissante.    

Messager sagittaire et détail des pattes

Les vautours sont différents. Ils ont des pieds faibles et presque dépourvus de coussinets, avec des serres légèrement recourbées. Mais les vautours sont des charognards qui n’ont pas besoin de capturer ou de tuer des proies pour vivre. Ils ont les tarses et les doigts nus, rendant plus facile le nettoyage après avoir « pénétré » les entrailles sanguinolentes d’une carcasse. 

Vautour charognard
Vautour fauve
Vautour oricou et Vautour africain
Vautour chaugoun

Les vautours du Nouveau Monde ont le même genre de pattes et de doigts, mais que ce soient ceux du Nouveau ou de l’Ancien Monde, ils ont des pieds plutôt semblables aux Gallinacés qu’aux oiseaux de proie !

Urubu noir
Sarcoramphe roi

Les rapaces nocturnes (hiboux et chouettes) ont la même configuration que le Balbuzard, avec un doigt opposable, donnant momentanément un arrangement zygodactyle avec deux doigts vers l’avant et deux vers l’arrière qu’ils utilisent lorsque cela s’avère nécessaire. Leur configuration habituelle est anisodactyle, avec trois doigts en avant et un en arrière.   
Cette possibilité de changer la configuration est probablement utilisée pour chasser une plus grande variété de proies. 

Chouette rayée

Les rapaces nocturnes ont des pattes emplumées, et plusieurs espèces ont également les pieds couverts de plumes. Ces plumes gardent la chaleur des outils les plus importants pour ces oiseaux, leur permettant de chasser dans la neige, et pour les espèces nocturnes, de chasser durant les heures les plus froides de la nuit. 
Les rapaces nocturnes qui vivent en zones tempérées ont en général les pattes dépourvues de plumes.

Harfang des neiges
Grand Duc d'Amérique

L’Effraie des clochers possède une griffe centrale dont la partie interne est couverte d’écailles semblables aux dents d’un peigne. Cette griffe est utilisée pour le lissage des plumes de la tête et du cou, et pour les plumes sétiformes autour de la base du bec, afin de les garder propres.

Effraie des clochers

Les Tytonidés

Les oiseaux de proie, du plus petit au plus grand, présentent une large variété de tailles de pattes et de formes de pieds. Ces critères nous aident à connaître la partie la plus importante de leurs comportements, aussi bien l’habitat dans lequel ils vivent que leurs méthodes de chasse.
Comme les becs, les pattes et les doigts nous donnent beaucoup d’information sur les oiseaux. 

Introduction

Page 1

Page 2

Page 3

Page 4

HAUT DE PAGE
HAUT DE PAGE